• Archives pour l'Étiquette Mosel-Saar-Ruwer
  • ÉPUISÉ – Trabener Kräuterhaus Riesling Trocken (sec) 2013 (0,75L) Weingut Trossen

    riesling-trocken2013L’année 2013 a présenté dans la Moselle comme dans beaucoup d’endroits en Europe, les caractéristiques d’une année à maturation tardive. Le beau temps du cœur de l’été a permis une vendange de belle qualité, qui s’est déroulée dans d’excellentes conditions.
    Les raisins ont été vendangés fin octobre.

    Le vin présente un bouquet intense, délicat, fruité avec déjà une touche de minéralité extrêmement subtile. En bouche, c’est l’équilibre des très bons millésimes qui domine avec une belle matière, beaucoup de délicatesse et une  acidité agréable.
    Bonne garde prévisible.

    Toutes les caractéristiques d’un beau vin blanc sec de la Moselle sont présentes avec une parfaite digestibilité.
    Recommandable en tous points comme vin d’initiation avec un bon rapport qualité/prix.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12,5 %/vol
    Sucres résiduels : 6,8 g/L
    Acidité Fixe : 7,2 ‰


  • EPUISE – Winninger Brückstück Auslese Riesling 2010 (0.75L) Weingut Hess-Hautt (riesling de vendanges tardives moelleux issu du grand millésime 2010)

    Le prototype même de la vendange tardive mosellane. Ce vin provient du nord de la zone viticole, juste au sud de la ville de Coblence dans la zone appelée « les terrasses ».
    Le millésime 2010 est considéré comme un très grand millésime dans cette région.

    Ici, c’est plus que de la finesse dont il faut parler, c’est un véritable « vin de dentelle », d’une incroyable subtilité aromatique, où dominent les agrumes frais et la minéralité.
    Ce vin est à boire pour lui-même.
    Évolution prévisible de plus de dix ans.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 10,87%/vol
    sucres résiduels : 74,2 g/L
    Extraits secs : 37,1 g/L
    Acidité totale : 10,5‰


  • EPUISE – Trabener Kräuterhaus Riesling Eiswein (liquoreux) 2004 (0,375L) Weingut Trossen – vendangé le 21 décembre 2004 par -11°C

    TRABENER KRÄUTERHAUS RIESLING EISWEIN 2004

    Ce vin a été classé dans les cent meilleurs vins de Moselle du millésime.
    Présentant une robe or vert, brillante et intense, il explose littéralement en bouche, une acidité naturelle extraordinaire contrebalançant une richesse en sucres naturels considérable. Les grands eiswein de Riesling de la Moselle sont très certainement les plus précieux du genre. Le potentiel d’évolution est immense et il donnera d’intenses satisfactions dans vingt et trente années…

    Alcool : 8,5 %/vol
    Sucres résiduels : 219,7 g/L
    Acidité totale :15,4 ‰


  • ÉPUISÉ – Trabener Kräuterhaus Riesling Spätlese Trocken (sec) 2011 (0,75L) Weingut Trossen (Moselle centrale)

     trossenspaetriesltrocken2011L’année 2011 dans la Moselle centrale a connu des conditions climatiques chaudes. Elles ont permis d’obtenir  des vins concentrés avec une belle richesse en sucres et en extraits secs, mais une acidité moins marquée qu’en 2008, 2009 ou 2010.
    Le vin présente une bonne minéralité,  des notes d’agrumes verts fines, une jolie longueur et le côté fleuri irrésistible des terroirs de schiste ardoisier.
    Je suis persuadé qu’il évoluera favorablement sur de longues années.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13 %/vol
    Acidité fixe : 5,5‰


  • EPUISE – Trabener Kräuterhaus Riesling Kabinett Trocken (sec) 2009 (0,75L) Weingut Trossen

     Image non disponibleVendangé courant octobre avec une belle maturité, ce vin présente toutes les caractéristiques d’un vin de Moselle vif, fruité et minéral. Il est proche dans ses caractéristiques organoleptiques du Spätlese Trocken 2009 en plus léger, avec une parfaite digestibilité.
    Recommandable en tous points comme vin d’initiation avec un excellent rapport qualité/prix.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12 %/vol
    Extraits secs : 22,4g/L
    Acidité Fixe : 7,4‰


  • Vin du mois : Spécial Riesling / Vins de Moselle (Allemagne)

    Vin du mois : Avril 2009

    En cette période de l’année, il peut être agréable d’envisager de se munir de très beaux vins d’été, fruités et digestes qui pourront à la fois être consommés à l’apéritif, mais aussi avec des entrées ou des plats de poisson.

    Bien entendu, dans cette offre, c’est aussi l’occasion d’adjoindre deux grands vins moelleux de la même région, mais qui seront à boire dans d’autres circonstances.

    Quelques éléments généraux sur le vignoble allemand pour commencer :
    Superficie totale : 102 000 Ha répartis sur 13 grandes régions. Il y a 63% pour le vin blanc et 37% pour le vin rouge, ce dernier en forte augmentation depuis une quinzaine d’années.

    Pour ce qui concerne la Moselle, qui formait jusqu’à présent une vaste région viticole englobant également administrativement la Saar et la Ruwer, la surface viticole est de 9 080 Ha. La production est à 91% vouée au vin blanc, dont 58% de Riesling. Les vignobles sont plantés sur des sols de schiste et d’ardoise aux pentes souvent vertigineuses.

    Carte des vignobles de la Mosel – Saar – Ruwer
    Vignobles de la Moselle au niveau de Trittenheim le 25 octobre 2008.

     

    Vendanges du cru Winninger Brückstück au domaine Hess-Hautt en octobre 2008. (Moselle des terrasses)

     

    La grande surprise concernant les vins de la Moselle est un changement complet de style. Autrefois, les rieslings mosellans étaient souvent des vins certes délicats, mais fluets. La dilution régnait hélas en maître dans cette région. La prise de conscience des bons viticulteurs allemands, liée à de spectaculaires changements climatiques, permet maintenant la production de vins riches, concentrés, merveilleusement fruités et minéraux, dont la puissance n’a rien à envier aux plus typés des vins de la vallée du Danube, dans la Wachau en Autriche. Toutes les conditions sont réunies maintenant pour offrir l’ expression peut-être la plus accomplie du roi Riesling. La Moselle produit quelques uns des plus grands vins de terroir au monde.

    On recherche dans un vin jeune de la Moselle d’un bon millésime, le fruit, la vivacité et toutes les joies de la jeunesse. Faites-en l’expérience avec nos Trabener Kräuterhaus Kabinett sec ou Spätlese sec et vous comprendrez ce que je veux dire.

    Mais le vrai secret de ces vins, qu’ils soient secs ou moelleux, c’est de les goûter au sommet de leur maturité. Qui est vraiment informé qu’ils sont capables de développer des qualités insoupçonnées au fil d’une longue vie de plusieurs décades ?
    Quel est alors vraiment le meilleur moment ? Cela dépend vraiment de vos goûts et de l’usage du vin (dégustation pour lui-même, accompagnement d’un plat de gastronomie raffinée…)

    On peut résumer globalement cinq phases d’évolution dans ces vins :

    La phase primaire, de une à deux années où vous aurez de la peine à épuiser toutes les joies prodiguées par leur vigoureuse jeunesse. 2007 en est représentatif.

    La phase évolutive : le vin a tendance à se fermer dans les une à trois années après la vendange. Elle peut être brève ou durer plusieurs années, ceci tenant compte des composantes du millésime (alcool, acidité, sucres résiduels éventuels). C’est un passage un peu ingrat, mais il ne faut surtout pas croire que le vin est au bout de son parcours. C’est le cas actuellement du millésime 2001.

    Le vin ne va pas tarder à entrer dans une troisième phase qui va en gros de la huitième à la quinzième année et que l’on peut qualifier de « phase fruitée« . Le fruit revient alors en force presque comme à ses débuts, avec souvent des nuances d’agrumes confits et une grande homogénéité due à la parfaite intégration de l’acidité, de l’alcool et des sucres résiduels. On peut citer dans ce stade évolutif les millésimes 1998, 1995 et 1994.

    De la quinzième à la vingt-cinquième année, c’est la « phase terroir« . Le vin présente encore des arômes fruités mais c’est l’émergence de la complexité minérale qui devient dominante. On peut citer actuellement les millésimes 1989, 1988, 1985 et 1983.

    Enfin, à partir de trente ans, nous entrons dans une période que l’on peut qualifier de phase mystique durant laquelle le vin tend à développer sa propre dynamique. Les différences de terroirs, si marquées du nord au sud de la vallée tendent alors à se gommer. On voit apparaitre des arômes tertiaires comme la pâte d’amande et le fruit confit. On peut qualifier cette phase de mystique car de très grands vins peuvent à ce moment là émerger de petits vignobles ou de producteurs moins bien considérés. On peut citer actuellement dans cette catégorie les vins de 1976 et 1971 et bien entendu de plus anciens encore.

    Tout ceci n’est pas linéaire et les vins de Kabinett et Spätlese sec par exemple n’emprunteront pas exactement la même voie qu’un Auslese, Beerenauslese ou Eiswein (vin de glace).

    Cette dernière partie est issue d’une traduction d’un texte anglais écrit par Jean Fisch et David Rayer, de Mosel Fine Wines.
    Ce texte initial avait été publié dans leur Newsletter et repris par ailleurs sur leur site Internet,
    à l’adresse suivante : http://www.moselfinewines.com/Maturing_Mosel.htm

    Nous avons le plaisir de vous proposer quatre vins en offre spéciale :

    Trois vins de la Moselle centrale du domaine Trossen :

    Trabener Kräuterhaus Riesling Kabinett Trocken (sec) 2007

    Archétype du vin de Moselle fruité, digeste et équilibré , avec une grande pureté aromatique et beaucoup de délicatesse . Il fera un merveilleux vin d’été à déguster en apéritif. Il présente toutes les caractéristiques des vins de la Moselle moyenne, entre autres une subtile minéralité due au sous-sol de schiste ardoisier.
    Alcool : 12% / vol
    Sucres résiduels : 6,7 g/L
    Acidité totale :6.8‰

    Trabener Kräuterhaus Riesling Spätlese Trocken (sec) 2007

    Décidément, le millésime 2007 présente un charme fou dans la Moselle. En provenance du même vignoble que le Kabinett, ce Spätlese Trocken est issu d’une vendange un peu plus tardive que la précédente, obtenue à partir de rendements strictement contrôlés. Il nous offre un vin vraiment complet, riche en arômes d’agrumes frais et à la minéralité prononcée . On peut lui prédire une belle évolution sur de nombreuses années.
    Alcool : 12,5 %/vol
    Sucres résiduels : 8,2 g/L
    Acidité totale :6,6‰


    Trabener Kräuterhaus Riesling Eiswein (moelleux) 2004

    Vendangé le 21 décembre 2004 par -11°C, ce vin a été classé dans les cent meilleurs vins de Moselle du millésime.
    Présentant une robe or vert, brillante et intense, il explose littéralement en bouche, une acidité naturelle extraordinaire contre-balançant une richesse en sucres naturels considérable . Les grands eiswein de Riesling de la Moselle sont très certainement les plus précieux du genre. Le potentiel d’évolution est immense et il donnera d’intenses satisfactions dans vingt et trente années…
    Alcool : 8,5 %/vol
    Sucres résiduels : 219,7 g/L
    Acidité totale :15,4 ‰


    et pour la Moselle des terrasses, un vendange tardive du domaine Hess-Hautt :

    Winninger Brückstück Auslese (moelleux de vendanges tardives) 2007

    Le prototype même de la vendange tardive mosellane. Ce vin provient du nord de la zone viticole, juste au sud de la ville de Coblence dans la zone appelée « les terrasses ».
    Ici, c’est d’une grande finesse dont il faut parler, véritable « vin de dentelle », d’une belle subtilité aromatique, où dominent les agrumes frais et la minéralité. Ce vin est à boire pour lui-même, mais à encaver impérativement.
    Longue évolution prévisible.
    Éléments analytiques non disponibles.


  • News 7 Novembre 2007

    Orlienas, le 7 novembre 2007,

    Le 24 octobre, je me suis mis en route dans notre vieille Europe pour un voyage de treize jours, qui m’a conduit tout d’abord en Allemagne, dans la vallée de la Moselle, puis dans le Mittelrhein et le Rheingau et enfin la Franconie (partie la plus au nord du land de Bavière).
    Quelques éléments généraux sur le vignoble allemand pour commencer :
    Superficie totale : 102 000 Ha répartis sur 13 grandes régions. Il y a 63% pour le vin blanc et 37% pour le vin rouge, ce dernier en forte augmentation depuis une quinzaine d’années.

    Pour ce qui concerne la Moselle, qui formait jusqu’à présent une vaste région viticole englobant également administrativement la Saar et la Ruwer, la surface viticole est de 9 080 Ha. La production est à 91% vouée au vin blanc, dont 58% de Riesling. Les vignobles sont plantés sur des sols de schiste et d’ardoise aux pentes souvent vertigineuses. Quelques photos seront plus parlantes qu’un long discours.

    J’ai eu l’opportunité de déguster quelques excellents vins en Moselle centrale au domaine Grans Fassian à Liewen, notamment un superbe Trittenheimer Apotheque riesling spätlese sec vieilles vignes 2006 à la robe « paille dorée ». En bouche, minéralité, arômes de fruits à pépins, belle matière, très longue finale.

    La grande surprise concernant les vins de la Moselle est un changement complet de style. Autrefois, les rieslings mosellans étaient souvent des vins certes délicats, mais fluets. La dilution régnait hélas en maître dans cette région. La prise de conscience des bons viticulteurs allemands, liée à de spectaculaires changements climatiques, permet maintenant la production de vins riches, concentrés, merveilleusement fruités et minéraux, dont la puissance n’a rien à envier aux plus typés des vins de la vallée du Danube, dans la Wachau en Autriche. Toutes les conditions sont réunies maintenant pour offrir l’ expression peut-être la plus accomplie du roi Riesling.

    Un deuxième vigneron a retenu mon attention : le domaine Paulinshof à Kesten en Moselle centrale : un Brauneberger Juffer Sonnenuhr Riesling spätlese trocken 2006 présente toutes les caractéristiques d’un Riesling fin, subtil et minéral. Mais la dégustation du Brauneberger Kammer Auslese trocken Riesling 2006 est une véritable révélation : la robe est dorée et brillante. Au nez très typé, au bouquet subtil et profond, dominent les agrumes fins, le zeste de citron et une fraiche minéralité. En bouche, c’est la délicatesse, la fraîcheur, la subtilité enveloppée dans une puissance contenue mais bien présente. Très jolie longueur, aucun excès d’alcool, bref un régal !

    La journée s’est terminée par une visite au Weingut Richter à Winningen. Nous sommes ici dans la Moselle des terrasses où règne presque exclusivement le Riesling. On y produit des vins puissants, minéraux et concentrés. Je noterai particulièrement un Uhlen Spätlese sec 2006 dans l’esprit d’un très bon Riesling Smaragd de la Wachau, un « Vulcanus » Spätlese Feinherb 2006, un remarquable moelleux : Winninger Brückstück Kabinett 2006 présentant un excellent équilibre acidité/alcool/sucres. Enfin, un Röttgen Spätlese Alte Reben 2006 (95.4 grammes de sucres, 8.8‰ d’acidité et 10% d’alcool) pur, ferme, très fruité, destiné à une longue évolution.

    Ce sera tout pour ce soir; la suite la semaine prochaine.

    Salutations œnophiles.
    Jean-François Ragot