• Archives pour l'Étiquette assemblage
  • Vigneti Zabù Il Passo Nerello Mascalese-Nero d’Avola IGT 2016 (Agrigento) (0,75L)

    Vin particulièrement original élaboré par le domaine Zabu à partir d’un assemblage des deux cépages autochtones Nerello mascalese et Nero d’Avola.

    Lorsque les raisins arrivent à maturité, leurs tiges sont «pincées» 10 cm avant la grappe, ce qui permet une concentration naturelle du sucre, favorisée en outre par les vents chauds en provenance d’Afrique. Les raisins sont finalement vendangés lorsque la diminution de leur poids atteint 15 à 20%.

    La vinification se déroule ensuite avec une longue macération permettant d’extraire couleur et arômes, puis le vin passe pour un cours séjour de six mois, dans des barriques françaises et américaines.

    Il présente une robe rubis profond, un bouquet expressif de fruits rouges très murs, rappelant par moment un beau pinot noir. En bouche, une attaque fruitée agréable et une belle fluidité donnent au vin une excellente digestibilité. Bonne longueur fruitée.

    Température de service : 18°C
    Alcool : 13%
    Accord mets/vins : parfait avec des plats de pâtes en sauce, viandes rôties et fromages affinés.


  • ÉPUISÉ – Zema Cluny 1999 (Coonawarra) (Assemblage Cabernet Sauvignon, Merlot , Cabernet Franc et Malbec) (0.75L)

    ZEMA CLUNY 1999Élaborée pour la première fois en 1993, elle est composée de 65% de Cabernet Sauvignon, 25% de Merlot et 10% de cabernet Franc et Malbec.

    Élevage en barriques françaises et américaines mais dans le respect du fruit.

    Robe grenat et profonde.
    Le nez est d’une grande complexité, liée à un assemblage particulièrement judicieux de raisins très mûrs.
    La bouche est marquée par des arômes de cassis, de menthe douce et d’un bouquet de fruits noirs. Belle qualité de tannins.

    Le terroir caractéristique de la Terra Rossa de la Coonawarra s’exprime ici particulièrement bien.

    En décembre 2016, il nous reste une quarantaine de bouteilles de cet exemple passionnant d’un domaine australien à dimension humaine. La dernière dégustation remonte à décembre 2015 et je peux garantir l’excellente conservation de ce vin à pleine maturité susceptibled’évoluer encore 3 ou 4 années.

     


  • Vigna Il Corto (Rosso Dei Colli Della Toscana Centrale IGT) 2016 Fattoria di Basciano (0,75L)

    ilcorto2011Cette cuvée de vin rouge aux caractéristiques imposantes a été vinifiée pour la première fois en 1993 à partir d’un vignoble caillouteux de la propriété appelé Il Corto. C’est par conséquent un cru. Ce vin est composé à 90% de Sangiovese grosso et 10% de Cabernet-Sauvignon. Ces deux cépages sont vendangés et vinifiés ensemble. Longue macération de presque quatre semaines. Élevage en barriques françaises durant 14 mois (la moitié de barriques neuves et l’autre moitié de barriques de deux années).

    Il se présente avec une robe grenat profond, sans évolution. Dans ce millésime solaire exceptionnel, le nez est agréablement fruité sur le fruit noir bien mûr mais sans aucune lourdeur. En bouche le vin nous offre une structure tannique imposante, une palette aromatique soyeuse et raffinée de petits fruits noirs et une longue finale.

    Très belle bouteille mettant en lumière le magnifique terroir de Rufina sur un style complètement différent des Chianti.

    Vin de garde.

     


  • Chianti DOCG Riserva 2015 Renzo Masi (Toscane)

    chianti-riserva2011Un petit mot tout d’abord sur le Chianti, vin universellement connu et tellement galvaudé…

    La zone d’appellation Chianti est considérable, la production atteint en moyenne un million d’hectolitres par an pour 16800 hectares en production. (à titre de comparaison, la surface totale du Beaujolais est de 22 000 ha pour une production de 1.2 millions d’hectolitres).

    La zone d’appellation Chianti se situe au cœur de la Toscane, au sud et à l’est de Florence. L’aire DOCG se divise en huit zones géographiques distinctes, qui peuvent accoler leur nom au vin :
    – Chianti Classico (qui possède son propre statut DOCG, délimité à partir de 1716)
    – Chianti Montalbano
    – Chianti Rufina, (rien à voir avec Rufino, qui est une marque commerciale)
    – Chianti Colli Fiorentini
    – Chianti Montespertoli
    – Chianti Colli Senesi
    – Chianti, Colli Aretini
    – Chianti Colline Pisane

    Certains Chiantis peuvent également être étiquetés sans autre information particulière, mais il vaut mieux être prudent…
    Sous la dénomination Chianti, se dissimulent une variété considérable de terroirs, de cépages et par conséquent de vins, qui vont de l’exceptionnel au véritablement infâme…
    Ayant toujours beaucoup fréquenté l’Italie et ceci depuis mon enfance, j’ai le souvenir de « fiascos » de deux litres laissant au malheureux buveur un souvenir impérissable… ce temps est heureusement révolu .
    Le principal cépage est l’excellent Sangiovese, que l’on retrouve un peu partout dans toute l’Italie Centrale. Il peut être utilisé seul, mais le plus souvent en association avec le Canaiolo nero, le Trebbiano toscano et la Malvasia Nera pour ne citer que les principaux. De plus, on peut adjoindre jusqu’à 15% de Merlot ou de Cabernet-sauvignon à l’assemblage final.

     

     

    A partir de cet excellent millésime 2015, Paolo a élaboré un vin à la robe grenat très profonde, au nez complexe, riche et légèrement toasté. En bouche, le boisé est perceptible, mais sans agressivité et devrait se fondre rapidement. C’est un vin concentré, fruité avec de belles nuances d’olives et de fruits noirs.

    Cépages : 95% sangiovèse grosso et 5% colorino

    Vin de garde, il est fait pour évoluer favorablement une dizaine d’années.


  • Ruster Lan 1 Selection 2015 Domaine Landauer (0,75L)

    RusterLAN1selection2011La famille Landauer, partenaire de Dionis depuis 25 ans, nous gratifie de splendides vins moelleux et depuis une dizaine d’années de grands vins rouges. Lorsque je parle de grands vins rouges, je pense  à des produits qui sont à la fois l’expression d’un terroir, d’un climat, d’un savoir-faire pointu et de l’adaptation des cépages à cet ensemble. Pour ce qui touche les vins rouges, Bruno Landauer a longtemps pratiqué les vins de mono-cépage : Zweigelt, Blaufränkisch, Cabernet-Sauvignon, Merlot et Pinot noir.
    Le premier grand vin rouge issu d’assemblage de différents cépages, exceptionnel par ses qualités organoleptiques et ses capacités de conservation, a été la fameuse cuvée Urbarial dont le premier millésime fût le 2003.
    Avec le millésime 2011, grandissime pour les vins rouges, la famille Landauer nous avait proposé une nouvelle cuvée baptisée tout simplement LAN 1 Selection. Ils renouvellent cette cuvée avec l’excellent millésime 2015.

    C’est une toute petite cuvée de 3 000 bouteilles issue de 50% de Blaufränkisch, 40% de Cabernet-Sauvignon et 10% de Pinot Noir.

    La robe est d’un grenat profond brillant, sans aucune évolution. Ça commence très bien… Le nez du vin nous entraine dans un univers complexe de baies noires et de délicats arômes légèrement épicés. En bouche, nous avons affaire à un vin multidimensionnel à la matière concentrée, mais sur la finesse avec des tannins de grande qualité. La longueur est remarquable. Ce vin est déjà délicieux à boire maintenant mais il est apte à évoluer, à notre avis, sur une quinzaine d’années.


  • Argione Appassimento 2013 Montecrocetta Cabernet del Veneto IGT (0,75L)

    argioneLes deux cabernets (Cabernet-Sauvignon et Cabernet Franc) sont dans leur environnement quasi naturel dans cette région du Veneto. Les résultats sont très souvent à la hauteur des espérances, surtout lorsque nous avons affaire à une année chaude. C’est le cas tout particulièrement de 2013. Le Cabernet-Sauvignon et le Cabernet Franc sont des cépages tardifs qui ont besoin de tout leur temps pour mûrir et développer ainsi de beaux arômes de fruits noirs.
    Cette cuvée appelée Argione-Appassimento est en fait un vin de type Amarone della Valpolicella, mais élaboré avec d’autres cépages dans la région de Vicenza et sur un terroir différent.

    Terroir et situation : colline d’origine volcanique.
    Cépages : 75% Cabernet-Sauvignon et 25% Cabernet Franc.
    Vendanges : manuelle avec sélection des grappes bien mûres et en excellent état sanitaire. Elle sont déposées dans des caissettes de bois fruitier et mises à passeriller pour environ un mois et demi, puis pressurées  et fermentées.
    Élevage : 18 mois en barriques de plusieurs vins.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,5 %/vol

     Ce vin présente une robe splendide, grenat profonde. Le nez du vin est intense, sur les fruits rouges et noirs avec une très légère touche empyreumatique. En bouche, on découvre un vin avec beaucoup d’étoffe, de corps et de concentration. Les tannins sont subtils, le milieu de bouche savoureux avec une foule d’arômes complexes d’épices douces notamment le poivre. C’est vraiment équilibré et tout comme pour un Amarone della Valpolicella, il y a de la fraîcheur aromatique et une grande souplesse.
    C’est un produit de forte identité, très original, qui ne laisse personne indifférent. A découvrir pour une occasion exceptionnelle.

    argione2010_back

     

    grappe_cabernetsauvignon
    Une grappe de Cabernet-Sauvignon

     

     

     

     

     

     

     

    grappe_cabernet franc
    Une grappe de Cabernet Franc

     


  • Quinta Dos Roques 2016 (Assemblage Touriga Nacional, Jaen, Alfrocheiro , Tinta Roriz et Tinta Cao) Appellation DÃO (0.75L)

    Issu d’un excellent millésime, ce vin est un assemblage de 50% de Touriga Nacional, 20% de Jaen, 15% de Alfrocheiro  preto et 10% de Tinta Roriz et 5% de Tinta Cao.
    Macération de douze jours.
    Élevage de 10 mois en barriques de chêne français de 2ème et 3ème vin.

    Vin à la robe rubis profond, au bouquet intense rappelant le cassis et les aiguilles de pin, à l’élevage particulièrement bien intégré.
    Ce vin complexe aux tanins biens fondus satisfera les fans de vins jeunes mais il gagnera énormément à être conservé pendant plusieurs années avec une apogée dans 10 ans.
    Servir à 16°C.


  • ÉPUISÉ – Bianco di Toscana IGT 2016 (0,75L) R. Masi – Toscane

    Vin blanc sec élaboré par Renzo Masi à partir de 70% de raisins Trebbiano Toscano et 30% de Chardonnay.
    Après une macération péliculaire à froid suit une fermentation en cuve inox à la température contrôlée de 20°C.
    Alcool : 12,5%/vol

    Le vin présente une robe paille très claire.  On est immédiatement surpris par un côté très aromatique du vin avec des arômes de fruits à pépins (pomme, poire…) mais aussi de fruits tropicaux. Assez jolie structure en bouche et belle fraicheur. Vin bien adapté à une longue saison d’été.


  • SIMONSIG Tiara 2012 (W.O. Stellenbosch) (0,75L) cuvée prestige du domaine

    La première cuvée Tiara a été élaborée en 1990 et mise sur le marché en 1992. En 1997, le vinificateur a décidé de rajouter le cépage Petit Verdot à l’assemblage. A partir du millésime 2009 , il est souvent inclus une proportion de Malbec.
    Ce vin est le porte-drapeau du domaine Simonsig et témoigne indiscutablement de la grande qualité du millésime 2012. Très peu de précipitations, le millésime le plus sec depuis 1976.

    Cuvée ambitieuse de
    75 % Cabernet-sauvignon
    17 % Merlot
    4 % Cabernet franc
    3% Malbec
    1 % Petit verdot.

    Le 2012 apparaît comme un millésime au rendement un peu plus faible que le millésime 2011, ceci étant dû probablement au phénomène de sécheresse.

    Élevage habile préservant bien le fruité naturel du vin.
    18 mois en barriques (100 % de bois français).

    Barriques neuves 97 %, barriques de deuxième année 3 %.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,44 % /vol
    Acidité totale: 6,00 g/l
    pH : 3,50

    De robe très profonde, le nez, laisse apparaitre un bouquet intense et délicat où percent des arômes de fruits noirs, de cerises et même une touche de boite à cigares.
    La bouche concentrée domine l’élevage en barrique, ce qui est la règle élémentaire,  mais ce qui est loin d’être le cas hélas pour beaucoup de vins sud-africains et d’ailleurs …

    Belle longueur avec des tannins soyeux et bien fondus. Ce très beau vin peut commencer à se boire mais évoluera favorablement. Il se conservera de nombreuses années. Je lui attribue personnellement une garde de  quinze à vingt ans.


  • Chianti Rufina DOCG 2015 Fattoria di Basciano (0,75L)

    Un petit mot tout d’abord sur le Chianti, vin universellement connu et tellement galvaudé…

    La zone d’appellation Chianti est considérable, la production atteint en moyenne un million d’hectolitres par an pour 16800 hectares en production. (à titre de comparaison, la surface totale du Beaujolais est de 22 000 ha pour une production de 1.2 millions d’hectolitres).

    La zone d’appellation Chianti se situe au cœur de la Toscane, au sud et à l’est de Florence. L’aire DOCG se divise en huit zones géographiques distinctes, qui peuvent accoler leur nom au vin :
    – Chianti Classico (qui possède son propre statut DOCG, délimité à partir de 1716)
    – Chianti Montalbano
    – Chianti Rufina, (rien à voir avec Rufino, qui est une marque commerciale)
    – Chianti Colli Fiorentini
    – Chianti Montespertoli
    – Chianti Colli Senesi
    – Chianti, Colli Aretini
    – Chianti Colline Pisane

    Certains Chiantis peuvent également être étiquetés sans autre information particulière, mais il vaut mieux être prudent…
    Sous la dénomination Chianti, se dissimulent une variété considérable de terroirs, de cépages et par conséquent de vins, qui vont de l’exceptionnel au véritablement infâme…
    Ayant toujours beaucoup fréquenté l’Italie et ceci depuis mon enfance, j’ai le souvenir de « fiascos » de deux litres laissant au malheureux buveur un souvenir impérissable… ce temps est heureusement révolu .
    Le principal cépage est l’excellent Sangiovese, que l’on retrouve un peu partout dans toute l’Italie Centrale. Il peut être utilisé seul, mais le plus souvent en association avec le Canaiolo nero, le Trebbiano toscano et la Malvasia Nera pour ne citer que les principaux. De plus, on peut adjoindre jusqu’à 15% de Merlot ou de Cabernet-sauvignon à l’assemblage final.

    La zone des Chianti Rufina quant à elle, a une tradition de qualité très ancienne et le niveau peut être excellent. Elle s’étend sur des collines à l’Est de Florence. Les vignes peuvent être assez élevées, plantées sur un terroir formé de remarquables marnes calcaires que l’on appelle localement « galestro ».
    Grâce à une bonne acidité, les vins conservent longtemps fraîcheur et finesse.

     

    Composée de 93% de Sangiovese, 5% de Canaiolo et de 2% de Colorino , la vendange a macérée environ 15 jours en cuves ouvertes. Affinage pour une partie des vins, en barrique durant six mois.
    Robe grenat, profonde et dense. Le nez est puissant, avec une grande maturité où l’on distingue fruits noirs et violette.
    En bouche, le vin est dense, avec des tanins souples, une gamme aromatique complexe et une bonne longueur.
    L’année 2015, à la climatologie typiquement solaire, nous a donné un grand vin rouge qui devrait faire date et se conserver une bonne dizaine d’années.

    Ce n’est pas un vin marketing comme tant de Chiantis « bordeaulisés » au Cabernet sauvignon et au Merlot à la mode Parker…
    C’est un produit qui respecte la culture originelle de sa région de production.


  • Southern Right Sauvignon Blanc 2017 (0,75L) (W.O. Wallker Bay)

    Le domaine Southern Right a été fondé  en 1994 par Anthony Hamilton Russell, propriétaire du domaine éponyme.
    Le but était la production de vins blancs et rouges de classe internationale, bien marqués par les conditions climatiques maritimes fraîches de cette zone privilégiée.
    Ces conditions permettent d’obtenir des vins blancs secs présentant un fruit très pur et une complexité aromatique élevée, grâce à un cycle de maturation plus long.
    Terroir : grès et argilo-calacaire.
    Élevage en cuves inox uniquement.

    Le Sauvignon 2017 est à la hauteur des attentes et nous offre une jolie minéralité, ainsi qu’une acidité naturelle marquée mais bien mûre, sans oublier une longue finale d’agrumes frais aux notes citronnées.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13,87 %/vol
    Acidité totale : 6,00 ‰
    pH : 3,37
    Sucres résiduels : 1,60 g/L

    Rendement : 6 tonnes/ha / 40 hl/ha

    Le millésime 2017 a été vinifié de manière à préserver au maximum le superbe potentiel fruité du millésime. L’équilibre traditionnel des vins de Southern Right se situe entre la minéralité associant la longueur caractéristiques des vins européens et une touche « Nouveau Monde ».

    A noter que le vin est composé de 93% Sauvignon et 7% de Sémillon.

     Le millésime 2017 se distingue par des vins somptueux présentant un fruité généreux et montrant une belle profondeur fruitée et structurée.


  • Southern Right Pinotage 2016 (Hemel-en-Aarde Valley) (0.75L)

    Le domaine Southern Right a été fondé  en 1994 par Anthony Hamilton Russell, propriétaire du domaine éponyme. Le but était la production d’un pinotage de classe internationale, bien marqué par sa typicité sud-africaine. De par la précocité du cépage et les conditions climatiques maritimes fraîches de cette zone, on obtiendrait un vin présentant une complexité aromatique plus élevée que la moyenne des vins produits dans le pays,  mais aussi de beaux tanins fins.
    Le résultat a été à la hauteur des attentes.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13,60 %/vol
    Acidité totale : 5,50 ‰ (mesurée en acide tartrique)
    pH : 3,55
    Sucres résiduels : 1,56 g/L

    Rendement : 4,21 tonnes/ha / 28,53 hl/ha

    Il est intéressant de noter que ce vin n’a pas été élaboré avec 100% de pinotage. Sa composition est la suivante :
    94% Pinotage, 2% Cabernet Sauvignon, 2% Cabernet Franc, 1% Malbec, 1% Syrah.

    Le millésime 2016 est un excellant millésime pour les vins rouges, donnant des vins avec beaucoup de matière et une superbe profondeur de fruit.

    L’élevage s’est déroulé à 100% en barriques françaises de 228 litres durant 9,5 mois.


  • ÉPUISÉ – Chianti Rufina DOCG 2013 Fattoria di Basciano (0,75L)

    Un petit mot tout d’abord sur le Chianti, vin universellement connu et tellement galvaudé…

    La zone d’appellation Chianti est considérable, la production atteint en moyenne un million d’hectolitres par an pour 16800 hectares en production. (à titre de comparaison, la surface totale du Beaujolais est de 22 000 ha pour une production de 1.2 millions d’hectolitres).

    La zone d’appellation Chianti se situe au cœur de la Toscane, au sud et à l’est de Florence. L’aire DOCG se divise en huit zones géographiques distinctes, qui peuvent accoler leur nom au vin :
    – Chianti Classico (qui possède son propre statut DOCG, délimité à partir de 1716)
    – Chianti Montalbano
    – Chianti Rufina, (rien à voir avec Rufino, qui est une marque commerciale)
    – Chianti Colli Fiorentini
    – Chianti Montespertoli
    – Chianti Colli Senesi
    – Chianti, Colli Aretini
    – Chianti Colline Pisane

    Certains Chiantis peuvent également être étiquetés sans autre information particulière, mais il vaut mieux être prudent…
    Sous la dénomination Chianti, se dissimulent une variété considérable de terroirs, de cépages et par conséquent de vins, qui vont de l’exceptionnel au véritablement infâme…
    Ayant toujours beaucoup fréquenté l’Italie et ceci depuis mon enfance, j’ai le souvenir de « fiascos » de deux litres laissant au malheureux buveur un souvenir impérissable… ce temps est heureusement révolu .
    Le principal cépage est l’excellent Sangiovese, que l’on retrouve un peu partout dans toute l’Italie Centrale. Il peut être utilisé seul, mais le plus souvent en association avec le Canaiolo nero, le Trebbiano toscano et la Malvasia Nera pour ne citer que les principaux. De plus, on peut adjoindre jusqu’à 15% de Merlot ou de Cabernet-sauvignon à l’assemblage final.

    La zone des Chianti Rufina quant à elle, a une tradition de qualité très ancienne et le niveau peut être excellent. Elle s’étend sur des collines à l’Est de Florence. Les vignes peuvent être assez élevées, plantées sur un terroir formé de remarquables marnes calcaires que l’on appelle localement « galestro ».
    Grâce à une bonne acidité, les vins conservent longtemps fraîcheur et finesse.

     

    Composée de 93% de Sangiovese, 5% de Canaiolo et de 2% de Colorino , la vendange a macérée environ 15 jours en cuves ouvertes. Affinage pour une partie des vins, en barrique durant six mois.

    Robe grenat, profonde et dense. Le nez est puissant, un peu sauvage, avec une belle fraîcheur où l’on distingue fruits noirs et violette. En bouche, le vin est concentré, assez tannique, aromatique et long en bouche.
    L’année 2013, à la climatologie typiquement tardive, nous a donné un beau vin rouge qui devrait se conserver une bonne dizaine d’années.

    Ce n’est pas un vin marketing comme tant de Chiantis « bordeaulisés » au Cabernet sauvignon et au Merlot à la mode Parker…
    C’est un produit qui respecte la culture originelle de sa région de production.


  • News : 17 novembre 2015 : coup d’œil sur les vendanges en Europe Centrale – automne 2015 (Allemagne – Autriche)

    Orliénas, le 17 novembre 2015,

    L’été et l’automne 2015 resteront probablement dans la mémoire collective des années chaudes, même si nous sommes très loin de la terrible année 2003. Le point positif concerne les vendanges, qui se sont déroulées globalement d’est en ouest de l’Europe, dans d’excellentes conditions. La maturité est bien présente en cet automne 2015.
    J’ai voulu me rendre compte de la situation moi-même et je me suis rendu tout particulièrement auprès de mes partenaires allemands, autrichiens et hongrois bien entendu.

    Le dossier concernant les Tokay de Hongrie 2015 (Tokaji) fera l’objet d’un autre article.

    Je sais que moins le discours est copieux, mieux il est reçu. C’est pourquoi je vous propose quelques belles images illustrées de commentaires.

    Dans la Moselle allemande, les vendanges sont terminées. Très bon niveau de maturité sur les Rieslings, laissant présager d'excellents vins blancs secs. Très peu de vin moelleux de vendange tardive. Cette photo illustre les crus de la Moselle des Terrasses, à une dizaine de km au sud de Coblence, le 1er novembre 2015.
    Dans la Moselle allemande, les vendanges sont terminées. Très bon niveau de maturité sur les Rieslings, laissant présager d’excellents vins blancs secs. Très peu de vin moelleux de vendange tardive.
    Cette photo illustre les crus de la Moselle des Terrasses, à une dizaine de km au sud de Koblenz, le 1er novembre 2015.
    Vue des vignobles mosellans des terrasses, dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Vue des vignobles mosellans des terrasses, dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Autre vue du cru Winninger Brückstück, dans la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Autre vue du cru Winninger Brückstück, dans la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Vue plongeante sur la Moselle à mi-hauteur du cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Vue plongeante sur la Moselle à mi-hauteur du cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Grappes de Riesling en état de surmaturation, parfois atteintes par la pourriture noble ou botrytis cinéréa. Ces raisins appartiennent au domaine de Martin Hautt. Elles sont destinées à la production de notre futur Winninger Brückstück Auslese 2015. Photo du 1er novembre 2015. Cette ultime vendange sera effectuée dans la première quinzaine de novembre.
    Grappes de Riesling en état de surmaturation, parfois atteintes par la pourriture noble ou botrytis cinéréa. Ces raisins appartiennent au domaine de Martin Hautt. Elles sont destinées à la production de notre futur Winninger Brückstück Auslese 2015. Photo du 1er novembre 2015. Cette ultime vendange sera effectuée dans la première quinzaine de novembre.
    Aspect des grappes de Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015. Nous constatons nettement l'état de surmaturité et un début de botrytisation.
    Aspect des grappes de Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015. Nous constatons nettement l’état de surmaturité et un début de botrytisation.
    Autre aspect des raisins Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Autre aspect des raisins Riesling dans le cru Winninger Brückstück, le 1er novembre 2015.
    Le magnifique cru Winninger Brückstück de la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Le magnifique cru Winninger Brückstück de la Moselle des Terrasses, le 1er novembre 2015.
    Nous essayons également avec nos partenaires de Hallgarten (Rheingau) de produire cette année une vendange tardive de niveau Auslese. Aspect des raisins Riesling, le 2 novembre 2015.
    Nous essayons également avec nos partenaires de Hallgarten (Rheingau) de produire cette année une vendange tardive de niveau Auslese. Aspect des raisins Riesling, le 2 novembre 2015.
    Aspect caractéristique d'une grappe de Riesling presque complètement au niveau de raisins secs. Elle est destinée à la production d'une vendange tardive de niveau Auslese. Hallgarten (Rheingau), le 2 novembre 2015.
    Aspect caractéristique d’une grappe de Riesling presque complètement réduite au niveau de raisins secs. Elle est destinée à la production d’une vendange tardive de niveau Auslese.
    Hallgarten (Rheingau), le 2 novembre 2015.
    Rust (Burgenland/Autriche), le 14 novembre 2015. Bruno Landauer explique à Jean-François Ragot les paramètres analytiques du fameux Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015. il a été vendangé le 3 octobre 2015.
    Rust (Burgenland/Autriche), le 14 novembre 2015. Bruno Landauer explique à Jean-François Ragot les paramètres analytiques du fameux Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015. Il a été vendangé le 3 octobre 2015. Absolument délicieux déjà, il sera mis sur le marché le 1er mars 2016.
    Aspect visuel du Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015 produit par Bruno Landauer à Rust (Autriche / Burgenland).
    Aspect visuel du Gewürztraminer Spätlese / vendanges tardives 2015 produit par Bruno Landauer à Rust (Autriche / Burgenland). Photo du 14 novembre 2015.
    Aspect visuel du moût du futur Ruster Auslese 2015 dont la fermentation n'a pas encore commencé. Les raisins ont été vendangés le 12 novembre 2015. C'est un assemblage de Furmint (majoritaire) et de Pinot Blanc. Une grande bouteille en devenir. Photo du 14 novembre 2015 chez Bruno Landauer à Rust (Burgenland/Autriche).
    Aspect visuel du moût du futur Ruster Auslese 2015. La fermentation n’a pas encore commencé. Les raisins ont été vendangés le 12 novembre 2015. C’est un assemblage de Furmint (majoritaire) et de Pinot Blanc. Une grande bouteille en devenir. Photo du 14 novembre 2015 chez Bruno Landauer à Rust (Burgenland/Autriche).

    Cordialement,
    Jean-François


  • Tokaji Aszu 6 Puttonyos Château de Sárospatak 2003

    Posté dans par admin

    tkj6putt2003C’est avec plaisir que nous vous proposons cette toute petite cuvée de grand Tokaji Aszu que nous avions décidé de ressortir pour cette grande occasion (les trente ans de Dionis en juin 2015).

    Comme partout en Europe, et dans une moindre mesure dans la Tokajhegyalja (région de production des Tokaji), nous avons enregistré des températures élevées au cours de cet été 2003, qui ont ainsi amené les raisins à une maturité très précoce, jamais observée: vers mi-août pour le cépage Zéta et  fin août-début septembre pour le furmint.
    Le développement du botrytis sur le cépage Zéta a été favorisé par des pluies fin août. Dès le 28 août, les premiers grains aszú , riches et parfaitement passerillés, sont récoltés.

    Le premier tri des grains sur le furmint commence à partir du 17septembre. La qualité est au rendez-vous, mais  la quantité reste faible. Les journées du 18 et 19 septembre sont consacrées à la récolte de vieilles vignes de furmint, à partir des raisins sains et très mûrs servant à l’élaboration des vins de base destinés aux aszú.
    Jusqu’à la fin du mois de septembre, les tris se succèdent sur l’ensemble des parcelles de furmint dont la qualité du botrytis et du passerillage sont celles des grandes années.
    L’arrivée des pluies début octobre interrompt les vendanges pendant une dizaine de jours mais permettent l’arrivée du botrytis cineréa intense.
    Les tris reprennent à partir du 13 octobre. Nous obtenons des grains aszú bien botrytisés, mais bien entendu, moins secs que pendant les cueillettes de septembre.
    A partir du 23 octobre, le temps se refroidit, et nous subissons une neige et un gel tout à fait inattendu (-6 C la nuit du 24 octobre). La dernière semaine du mois d’octobre nous redonne du beau temps, à la fois sec et ensoleillé. Les raisins changent d’apparence, et très vite, se concentrent.

    Ces vendanges 2003 ont été comme souvent, longues, mais ont offert une belle diversité de grains aszú : les tris de septembre sont de nature passerillées alors que ceux du mois d’octobre montrent davantage un caractère botrytisé. Les grains passerillés ont été macérés avec du mout en fermentation, alors que les grains plus marqués par le botrytis cineréa ont été macérés dans du vin nouveau.
    Cet assemblage a donné des vins fins et complexes, qui réunissent la puissance des grains passerillés aux arômes délicats du botrytis.

    Douze années après sa vendange, ce Château Sarospatak 6 puttonyos 2003 arrive lentement à sa phase de maturité, qui va se prolonger durant une bonne vingtaine d’années.
    Il présente une robe brillante à reflets orangés, un nez intense, avec des arômes de fruits secs et de figue, le tout dans une complexité étourdissante.
    Il est concentré,  puissant et gras en bouche avec une longue persistance aromatique où l’on distingue l’abricot sec, l’amande grillée et l’écorce d’agrumes.

    Grande bouteille d’un millésime confidentiel.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 11,76 %/ vol
    Sucres résiduels : 166  g/litre
    Extraits secs : 56,48 g/l
    Acidité totale : 10 ‰
    pH : 3,29