• Archives pour l'Étiquette Palatinat
  • News : 25 novembre 2014 : premier bilan vendanges 2014 en Europe Centrale et centro-orientale.

    Orliénas, le 25 novembre 2014,

    Mon dernier voyage en novembre, m’a permis de faire le point sur le millésime 2014 en Europe Centrale, dont les dernières vendanges se sont déroulées jusqu’à la fin du mois d’octobre.
    Mais pour commencer petit flash-back concernant le vignoble de Cotnari (Roumanie / Moldavie).
    J’avais écrit à la fin du mois de juillet 2014 que la situation sanitaire du vignoble n’était pas excellente malheureusement. De nombreuses parcelles étaient affectées par l’oïdium, le mildiou, mais également par des arachnides. On estimait alors que la moitié de la production était touchée par ces maladies.
    La situation est allée hélas de mal en pis et il n’a pas été possible d’obtenir des raisins Grasa et Tamiioasa romaneasca en état sanitaire convenable.
    Bien entendu, nous n’entendions pour ce premier essai de vinification de vin de Cotnari, n’acheter que des raisins en surmaturité de haute qualité. Face à une situation défavorable, nous avons décidé d’annuler notre projet pour 2014 et ceci dès la fin du mois d’août.

    Si les conditions le permettent nous tenterons bien sûr l’expérience en 2015.
    Nous vous tiendrons informés de l’évolution de ce dossier qui nous tient à coeur.

    IMG_0188_1
    Trittenheim (Moselle centrale), le 6 novembre 2014
    IMG_0191
    Moselle Centrale, le 6 novembre 2014.
    IMG_0208_1
    Oestrich (Rheingau) avec en fond à gauche, le château Johannisberg, le 7 novembre 2014.
    IMG_0438
    jean-François Ragot et Bruno Landauer à Rust (Burgenland/Autriche), le 17 novembre 2014.
    IMG_0439
    Vignobles de Spitz dans la Wachau (Vallée du Danube/Autriche), le 18 novembre 2014.

    ~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~
    Mais revenons-en à ce que nous avons observé ce mois de novembre 2014 en Europe Centrale.
    Globalement, les conditions sanitaires des vignobles ont été rendues périlleuses par suite de précipitations importantes qui se sont déroulées dans la plupart des régions durant tout l’été.
    Ceci est valable pour la région de Tokaj où il a fallu procéder à des tris extrêmement sévères, entrainant une élimination de plus de la moitié des raisins.
    Cette situation a toutefois été favorable aux bons vignerons, car la pourriture noble s’est répandue de manière assez égale sur l’ensemble du territoire de l’appellation.
    L’aspect crucial du tri des raisins consiste à ne pas mélanger des raisins atteint de pourriture noble, avec d’autres atteint de pourriture grise et autre pourriture aigre.
    Je peux dire qu’il devrait y avoir quelques vins de haute qualité, voire de qualité exceptionnelle, mais en quantité très limitée. Ces vins seront dotés d’une vigoureuse acidité.
    Le même phénomène ou presque a été observé à Rust (Burgenland/ Autriche). Les pluies de fin d’été et début d’automne ont eu un impact négatif sur la vendange des vins moelleux.
    Bruno Landauer est assez désespéré par cette vendange représentant moins de la moitié d’une année normale.
    Si les vins blancs secs issus des cépages welschriesling, weissburgunder et chardonnay qui ont été vendangés tôt sont tout à fait correct, ils sont en tout état de cause plus légers qu’habituellement. Leur acidité naturelle est plus élevée que d’habitude.
    Le cépage qui a le plus souffert à notre plus grand regret est le gewurztraminer. Bruno a vendangé 1400 litres au lieu des 6000 litres habituellement…
    Pour l’instant nous n’en parlerons pas plus et vous tiendrons informé de l’évolution du vin.
    Tout comme à Tokaj, un botrytis cinéréa intense lui a permis d’élaborer quelques cuvées de liquoreux avec des acidités incroyables. Du jamais vu pour lui depuis qu’il est à la tête du domaine familial.

    Dans la vallée du Danube, à Vienne et dans le Weinviertel, la vendange se présentait très bien jusqu’à la mi-septembre, mais des précipitations intenses et régulières l’ont particulièrement dégradée et ont entraîné une baisse des rendements considérable. Dans la Wachau, notre ami Gritsch a procédé à des tris drastiques sur les grüner vetliner et les rieslings. On peut s’attendre à quelques jolis vins.
    Notre parcours dans la vallée de la Moselle et dans le Rheingau nous a permis de faire globalement (je ne rentre pas dans les détails) les mêmes constatations. Toujours ce problème des précipitations de début et de milieu d’automne qui ont détruit les espoirs de grands vins de type Auslese par exemple. Notre ami Martin Hautt de Winningen (Moselle des Terrasses) a été obligé de renoncer aux vins d’auslese qui nous attendons désespérément depuis le millésime 2010…

    Après ces nouvelles un peu déprimantes, passons aux bonnes nouvelles !
    La dégustation du millésime 2013 donne globalement toute satisfaction en Europe Centrale.
    Les vins blancs secs 2013 de la Vallée du Rhin, de la Moselle et du Palatinat central sont remarquables chez les bons producteurs.
    Il en est de même dans la plupart des régions en Autriche et en Hongrie. C’est une grande satisfaction pour nous.
    Certains vins du millésime 2013 sont déjà hélas presque épuisés. C’est le cas du gewurztraminer vendanges tardives de Bruno Landauer.


  • News 17 Novembre 2011

    En cette fin du mois d’octobre 2011, nous nous sommes mis en route Marguerite et moi vers l’Allemagne, afin de revisiter nos fournisseurs et d’en découvrir, le cas échéant, de nouveaux. Ce voyage œno-touristique est illustré des quelques photos ci-dessous.

    A tout seigneur, tout honneur ! La Moselle pour commencer. La dégustation des vins du millésime 2010 au domaine Trossen se révèle être une bonne entrée en matière pour le millésime. De l’ensemble de la dégustation, j’extrais particulièrement le Riesling Kabinett 2010 du cru Kräuterhaus. Ses paramètres analytiques semblent parfaits : 11,5% alc/vol; 7,8‰ d’acidité et 8,5 g de sucres résiduels.
    Ce vin présente une très belle robe or vert, un nez vraiment intense où percent le minéral et l’agrume. La bouche est très intéressante avec un équilibre remarquable entre la concentration naturelle du vin et une splendide acidité. Rétro-olfaction sur les fleurs blanches et les agrumes. Belle longueur. Je noterai également une superbe cuvée de riesling grains nobles (Beerenauslese) 2010, malheureusement à un prix un peu dissuasif…

    Passons sur les détails et arrivons directement dans le nord de la Moselle à Winningen où nous dégustons chez Martin Hautt un Winninger Brückstück Riesling Auslese moelleux 2010 où se mêlent intimement un moelleux de 78g/L de sucres résiduels et une fermeté d’acier. Un vin exceptionnel, en quantité hélas très limitée.

    Le Rheingau (vallée du Rhin) a été particulièrement à l’honneur dans ce voyage avec une dégustation à la Hallgartener Winzerverein. Je citerais surtout une excellent Riesling Hallgartener Jungfer Auslese 2010, moelleux à la robe or vert, au nez particulièrement fruité et typé. Comme tous les bons vins du millésime 2010, il présente une belle longueur appuyée sur une acidité franche mais mûre.

    Le summum de nos  dégustations a probablement été atteint en visitant notre vieil ami, le Dr Franz Michel, propriétaire du Domdechant Werner’sches Weingut à Hochheim (Rheingau). C’était le 3 novembre et nous avons fait un tour des rieslings du millésime 2010, tous de parfaites réussites, et de quelques autres années. J’extrairais au passage :

    – le Hochheimer Hölle Riesling Kabinett 2010 avec 13% d’alcool naturel. Ce vin nous offre tout à la fois minéralité, volume en bouche, longueur et complexité. Bref, tout à fait excellent.

    – une « verticale » du cru Domdechaney « Erstes Gewächs » Riesling (premier grand cru) sur 4 millésimes (2007, 2008, 2009 et 2010) nous a permis à nouveau de mesurer le niveau qualitatif très élevé du domaine.  Tous ces rieslings présentent une excellente acidité, un fruité élégant et un raffinement suprême.
    Il s’agit vraiment de l’aristocratie austère des grands vins blancs européens. Qui plus est, ce sont des vins de garde, qui peuvent évoluer sur une vingtaine d’années, tout en conservant leur fruité et leurs autres qualités.

    En redescendant par le Rheinhessen en direction du Palatinat, nous en avons profité, à l’entrée nord de Worms, pour jeter un coup d’oeil au vignoble du Liebfrauenstift KirchenStück. Il donne un vin tout à fait agréable, sans prétention, mais ce qui est intéressant à noter, c’est qu’il est à l’origine de l’histoire du « Liebfraumilch » (le lait de la vierge). Ce vin de marque mi-doux, sans caractère particulier est devenu au XXème siècle, le symbole même des vins blancs du Rhin bas de gamme, dont il s’est vendu des millions et des millions de bouteilles dans le monde. A fuir absolument !

    La partie œnologique du voyage s’est terminée par le Palatinat avec la visite de quelques domaines à Forst et à Deidesheim. A noter :

    – un bon Deidesheimer Herrgottsacker Riesling Kabinett sec 2009 du domaine Hacham Magin. C’est droit comme un I !

    – deux superbes vins au Foster Winzerverein  : le Forster Ungeheuer Riesling Spätlese sec 2010 et le Forster Ungeheuer Riesling Auslese 2010 (moelleux).

    Je citerais enfin, du domaine Reichsrat von Buhl, un  excellentissime Forster Jesuitengarten Riesling Grosses Gewächs 2010. Le prix est hélas à la hauteur du plaisir ressenti…

    Cordialement,
    Jean-François