• Archives pour l'Étiquette Ruster
  • Ruster Beerenauslese « assemblage » Welschriesling/Pinot Blanc 2015 Domaine Landauer (0,50L)

    Le lac Neusiedl avec sa vaste étendue d’eau a une forte influence sur le climat et la viticulture à Rust. Dès que les grappes sont bien mûres, le taux important d’humidité permet le développement de la pourriture noble, qui pénètre la peau des baies. Le soleil des derniers jours assèche les raisins si bien que les vins moelleux atteignent une concentration de sucre merveilleuse, leur acidité et leurs arômes.
    Les raisins de Welschriesling et Pinot Blanc choisis et vendangés à la main, donnent un magnifique vin de dessert.

    Ce vin présente l’équilibre caractéristique des grands Ruster, avec un fruité éclatant, beaucoup de richesse, de la complexité et un excellent équilibre sucre-acidité.
    Des arômes exotiques d’ananas combinés avec des notes de melon et de miel.
    Vin impressionnant.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12 % vol


  • Ruster Beerenauslese « assemblage » Welschriesling/Pinot Blanc 2015 Domaine Landauer (0,50L)

    Tout comme à Tokaj, le millésime 1999 a produit à Rust des liquoreux marqués par un grand équilibre acidité-sucre.
    D’un niveau de richesse « Ausbruch » à la vendange, cette cuvée conservée pour la bonne bouche en cuve inox, a été mise en bouteille au mois d’août 2004.
    Elaboré à partir des cépages Welschriesling et Pinot Blanc, ce vin présente l’équilibre caractéristique des grands Ruster, avec un fruité éclatant, beaucoup de richesse, de la complexité et une excellente acidité.

    Éléments analytiques :
    29 KMW (29% de sucre par litre en masse volumique) à la vendange.
    Sucres résiduels : 104 gr/l.
    Acidité totale : 9.8‰
    Alcool : 12,3 % vol


  • Ruster Lan 1 Selection 2015 Domaine Landauer (0,75L)

    RusterLAN1selection2011La famille Landauer, partenaire de Dionis depuis 25 ans, nous gratifie de splendides vins moelleux et depuis une dizaine d’années de grands vins rouges. Lorsque je parle de grands vins rouges, je pense  à des produits qui sont à la fois l’expression d’un terroir, d’un climat, d’un savoir-faire pointu et de l’adaptation des cépages à cet ensemble. Pour ce qui touche les vins rouges, Bruno Landauer a longtemps pratiqué les vins de mono-cépage : Zweigelt, Blaufränkisch, Cabernet-Sauvignon, Merlot et Pinot noir.
    Le premier grand vin rouge issu d’assemblage de différents cépages, exceptionnel par ses qualités organoleptiques et ses capacités de conservation, a été la fameuse cuvée Urbarial dont le premier millésime fût le 2003.
    Avec le millésime 2011, grandissime pour les vins rouges, la famille Landauer nous avait proposé une nouvelle cuvée baptisée tout simplement LAN 1 Selection. Ils renouvellent cette cuvée avec l’excellent millésime 2015.

    C’est une toute petite cuvée de 3 000 bouteilles issue de 50% de Blaufränkisch, 40% de Cabernet-Sauvignon et 10% de Pinot Noir.

    La robe est d’un grenat profond brillant, sans aucune évolution. Ça commence très bien… Le nez du vin nous entraine dans un univers complexe de baies noires et de délicats arômes légèrement épicés. En bouche, nous avons affaire à un vin multidimensionnel à la matière concentrée, mais sur la finesse avec des tannins de grande qualité. La longueur est remarquable. Ce vin est déjà délicieux à boire maintenant mais il est apte à évoluer, à notre avis, sur une quinzaine d’années.


  • Ruster Spätlese Gewürztraminer 2017 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    La vendange s’est déroulée en septembre avec des raisins en sur-maturité de parfaite qualité.
    La régularité qualitative que nous offre Bruno, année après année, est tout à fait remarquable et ce 2017 confirme la règle depuis une vingtaine d’années.

    Le vin présente une belle attaque sur le fruit exotique et la fraîcheur aromatique. On retrouve ici finesse et équilibre.

    C’est tout à fait délicieux avec une application particulière pour l’apéritif.
    Très bon rapport Qualité / Prix.


  • Le Ruster Ausbruch (Burgenland – Autriche)

    Peu d’œnophiles, mêmes éclairés savent que c’est à Rust dans le Burgenland autrichien qu’est produit un des plus grands, peut-être le plus grand vin liquoreux au monde , issu de la pourriture noble ou botrytis cinéréa.

    La petite ville de RUST est située à 60 kilomètres au sud-est de Vienne, sur les confins austro-hongrois, dans un paysage qui rejette loin tous les clichés que l’on peut rapporter un jour d’un voyage dans l’ouest de l’Autriche.
    Nous sommes ici au cœur de l’Europe Centrale, à l’orée de la grande plaine, au bord d’un lac « invraisemblable » : le Neusiedlersee.

    Imaginez quelques instants une espèce peu courante : un lac de steppe de 300 km2 de 7 à 15 Km de large, de 36 Km de longueur, mais d’une profondeur n’excédant pas 1 à 1,5 mètres.

    Vue de Rust depuis les collines surplombant le lac le 7 avril 2008.

    Ces conditions géographiques si particulières (nous sommes ici au point le plus chaud de toute l’Europe Centrale : l’ensoleillement dépasse 2000 heures par an et les précipitations sont en moyenne de 700 mm) sont génératrices d’ un fabuleux micro-climat permettant d’obtenir de la pourriture noble peu ou prou jusqu’à 7 à 8 fois par décade… Un record du monde !
    D’ailleurs, les meilleurs vignobles de RUST se lovent jusqu’à l’extrême bordure du lac baignant les derniers ceps de vigne…

    Il est surprenant de constater le très lent développement des vins liquoreux botrytisés en France (guère avant 1850) alors qu’au contraire à Rust et à Tokaj on avait bien compris dès le XVIème siècle l’importance des brumes automnales pour la production de ce type de vin.

    Les RUSTER AUSBRUCH sont probablement avec les Tokaji les plus anciens liquoreux issus de raisins passerillés sur pied de l’histoire européenne du vin.
    La première mention connue est de 1525, soit une cinquantaine d’années avant Tokaj (à 400 Km plus à l’Est).

    Les RUSTER étaient dès le XVIIème siècle reconnus comme si exceptionnels, que l’Empereur lui-même donna à RUST en 1684 le statut de ville libre d’Empire, dispensée de taxes et de droits féodaux.
    C’est à partir de cette époque que les tonneaux des vignerons purent arborer fièrement la lettre  » R  » (comme Rust) marquée au feu.

    Ici, tout évoque la tradition et l’histoire. Les familles de vignerons sont installées pour la plupart depuis le milieu du XVIIème siècle. Elle furent hongroises jusqu’à l’éclatement de l’Empire en 1919 (Hongrie allemande de l’Ouest) puis devinrent autrichiennes.

    Ruster et Tokaji connurent un destin presque commun, mais eu égard à la modestie des surfaces du vignoble de Rust, ce dernier fut peu à peu éclipsé par la formidable ascension du Tokaji et vers la fin du XIXème siècle avec la crise du philoxera, il avait pratiquement disparu.

    Complanté initialement du cépage hongrois Furmint, (appelé autrefois ici Zapfner) le vignoble renaîtra de ses cendres après la première guerre mondiale avec un choix très vaste de cépages, à la fois indigènes et internationaux.
    Pour tout ce qui touche aux vins liquoreux proprement dit, on utilise aujourd’hui plus spécifiquement les cépages : Chardonnay, Muscat à petits grains, Muscat Ottonel, Sauvignon, Pinot Gris (alias Rülander), Pinot Blanc (alias Weissburgunder), Gewürtztraminer, Riesling, Müller-Thurgau, mais aussi les excellents cépages indigènes Welshriesling, Neuburger et depuis peu à nouveau, le Furmint.
    Le Bouvier quant à lui est à éviter … Je le considère comme une « usine à sucre » !

    Les vignobles couvrent environ 500 hectares dont 40% seulement sont consacrés aux vins blancs. Sur ces 200 hectares restants pour les potentiels vins liquoreux, environ une petite centaine sont aptes à produire les plus fins nectars. La forte demande internationale de vins rouges tend à réduire encore la production de ce type de vin.

    Les meilleurs d’entre eux, les crus Greiner, Satz, Unterer Vogelsang , etc… sont situés à l’est de la route des bords du lac et rejoignent ce dernier en pente douce.
    Au temps de la monarchie, c’est à Rust que les vendanges étaient les plus tardives de tout l’Empire. Elles ne débutaient jamais avant le 28 octobre et pouvaient s’étaler sur 6 semaines.
    De nos jours on peut avoir la chance d’apercevoir des vendangeurs jusqu’à Noël, lorsque le vigneron cherche à obtenir le fameux « Eiswein » (vin obtenu à partir du pressurage de raisins gelés).

    Comme vous le savez bien à la lecture de la liste des vins de Dionis, nous avons une remarquable collection de vins de cette région et offrons à l’amateur gourmand quelques joyaux œnologiques remontants jusqu’à la fin des années 80.
    Les grands vins liquoreux de pourriture noble de Rust se répartissent en fonction de leur richesse naturelle en sucre au moment de la vendange, de la manière suivante :

    • Auslese : entre 21 KMW et 25 KMW (entre 21 % et 25 % de sucres par litre de moût en masse volumique)
    • Beerenauslese : entre 25 KMW et 27 KMW (entre 25 % et 27 % de sucres par litre de moût en masse volumique)
    • Ausbruch : à partir de 27 KMW (27 % de sucres par litre de moût en masse volumique)
    • Trockenbeerenauslese : A partir de 30 KMW (30 % de sucres par litre de moût en masse volumique.

    La vendange du raisin permettant d’obtenir le niveau qualitatif requis pour l’Ausbruch, nécessite un moût dont la richesse naturelle en sucre est au minimum de 138° Oechsle ou 27 KMW (environ 320g par litre).

    Un « Trockenbeerenauslese » (TBA) que rien ne différencie d’un Ausbruch, si ce n’est une richesse en sucre naturel encore plus élevée, doit présenter à la vendange un moût d’une richesse minimale de 30 KMW (environ 360g de sucre par litre).

    L’Ausbruch et le TBA doivent provenir exclusivement de raisins confits par la pourriture noble. Toute chaptalisation est prohibée. En France, la chaptalisation est autorisée à raison de 2%/vol, même pour les vins liquoreux. Seule la mention  » Vendanges Tardives  » ou  » Sélection de grains nobles  » est la garantie légale en France d’une vendange non enrichie.
    Les rendements moyens sont pour les Ausbruch de 400 à 750 litres par hectare.

    Ce qui fait la spécificité du Ruster-Ausbruch c’est son mode de vinification reposant sur une tradition éprouvée, multiséculaire .
    Bien qu’il y ait un « air de famille » indiscutable entre ce dernier et le Tokaji, la différence réside dans le fait qu’à Rust, ce sont des grappes de raisins « frais » non botrytisées , qui sont ajoutées et assemblées aux grappes complètement confites par la pourriture noble, ceci afin de faciliter le démarrage de la fermentation.

    Les quatre saisons à Rust
    Macération de grains botrytisés (pourriture noble)
    De gauche à droite : Tibor Kovacs, Michel et Robert Wenzel, enfin Jean-François Ragot, en octobre 1995 à Rust.
    Pressurage d’une cuvée de Ruster Ausbruch

    A Tokaj, ce sont des grains confits par la pourriture noble et le passerillage, vendangés un à un, qui sont mis à macérer, soit dans du moût, soit dans du moût en fermentation, soit dans un vin blanc de base.
    A partir de là, la vinification et l’élevage de ces deux vins sont proches.
    Il y a une trentaine d’années, on élevait les Ruster-Ausbruch un peu comme les Tokaji, par de longs séjours dans le bois. De nos jours, on recherche des vins beaucoup plus proches du fruit, grâce à des durées d’élevage courtes.
    Un Ausbruch équilibré doit présenter un taux d’alcool assez élevé (pratiquement entre 12.5% et 14% vol ) avec de 100 à 180 gr de sucres résiduels.

    C’est à mon sens un véritable archétype de la sélection de grains nobles , avec une puissance, un « rôti » dû au botrytis , une longueur et surtout une fraîcheur en bouche due à une splendide acidité , que je n’ai quasiment jamais rencontrée dans aucun autre vin de cette catégorie, si ce n’est dans le Tokaji.
    Ce sont des vins de très longue garde et la variété des cépages utilisés fait de chacun d’entre eux une authentique rareté et donc un véritable joyau œnologique.

    Jean-François RAGOT


  • Ruster Beerenauslese Zweigelt/Pinot Noir/Merlot 2015 Très rare cuvée de « grains nobles » issus de raisins rouges – Domaine Landauer (0,50 L)

    Ce sont des circonstances climatiques rares qui nous ont permis à nouveau l’élaboration de ce grand liquoreux atypique, à la robe rosé corail et aux délicieux arômes de fruits rouges (fraises, framboises, groseilles…). Belle acidité qui équilibre remarquablement la douceur naturelle du vin.
    Il accompagnera remarquablement  vos desserts aux fruits rouges et noirs, ainsi que le foie gras frais.

    Le précédent millésime vinifié de ce type de vin remonte à 2010. Il est complètement épuisé.

    Ce vin extrêmement original, provient d’une « sélection de grains nobles » des raisins  Zweigelt (pour plus de 90%), le reste se partageant entre le Merlot et le Pinot Noir.
    Ces raisins ont été vendangés le 8 novembre 2015. (80% issus de la pourriture noble ou botrytis cinerea et 20% issus de la surmaturité)

    La richesse du mout à la vendange, a atteint 28,5 Kmw (28,5% de sucre en masse volumique).

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12,6 % Vol
    Sucres résiduels : 113 g/L
    Acidité totale : 6 ‰

    Mise en bouteille : juin 2016.
    Quantité produite : 3500 bouteilles


  • News : 17 novembre 2015 : coup d’œil sur les vendanges en Europe Centrale – automne 2015 (Allemagne – Autriche)

    Orliénas, le 17 novembre 2015,

    L’été et l’automne 2015 resteront probablement dans la mémoire collective des années chaudes, même si nous sommes très loin de la terrible année 2003. Le point positif concerne les vendanges, qui se sont déroulées globalement d’est en ouest de l’Europe, dans d’excellentes conditions. La maturité est bien présente en cet automne 2015.
    J’ai voulu me rendre compte de la situation moi-même et je me suis rendu tout particulièrement auprès de mes partenaires allemands, autrichiens et hongrois bien entendu.

    Le dossier concernant les Tokay de Hongrie 2015 (Tokaji) fera l’objet d’un autre article.

    Je sais que moins le discours est copieux, mieux il est reçu. C’est pourquoi je vous propose quelques belles images illustrées de commentaires.

    Dans la Moselle allemande, les vendanges sont terminées. Très bon niveau de maturité sur les Rieslings, laissant présager d'excellents vins blancs secs. Très peu de vin moelleux de vendange tardive. Cette photo illustre les crus de la Moselle des Terrasses, à une dizaine de km au sud de Coblence, le 1er novembre 2015.
    Dans la Moselle allemande, les vendanges sont terminées. Très bon niveau de maturité sur les Rieslings, laissant présager d’excellents vins blancs secs. Très peu de vin moelleux de vendange tardive.
    Cette photo illustre les crus de la Moselle des Terrasses, à une dizaine de km au sud de Koblenz, le 1er novembre 2015.
    Vue des vignobles mosellans des terrasses, dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Vue des vignobles mosellans des terrasses, dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Autre vue du cru Winninger Brückstück, dans la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Autre vue du cru Winninger Brückstück, dans la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Vue plongeante sur la Moselle à mi-hauteur du cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Vue plongeante sur la Moselle à mi-hauteur du cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Grappes de Riesling en état de surmaturation, parfois atteintes par la pourriture noble ou botrytis cinéréa. Ces raisins appartiennent au domaine de Martin Hautt. Elles sont destinées à la production de notre futur Winninger Brückstück Auslese 2015. Photo du 1er novembre 2015. Cette ultime vendange sera effectuée dans la première quinzaine de novembre.
    Grappes de Riesling en état de surmaturation, parfois atteintes par la pourriture noble ou botrytis cinéréa. Ces raisins appartiennent au domaine de Martin Hautt. Elles sont destinées à la production de notre futur Winninger Brückstück Auslese 2015. Photo du 1er novembre 2015. Cette ultime vendange sera effectuée dans la première quinzaine de novembre.
    Aspect des grappes de Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015. Nous constatons nettement l'état de surmaturité et un début de botrytisation.
    Aspect des grappes de Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015. Nous constatons nettement l’état de surmaturité et un début de botrytisation.
    Autre aspect des raisins Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Autre aspect des raisins Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Le magnifique cru Winninger Brückstück de la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Le magnifique cru Winninger Brückstück de la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Nous essayons également avec nos partenaires de Hallgarten (Rheingau) de produire cette année une vendange tardive de niveau Auslese. Aspect des raisins Riesling, le 2 novembre 2015.
    Nous essayons également avec nos partenaires de Hallgarten (Rheingau) de produire cette année une vendange tardive de niveau Auslese. Aspect des raisins Riesling, le 2 novembre 2015.
    Aspect caractéristique d'une grappe de Riesling presque complètement au niveau de raisins secs. Elle est destinée à la production d'une vendange tardive de niveau Auslese. Hallgarten (Rheingau), le 2 novembre 2015.
    Aspect caractéristique d’une grappe de Riesling presque complètement réduite au niveau de raisins secs. Elle est destinée à la production d’une vendange tardive de niveau Auslese.
    Hallgarten (Rheingau), le 2 novembre 2015.
    Rust (Burgenland/Autriche), le 14 novembre 2015. Bruno Landauer explique à Jean-François Ragot les paramètres analytiques du fameux Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015. il a été vendangé le 3 octobre 2015.
    Rust (Burgenland/Autriche), le 14 novembre 2015. Bruno Landauer explique à Jean-François Ragot les paramètres analytiques du fameux Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015. Il a été vendangé le 3 octobre 2015. Absolument délicieux déjà, il sera mis sur le marché le 1er mars 2016.
    Aspect visuel du Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015 produit par Bruno Landauer à Rust (Autriche / Burgenland).
    Aspect visuel du Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015 produit par Bruno Landauer à Rust (Autriche / Burgenland). Photo du 14 novembre 2015.
    Aspect visuel du moût du futur Ruster Auslese 2015 dont la fermentation n'a pas encore commencé. Les raisins ont été vendangés le 12 novembre 2015. C'est un assemblage de Furmint (majoritaire) et de Pinot Blanc. Une grande bouteille en devenir. Photo du 14 novembre 2015 chez Bruno Landauer à Rust (Burgenland/Autriche).
    Aspect visuel du moût du futur Ruster Auslese 2015. La fermentation n’a pas encore commencé. Les raisins ont été vendangés le 12 novembre 2015. C’est un assemblage de Furmint (majoritaire) et de Pinot Blanc. Une grande bouteille en devenir. Photo du 14 novembre 2015 chez Bruno Landauer à Rust (Burgenland/Autriche).

    Cordialement,
    Jean-François


  • ÉPUISÉ – Ruster Spätlese Gewürztraminer 2014 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    Rust-gewurzt-spat2014Éléments analytiques :
    – Richesse du moult à la vendange : 23° KMW (23 % de sucres en masse volumique)
    – Alcool : 11,4 %/vol
    – Sucres résiduels : 47 g/L
    – Extraits secs : 51 g/L
    – Acidité fixe : 7,4 ‰

    Ce millésime 2014 a connu des conditions climatiques inhabituelles avec un été assez chaud mais marqué au mois d’août par de nombreuses précipitations. Il a été compliqué de déterminer le meilleur moment pour la vendange, eu égard au développement du botrytis cinéréa. La maturité a été relativement tardive. La vendange est intervenue en deuxième quinzaine d’octobre avec des raisins particulièrement marqués par la pourriture noble.
    Le rendement a été catastrophique, environ six fois inférieur à la normale ! ! ! La production totale a été de 1000 litres, contre environ 6000 litres  habituellement.

    Ce vin, atypique comparé aux précédents millésimes,  présente une robe or très brillante avec beaucoup de densité. Le nez est intense et complexe. En bouche, nous sommes frappés par la concentration de ce nectar. Ce n’est pas une surprise, si on se réfère à sa richesse en extrait secs réduits (51 g/L) contre habituellement environ 25 g/L.
    L’équilibre du vin est porté par une belle acidité (7,4 ‰), également à un niveau inhabituel pour ce cépage. La bouche nous offre de beaux arômes de fruits exotiques avec une excellente longueur.

    En conclusion, cette vendange tardive 2014 est à découvrir absolument, car il semble improbable de le reproduire d’ici longtemps.

     


  • ÉPUISÉ – Ruster Spätlese Pinot Blanc 2013 « Vendanges Tardives » (0,75 L) Domaine Bruno Landauer

    Image non disponibleIssu de vieilles vignes, ce vin moelleux de vendanges tardives est concentré, fruité avec de délicats arômes de pamplemousse; il est minéral, élégant et bien équilibré. Sa finale est fraiche avec une agréable amertume rafraichissante rappelant l’amande.

    Éléments analytiques :
    alcool : -%
    acidité : -‰

    Comme j’ai eu l’occasion de vous le dire de nombreuses fois, le Pinot Blanc peut être remarquable dans cette région de l’Europe où ses qualités dépassent même souvent celles du Chardonnay dont il est un cousin.

     


  • Ruster Eiswein Blaufränkisch 2012 Domaine Landauer (0,75L)

    rustereiswein2012Nous avons embouteillé 240 bouteilles de cet Eiswein en grandes bouteilles de 0,75 L, plus particulièrement destiné au service au verre de nos amis sommeliers. Il s’agit bien entendu exactement du même vin que celui embouteillé en 0,50 L.

    Nous avons été relativement chanceux depuis 2008, car nous avons réussi à produire 3 vins de glace ou Eiswein remarquables.
    Le millésime 2008 n’est plus qu’un souvenir hélas, les bouteilles s’étant arrachées, suite à une « pénurie » de production entre 2003 et 2008. Le millésime 2009 quant à lui est toujours disponible et est appelé à une très longue évolution.
    La « chance climatique » a permis une nouvelle fois d’élaborer un vin de glace/eiswein le 13 décembre 2012 à partir de 100% du cépage Blaufränkisch. La température au moment de la vendange était de -9°c, ce qui a permis une excellente cryo-extraction naturelle au pressurage des raisins.
    Nous sommes très satisfaits d’une production d’environ 14 hectolitres.

    Éléments analytiques :
    Richesse de moût après pressurage : 33 ° KMW (33% de sucres en masse volumique)
    Alcool : 11,5 %/vol
    Sucres résiduels : 191 g/L
    Acidité totale : 7,3‰

    Il est peu fréquent de trouver dans la région des paramètres analytiques aussi parlants.
    Sa dégustation le 12 avril m’a enchanté. Sa fragrance aromatique est probablement une des plus intenses que j’ai observée durant ces 25 dernières années à Rust. Je rappelle pour mémoire que Bruno a élaboré son premier Eiswein en 1986. C’est à partir du second millésime, vinifié en 1988, que nous avons débuté notre amicale et fructueuse collaboration.

    La longueur de ce 2012 est tout à fait comparable aux meilleurs Eiswein allemands de Riesling, qui sont comme vous le savez peut-être, la référence absolue en la matière.
    Ce vin sera disponible à la dégustation et à la vente au cours des portes ouvertes d’été des 12, 13 et 14 juin 2014.

    PLUS D’INFORMATIONS SUR LES VINS DE GLACE/EISWEIN. (cliquez sur le lien)


  • ÉPUISÉ – Ruster Spätlese Gewürztraminer 2013 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    Rust-gewurzt-spat2012Éléments analytiques :
    – Richesse du moult à la vendange : 21° KMW (21 % de sucres en masse volumique)
    – Alcool : 10,3 %/vol
    – Sucres résiduels : 67 g/L
    – Acidité fixe : 5,6 ‰.

    Ce millésime 2013 a connu des conditions climatiques « normales » avec un printemps frais et un été assez chaud. La maturité a été plus tardive que d’habitude. Il a été vendangé le 5 octobre 2013 avec des raisins en sur-maturité, parfaitement sains.
    La régularité qualitative que nous offre Bruno, année après année, est tout à fait remarquable et ce 2013 confirme la règle.
    Le vin présente une belle attaque sur le fruit exotique et la fraîcheur aromatique. On retrouve ici finesse et équilibre, grâce à une acidité suffisante.

    C’est tout à fait délicieux avec une application particulière pour l’apéritif.
    Très bon rapport Qualité / Prix.


  • ÉPUISÉ – Ruster Auslese 2011 « Vendange tardive de grains passerillés  » Domaine Landauer (0.75L)

    2011 est uneRuster-Auslese2011 année très particulières pour les vendanges tardive. Les raisins n’ont pas été atteints par la pourriture noble, mais se sont concentrés par surmaturité « passerillante ».
    Eu égard à ces conditions particulièrement favorables à la conservation des raisins sur souches, Bruno a attendu extrêmement tard pour vendanger son Ruster Auslese.
    Ce fût le 9 décembre 2011, probablement la date la plus tardive depuis qu’il a pris la direction du domaine au début des années 80.

    Il a été obtenu 1800 litres d’un moût riche et dense provenant des cépages Welschriesling, Weisser Burgunder (Pinot blanc) et Furmint.

    La richesse du moût à la vendange était de 25 KMW (25% de sucres en masse volumique)

    Éléments analytiques :
    Alcool : 11,8% /vol
    Sucres résiduels : 79 g/L
    Acidité totale de 6,6 ‰.

    La robe est d’un bel or vert clair. Le nez et la bouche nous offrent de délicieux arômes d’agrumes frais et d’ananas.
    Belle puissance équilibrée et grande longueur. Liquoreux naturellement doux vraiment particulièrement digeste.
    Un vin de référence tout comme les millésimes 2005 et 2009.


  • ÉPUISÉ-Ruster Spätlese Gewürztraminer 2012 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    Rust-gewurzt-spat2012Éléments analytiques :
    – Richesse du moult à la vendange : 21,5°KMW (21,5 % de sucres en masse volumique)
    – Alcool : 10,2 %/vol
    – Sucres résiduels : 76,9 g/L
    – Acidité fixe : 5,5 ‰.

    Ce millésime 2012 a connu des conditions climatiques « normales » avec un été chaud. Il a été vendangé fin septembre avec des raisins en sur-maturité, parfaitement sains.
    La régularité qualitative que nous offre Bruno, année après année, est tout à fait remarquable et ce 2012 confirme la règle.
    Le vin présente une belle attaque sur le fruit exotique et la fraîcheur aromatique. On retrouve ici finesse et équilibre, grâce à une acidité suffisante. Aujourd’hui, on parlerait dans le jargon œnologique de la dégustation de tension !

    C’est tout à fait délicieux avec une application particulière pour l’apéritif.
    Très bon rapport Qualité / Prix.


  • Ruster Eiswein Blaufränkisch 2012 Domaine Landauer (0,50L)

    rustereiswein2012Nous avons été relativement chanceux depuis 2008, car nous avons réussi à produire 3 vins de glace ou Eiswein remarquables.
    Le millésime 2008 n’est plus qu’un souvenir hélas, les bouteilles s’étant arrachées, suite à une « pénurie » de production entre 2003 et 2008. Le millésime 2009 quant à lui est toujours disponible et est appelé à une très longue évolution.
    La « chance climatique » a permis une nouvelle fois d’élaborer un vin de glace/eiswein le 13 décembre 2012 à partir de 100% du cépage Blaufränkisch. La température au moment de la vendange était de -9°c, ce qui a permis une excellente cryo-extraction naturelle au pressurage des raisins.
    Nous sommes très satisfaits d’une production d’environ 14 hectolitres.

    Éléments analytiques :
    Richesse de moût après pressurage : 33 ° KMW (33% de sucres en masse volumique)
    Alcool : 11,5 %/vol
    Sucres résiduels : 191 g/L
    Acidité totale : 7,3‰

    Il est peu fréquent de trouver dans la région des paramètres analytiques aussi parlants.
    Sa dégustation le 12 avril m’a enchanté. Sa fragrance aromatique est probablement une des plus intenses que j’ai observée durant ces 25 dernières années à Rust. Je rappelle pour mémoire que Bruno a élaboré son premier Eiswein en 1986. C’est à partir du second millésime, vinifié en 1988, que nous avons débuté notre amicale et fructueuse collaboration.

    La longueur de ce 2012 est tout à fait comparable aux meilleurs Eiswein allemands de Riesling, qui sont comme vous le savez peut-être, la référence absolue en la matière.
    Ce vin sera disponible à la dégustation et à la vente au cours des portes ouvertes d’été des 12, 13 et 14 juin 2014.

    PLUS D’INFORMATIONS SUR LES VINS DE GLACE/EISWEIN. (cliquez sur le lien)


  • Ruster Eiswein Blaufränkisch 2009 (vendangé le 18 décembre 2009) Domaine Landauer (0,50L)

    rustereiswein2009Avec 2008, nous avons inauguré un nouveau cycle météo plus froid nous permettant d’élaborer des Eiswein. Le 18 décembre 2009, les conditions étaient idoines à Rust pour vendanger des raisins bien gelés à cœur dans un parfait état sanitaire.
    Eu égard aux résultats excellents produits par le cépage rouge Blaufränkisch en 2008, nous avions en accord avec Bruno laissé une quantité convenable non-vendangée de ce cépage dans l’espoir de reproduire un nouvel Eiswein. Cette fois-ci, nous partions à partir de 100% Blaufränkisch.
    C’est par conséquent 3250 kg qui ont été ramassés très tôt le 18 décembre par -10°C. Le pressurage a donné une quantité de 1200 litres de vin.

    Il est très intéressant de noter la robe chatoyante du vin présentant une couleur très légèrement corail.
    Le nez est très fruité avec des touches végétales et de bonbon anglais ainsi que de surprenants arômes de pâte de coing.
    La bouche est très pure, ciselée et d’excellente longueur.
    C’est un vin très précis qui devrait évoluer lentement et positivement sur une bonne quinzaine d’années.

    A ne pas manquer !

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13 %/vol
    Sucres résiduels : 134 g/L
    Acidité fixe : 6,3 ‰
    Extraits secs : 37,7  g/L