• Archives pour l'Étiquette Noble Late Harvest
  • Buitenverwachting 2014 « 1769 » Noble Late Harvest (W.O Constantia) (0.50L)

    Trois domaines formant le terroir historique de Constantia au Cap de Bonne Espérance, peuvent actuellement revendiquer la continuité historique du cru depuis la fin du XVIIème siècle. Il n’est pas impossible, qu’un jour prochain, le domaine Steenberg, appartenant au domaine d’origine de 1685, produise lui aussi ce vin mythique et légendaire.

    Le domaine de Klein Constantia a été le premier à ressusciter le mythique et légendaire vin des XVIIIème et XIXème siècle et ceci à partir de 1987 avec le « Vin de Constance » (marque déposée).

    Il a été suivi en 2005 par le domaine de Groot Constantia, source originelle du Constantia moelleux à partir de la première moitié du 18ème siècle. On parle alors de « Grand Constance ». Ce vin est réapparu au domaine avec le millésime 2005.

    Le troisième domaine Buitenverwachting, contigu à Klein Constantia a, quant à lui, par les soins de l’œnologue Hermann Kirchbaum et de son propriétaire Lars Maack, procédé à la « résurrection » du mythique Constantia Moelleux avec le millésime 2007, sous le nom de « 1769 », évoquant ainsi la création du domaine.

    Après un premier essai avec le millésime 2006 (en très petite quantité), le millésime 2007 signe le véritable acte de naissance de ce Constantia moelleux qui présente toutes les caractéristiques hors-normes de ce terroir mythique et légendaire.

    Nous avons distribué les millésimes 2007, 2010 et 2013 qui ont eu un grand succès sur le marché français.

    Pour les amateurs de Vin de Constantia, c’est une vraie surprise de découvrir ce nectar à la robe dorée, aux senteurs complexes de thym et de lavande, à la bouche puissante et raffinée, marquée par l’abricot sec et l’amande, riche de nuances empyreumatiques et terpéniques nobles.
    Ce millésime 2014 est une splendide réussite. La quantité disponible est hélas réduite. Le vin offre actuellement un excellent rapport qualité/prix. Ce n’est pas certain que ça dure encore très longtemps… Profitez-en !

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13,10 %/vol
    Sucres résiduels : 140 g/L
    Extraits secs : 56,90 g/L
    Acidité totale : 8,1 g/L
    pH : 3,20


  • Vin de Constance 1987

    KleinC-1987Domaine Klein Constantia (W.O Constantia) (0.50L)

    Ce vin est intéressant à plus d’un titre. Il est tout d’abord le premier millésime de la résurection du Constantia historique, après un premier essai très limité de 400/500 bouteilles avec le millésime 1986. J’ai eu l’occasion de déguster une fois le 1986. C’était en mai 1991 au domaine et je dois dire qu’il ne m’a pas laissé de souvenir particulier.
    C’est vraiment 1987 qui marque le lancement de ce vin historique avec une production d’une dizaine de milliers de bouteilles.
    C’est ce vin que nous avons été les premiers à lancer sur le marché européen au mois de novembre 1991.
    Produit à partir de 100% du cépage Muscat à Petits Grains, ce fût avec beaucoup d’émotion que nous le découvîmes également au mois de mai 1991 au domaine.
    C’est une bouteille extrêmement rare, dont l’étiquette porte la mention « provisoire » Noble Late Harvest. C’est une bizarrerie dûe au fait qu’il sortait de la législation sud-africaine habituelle. A partir du millésime 1989, il entrera dans la catégorie « Natural Sweet Wine » mieux adaptée.

    Quantité produite : 45 Hl

    Alcool : 13,85 %/vol
    Sucres résiduels :125 g/L
    Ph : 3,48
    Acidité fixe : 9,37‰

    Plus d’infos sur les Vins historiques de Constantia.

    Dionis possède un vrai trésor oenologique avec une collection de vieux millésimes de 1987 à 2007.


  • ÉPUISÉ – Delheim Edelspatz Noble Late Harvest 2014 (0,375 L)

    delheim-edelspatz2014Ce domaine a connu un développement remarquable avec l’arrivée en 1951 en provenance d’Allemagne de Michael Sperling surnommé “Spatz”. Spatz a pris sa retraite depuis une douzaine d’années et c’est sa fille Nora qui assure la direction de ce domaine remarquable.

    Lorsque nous avons débuté nos relations d’affaires avec l’Afrique du Sud en 1991, Delheim a été le premier domaine avec lequel nous avons lié une collaboration. Elle a duré plusieurs années avant une mise en sommeil qui s’est achevée ce mois de mai 2015.

    L’Edelspatz est en quelque sorte l’icône du domaine, Spatz Sperling ayant cherché a créer en Afrique du Sud un grand vin liquoreux issu de la pourriture noble ou botrytis cinerea, comme il en existe de magnifiques exemples dans son pays natal, l’Allemagne.

    Longtemps, ce vin a été élaboré majoritairement avec le cépage Chenin, qui donnait d’ailleurs de bons résultats. Nous avons par le passé importé d’excellents « Edelspatz » du millésime 1991. Mais la volonté du domaine était d’utiliser peut-être le plus noble de tous les cépages pour élaborer des grands vins liquoreux naturellement doux, je veux dire le Riesling.
    Un vignoble de pur Riesling a été planté en 1986. Il produit actuellement un nectar digne des grands vins de la Moselle et du Rhin.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 10,67 % / vol
    Sucres résiduels : 190 g/L
    Acidité totale : 9,2 g/L
    pH : 3,47

    Superbe nez, minéral sur des arômes d’abricot et d’agrume frais. En bouche, le vin développe une palette aromatique étourdissante d’abricots secs, de coings et de kumquats. La sucrosité naturelle de cette « sélection de grains nobles » est admirablement contrebalancée par une acidité naturelle vibrante. Grande longueur pour cette splendide bouteille qui évoluera favorablement sur une quinzaine d’années.


  • ÉPUISÉ – Buitenverwachting 2013 « 1769 » Noble Late Harvest (W.O Constantia) (0.50L)

    Posté dans par admin

    buiten1769-2013Trois domaines formant le terroir historique de Constantia au Cap de Bonne Espérance, peuvent actuellement revendiquer la continuité historique du cru depuis la fin du XVIIème siècle. Il n’est pas impossible, qu’un jour prochain, le domaine Steenberg, appartenant au domaine d’origine de 1685, produise lui aussi ce vin mythique et légendaire.

    Le domaine de Klein Constantia a été le premier à ressusciter le mythique et légendaire vin des XVIIIème et XIXème siècle et ceci à partir de 1987 avec le « Vin de Constance » (marque déposée).

    Il a été suivi en 2005 par le domaine de Groot Constantia, source originelle du Constantia moelleux à partir de la première moitié du 18ème siècle. On parle alors de « Grand Constance ». Ce vin est réapparu au domaine avec le millésime 2005.

    Le troisième domaine Buitenverwachting, contigu à Klein Constantia a, quant à lui, par les soins de l’oenologue Hermann Kirchbaum et de son propriétaire Lars Maack, procédé à la « résurrection » du mythique Constantia Moelleux avec le millésime 2007, sous le nom de « 1769 », évoquant ainsi la création du domaine.

    Après un premier essai avec le millésime 2006 (en très petite quantité), le millésime 2007 signe le véritable acte de naissance de ce Constantia moelleux qui présente toutes les caractéristiques hors-normes de ce terroir mythique et légendaire.

    Nous avons distribué les millésimes 2007 et 2010 qui ont eu un grand succès sur le marché français. Après deux années d’interruption, dûe à quelques soucis œnologiques sur les millésimes 2011 et 2012, la bonne nouvelle est la reprise de la relation ce mois de juin 2015 avec le millésime 2013, dont les raisins ont été vendangés à la fin du mois de mars.

    Pour les amateurs de Vin de Constantia, c’est une vraie surprise de découvrir ce nectar à la robe dorée, aux senteurs complexes de thym et de lavande, à la bouche puissante et raffinée, marquée par l’abricot sec et l’amande, riche de nuances empyreumatiques et terpéniques nobles.
    Ce millésime 2013 est une splendide réussite. La quantité disponible est hélas réduite. Le vin offre actuellement un excellent rapport qualité/prix. Ce n’est pas certain que ça dure encore très longtemps… Profitez-en !

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13,06 %/vol
    Sucres résiduels : 133,6 g/L
    Extraits secs : 43,5 g/L
    Acidité fixe : 5,3 g/L
    pH : 3,61


  • Villiera Rhine Riesling Noble Late Harvest 2005 (W.O. Stellenbosch) (0.50L)

    VILLIERA Rhine Riesling Noble Late Harvest 2005Vin exceptionnel réalisé une seule fois au domaine, en 2005.
    Il s’agit d’une sélection de grains nobles 100% Riesling issue de la pourriture noble ou botrytis cinerea. Les conditions pour réaliser ce type de vin dans la région du Cap sont plutôt rares.

    Le domaine a produit 20 hl de ce nectar à la délicate robe brillante à reflets vieil or. Le bouquet est caractéristique des grands rieslings liquoreux et je pense, entre autres, aux rieslings allemands du Rheingau, qui sont un archétype en la matière.
    Au nez, on trouve des nuances d’agrumes et d’épices douces.
    En bouche, c’est le fruité et l’équilibre qui séduisent immédiatement. La minéralité commence à apparaitre sur ce vin qui devrait évoluer favorablement sur de longues années.

    L’acidité est remarquable, bien que nous soyons dans une région au caractère méditerranéen marqué.
    Avec les changements climatiques qui affectent particulièrement l’Europe continentale, l’Afrique du Sud a très probablement une carte à jouer dans ses meilleurs terroirs les plus méridionaux (donc les plus frais) pour la production de ce type de vins.
    En conclusion, grand vin à mettre en cave absolument.

    Éléments analytiques :
    Sucres résiduels : 104g/l
    Alcool : 13.2%
    Acidité : 8.8‰
    pH : 3.6


  • EPUISE – Klein Constantia Sauvignon Noble Late Harvest 2005 (0.75L) Grains nobles

    KLEIN CONSTANTIA SAUVIGNON NOBLE LATE HARVEST 2005Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire de nombreuses fois, ce vin n’est produit que rarement sur le domaine. Sa vendange demande en effet l’intervention de la pourriture noble ou Botrytis Cinerea. Elle nécessite en arrière saison (mars) de l’humidité et de la chaleur. Ce fût le cas en 2005.
    Depuis la résurrection du domaine au début des années 80 le Noble Late Harvest n’a été produit de manière satisfaisante qu’en 1987, 1992, 1998 et 2002. Heureux les possesseurs de ces flacons de vieux millésimes…

    Le millésime 2005 a renoué avec la tradition du grand équilibre dont est capable ce type de vin. Le domaine à notre demande, a modéré la durée d’élevage en barriques afin de conserver au vin toute sa fraîcheur.
    La robe couleur vieil or est séduisante. Nous retrouvons d’abord au nez, puis en bouche, toutes les caractéristiques qui font le charme de ce rare vin liquoreux issu de la pourriture noble. Le côté « salade de fruits exotiques » (mangue, ananas, fruits de la passion) est bien marqué, mêlé dans la complexité aux arômes d’agrumes frais.
    Le vin se termine en « queue de paon » par une longue finale. L’identité de ce grand liquoreux est vraiment unique, ne ressemblant à aucun des vins de sa « famille » (les liquoreux de pourriture noble).

    Il n’est pas à comparer au vin de Constance, d’un style diamétralement opposé. Il met en lumière les immenses possibilités de ce vignoble historique et mythique, en mesure de réussir magistralement dans presque tous les types de vin.
    Le nouveau « winemaker » (vinificateur) Adam Mason semble très bien parti pour magnifier le potentiel de ce superbe domaine.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14.02% vol
    Sucres résiduels : 86 g/L
    Acidité totale : 9.3g ‰


  • Vin du mois : Chateau Sarospatak Tokaji Aszu 6 Puttonyos 2002 & Villiera Rhine Riesling Noble Late Harvest 2005

    Vin du mois : Septembre 2008

    Double Vin du mois mythique et légendaire !

    Château Sarospatak Tokaji Aszu 6 Puttonyos 2002
    (Tokajhegyalja – Hongrie)

    &

    Villiera Rhine Riesling Noble Late Harvest 2005
    (W.O. Stellenbosch – Afrique du Sud)

     

     

    Château Sarospatak Tokaji Aszu 6 Puttonyos 2002

    Splendide robe dorée, limpide, brillante et claire. Le nez est très fruité et particulièrement délicat. Nous tenons là le meilleur millésime depuis le grand 1999. La bouche est d’une grande richesse aromatique, sans aucune lourdeur malgré ses 176 g de sucre résiduel. Tout y est : une palette d’agrumes frais, une petite touche d’abricot sec et d’épices. La minéralité se laisse déjà deviner mais il faut savoir attendre… La persistance aromatique est celle d’un grand Tokaji d’une grande année.
    Ce vin est à entrer impérativement en cave et à laisser mûrir au moins cinq années. Il fait partie des incontournables, avec 1993, 1997, 1999 et 2005 (qui sera mis sur le marché en 2011).

    Éléments analytiques :
    Sucres résiduels : 176 g/L
    Alcool : 12.49% / vol.
    Acidité : 11 ‰

     

     

     

     

     

     

     

    Villiera Rhine Riesling Noble Late Harvest 2005

    Vin exceptionnel réalisé une seule fois au domaine, en 2005.
    Il s’agit d’une sélection de grains nobles 100% Riesling issue de la pourriture noble ou botrytis cinerea. Les conditions pour réaliser ce type de vin dans la région du Cap sont plutôt rares.
    Le domaine a produit 20 hl de ce nectar à la délicate robe brillante à reflets vieil or. Le bouquet est caractéristique des grands rieslings liquoreux et je pense, entre autres, aux rieslings allemands du Rheingau, qui sont un archétype en la matière.
    Au nez, on trouve des nuances d’agrumes et d’épices douces .
    En bouche, c’est le fruité et l’équilibre qui séduisent immédiatement. La minéralité commence à apparaitre sur ce vin qui devrait évoluer favorablement sur de longues années.
    L’acidité est remarquable, bien que nous soyons dans une région au caractère méditerranéen marqué.
    Avec les changements climatiques qui affectent particulièrement l’Europe continentale, l’Afrique du Sud a très probablement une carte à jouer dans ses meilleurs terroirs les plus méridionaux (donc les plus frais) pour la production de ce type de vins.
    En conclusion, grand vin à mettre en cave absolument.

    Éléments analytiques :
    Sucres résiduels : 104g/l
    Alcool : 13.2%
    Acidité : 8.8‰
    pH : 3.6


  • News 28 Novembre 2006

    Orlienas, le 28 novembre 2006

    Je vous ai promis au mois d’octobre de vous donner des éléments plus détaillés sur la qualité de la vendange en Europe centrale. Je suis parti de Lyon le dimanche 29 octobre avec une première étape à Vienne où j’ai pu déguster les vins blancs encore troubles que l’on appelle « Staubiger ». Ce ne sont bien entendu pas de très grands vins, mais ils sont d’une fraîcheur et d’une impétuosité remarquable. L’atmosphère qui règne dans ces « Heuriger » de la banlieue viticole viennoise est quelque chose d’absolument unique. En vingt ans, la qualité des vins viennois (un vignoble de 700 hectares) a considérablement progressé. Le mieux est bien entendu de déguster les vins sur place.
    Bien qu’il existe de plus en plus de vins rouges, les meilleurs d’entre eux sont certainement les blancs et plus particulièrement les vins issus du Riesling, du Pinot blanc et du Grüner-veltliner. Ce sont des vins à prix relativement élevé, ceci en raison de la soif inextinguible des buveurs viennois et des touristes de passage…

    Le 30 octobre, je me suis rendu à Gols chez notre ami Georg Lunzer pour faire un petit tour de sa cave.

    Les vignobles de Gols par une belle journée d’automne (30 octobre 2006).

    La très bonne nouvelle est la vendange le 28 septembre de son petit vignoble complanté en Cabernet Sauvignon et que nous destinons à la production d’un vin de paille (le futur Strohwein Cabernet sauvignon 2006).
    Le dernier en date fût le 2003, épuisé depuis longtemps. Le 2004 n’a malheureusement pas pu être mis à la vente pour cause d’une évolution défavorable durant l’élevage. C’est une perte sèche sévère et nous n’avons malheureusement pas été en mesure de comprendre les causes de ce « désastre »…
    Pour l’instant 2 500 Kg ont été vendangés à 18.5 KMW (18.5% de sucres en masse volumique). Les raisins à la vendange étaient particulièrement sains, avec des peaux épaisses. Ils ont immédiatement été étendus sur des nattes de paille dans les très vastes greniers de Georg.

    Le « grenier » de Georg le 30 octobre 2006.

    Ci-dessous, un reportage vidéo dans le « grenier » de Georg Lunzer. (30/10/06)