• Archives pour l'Étiquette Allemagne
  • EPUISE – Winninger Brückstück Auslese Riesling 2001

    WINNINGER BRÜCKSTÜCK AUSLESE RIESLING 2001Le prototype même de la vendange tardive mosellane. Ce vin provient du nord de la zone viticole, juste au sud de la ville de Coblence dans la zone appelée « les terrasses ».
    Le millésime 2001 est considéré comme une référence absolue dans cette région.
    Ici, c’est plus que de la finesse dont il faut parler, c’est un véritable « vin de dentelle », d’une incroyable subtilité aromatique, où dominent les agrumes frais et la minéralité. Ce vin est à boire pour lui-même.
    Évolution prévisible de plus de dix ans.

    Éléments  analytiques :
    Alcool : 9.3 %/vol
    Sucres résiduels : 56.2 g/L
    Acidité totale :8.90 ‰


  • EPUISE – Erbacher Honigberg Riesling Spätlese Feinherb 2005

    ERBACHER HONIGBERG RIESLING SPÄTLESE FEINHERB 2005Éléments analytiques :
    Alcool : 12%/vol
    Sucres résiduels : 10.8g/L
    Acidité totale : 7.5‰

    Agréable riesling, très légèrement moelleux, mais si peu… Ce vin exprime au mieux le millésime 2005, exceptionnel dans cette région. On retrouve les caractéristiques des grands vins du Rheingau : équilibre, fruité élégant, début d’évolution vers les arômes terpéniques nobles et minéralité délicate.


  • Le Vin du mois : Grands Vins Blancs Allemands

    Vin du mois : Février 2008

    Ne souhaitant peut-être pas toujours acquérir 12 ou 24 bouteilles du même vin, nous avons compris votre message et par conséquent, de temps en temps, nous vous proposerons un « vin du mois multiple« , mais cohérent par sa provenance et ses caractéristiques.
    Pour débuter cette année 2008 en beauté, je vous propose un assortiment des six grands vins blancs que j’ai sélectionné au cours de mon dernier voyage en Allemagne au mois d’octobre 2007.

    HOCHHEIMER HÖLLE RIESLING KABINETT TROCKEN 2006 (0.75L)

    Excellent domaine historique géré par le très convivial et compétent Dr Michel. Nous nous trouvons ici à l’extrémité orientale du Rheingau (voir carte) pratiquement au confluent avec le Main.
    Ce riesling kabinett de haute maturité (12.5%/Vol alcool) présente toutes les caractéristiques de ce que l’on attend d’un vin très sec de cette région : fraicheur aromatique, minéralité, acidité fine.
    Durée de conservation : une dizaine d’années probablement.
    Excellent en apéritif ou pour accompagner un plat de poisson
    .

     


  • News 14 Novembre 2007

    Orlienas, le 14 novembre 2007,

    Nous reprenons le compte-rendu de notre voyage :

    Une fois quittée la Moselle au niveau de Koblenz, nous avons traversé le Rhin pour passer sur la rive droite de ce fleuve majestueux. La route en direction du sud est absolument superbe. Nous sommes au cœur du Rhin romantique et de ses légendes. Cette région que l’on appelle le Mittelrhein est une zone viticole de 465 Ha où le riesling règne pour 68% des surfaces. Les vignobles sont particulièrement pentus et difficiles à exploiter.

    Vignobles du Mittelrhein, à quelques km du fameux rocher de la Lorelei (visible dans le coin en haut à gauche) le 25 octobre 2007.

    Je voudrais signaler un magnifique domaine de 11 Ha, le domaine Weingart à Spay. Grande réussite du millésime 2005, avec notamment un Bopparder Hamm Ohlenberg riesling Spätlese trocken et un 2005 Schloss Fürstenberg riesling spätlese moelleux. Ces deux vins expriment au mieux ce difficile et remarquable terroir.

    Arrivés plus au sud, au niveau de Assmannhausen, le Rhin se met à couler d’est en ouest. Cela signifie par conséquent que les vignobles sont plantés sur des collines exposées plein sud. C’est la fameuse région du Rheingau pour laquelle j’ai toujours eu un petit faible, du moins depuis 1972, date à laquelle, encore étudiant, j’étais venu m’initier au vin dans un très fameux domaine (Weingut von Ötinger). J’avais à l’époque, complètement profane encore, découvert des vins extraordinaires très éloignés des critères français du moment. Le baron Eberhardt Ritter Und Edler von Ötinger, de vieille noblesse et d’un caractère fort trempé, (il avait passé dix ans de captivité en Russie de 1945 à 1955) m’avait alors confié des responsabilités qui sur le moment dépassaient largement mes compétences… Mais j’avais beaucoup appris et participé in fine, avant de rentrer en France à l’extraordinaire vente aux enchères du domaine d’État de Kloster Eberbach où j’avais pu déguster d’illustres flacons des plus grands vins du Rhin, dont certains datants du début du XXème siècle. Expérience inoubliable pour un jeune homme et qui n’est certainement pas étrangère à la création de Dionis en 1985.

    Au coeur de l'historique vignoble Marcobrunn (Erbach) le 25 octobre 2007.

    Mais revenons à nos moutons !
    J’ai profité, bien entendu, de mon passage dans le Rheingau pour rencontrer mon partenaire de la petite cave coopérative d’Erbach. Je citerais un excellent Erbacher Kabinet Michelmark 2006 riesling trocken au nez frais et citronné, à la robe claire et à la minéralité marquée. A signaler également un délicieux Erbacher Honigberg spätlese riesling feinherb 2005. (Alcool : 12%/vol, acidité : 7.5‰ et 10.8g/l de sucres résiduels) aux arômes terpéniques bien marqués.
    A noter aussi dans un village voisin (cave de Hallgarten) un très intéressant moelleux de vendanges tardives Hallgartener Jungfer Riesling auslese 2005. Ce vin à la robe jaune citron, est d’un parfait équilibre en bouche entre une acidité rafraichissante, un fruité raffiné et délicat et une finale en dentelles où commence à percer la minéralité.

    Riesling botrytisé dans le vignoble Erbacher Marcobrunn, attendant la vendange... le 25 octobre 2007.

    Ronald Müller-Hagen et Jean-François Ragot, en pleine dégustation à Erbach le 25 octobre 2007.

    Du Rheingau, direction la Franconie et ses vignobles (le long de la vallée du Main). Ce sont 6 072 Ha à 81% plantés en cépages blancs, qui s’étendent de part et d’autre de la vallée du Main entre Aschaffenburg à l’ouest et Bamberg à l’est. Ici, le Sylvaner détrône le Riesling, particulièrement à Würtzburg en plein cœur de la zone, au sein du vignoble historique de Stein, qui domine la ville. Je mettrais une mention toute particulière au Weingut am Stein qui sur un terroir calcaire produit quelques uns des vins blancs les plus fins de la Franconie (entre autres , le 2005 Stettener Stein Silvaner spätlese trocken).

    Au cœur du vignoble de Stein face à la ville de Würtzburg le 26 octobre 2007.

    Vue panoramique du vignoble de Stein à Würtzburg le 26 octobre 2007.

    J’ai été impressionné aussi par le Weingut schloss sommerhausen, qui dans ce petit village à quelques km au sud de Würtzburg, dans un cadre idyllique, produit sur 28 Ha de superbes silvaners, des rieslings minéraux et des pinots blancs (Weisser Burgunder) de grande puissance. Mais il fallait s’arracher aux vignobles et après une visite bien méritée à Bamberg et à Regensburg, où j’ai sacrifié au rituel de la « Bière blanche », j’ai vite rejoint Vienne et ses vins blancs secs. C’est l’époque où l’on peut déjà déguster les vins du millésime 2007, terminés mais troubles que l’on appelle « Staubiger« . C’est vraiment un régal, sans cérémonies, qui récompense au centuple des fatigues du voyage.
    La suite, la semaine prochaine…

    Jean-François Ragot


  • News 7 Novembre 2007

    Orlienas, le 7 novembre 2007,

    Le 24 octobre, je me suis mis en route dans notre vieille Europe pour un voyage de treize jours, qui m’a conduit tout d’abord en Allemagne, dans la vallée de la Moselle, puis dans le Mittelrhein et le Rheingau et enfin la Franconie (partie la plus au nord du land de Bavière).
    Quelques éléments généraux sur le vignoble allemand pour commencer :
    Superficie totale : 102 000 Ha répartis sur 13 grandes régions. Il y a 63% pour le vin blanc et 37% pour le vin rouge, ce dernier en forte augmentation depuis une quinzaine d’années.

    Pour ce qui concerne la Moselle, qui formait jusqu’à présent une vaste région viticole englobant également administrativement la Saar et la Ruwer, la surface viticole est de 9 080 Ha. La production est à 91% vouée au vin blanc, dont 58% de Riesling. Les vignobles sont plantés sur des sols de schiste et d’ardoise aux pentes souvent vertigineuses. Quelques photos seront plus parlantes qu’un long discours.

    J’ai eu l’opportunité de déguster quelques excellents vins en Moselle centrale au domaine Grans Fassian à Liewen, notamment un superbe Trittenheimer Apotheque riesling spätlese sec vieilles vignes 2006 à la robe « paille dorée ». En bouche, minéralité, arômes de fruits à pépins, belle matière, très longue finale.

    La grande surprise concernant les vins de la Moselle est un changement complet de style. Autrefois, les rieslings mosellans étaient souvent des vins certes délicats, mais fluets. La dilution régnait hélas en maître dans cette région. La prise de conscience des bons viticulteurs allemands, liée à de spectaculaires changements climatiques, permet maintenant la production de vins riches, concentrés, merveilleusement fruités et minéraux, dont la puissance n’a rien à envier aux plus typés des vins de la vallée du Danube, dans la Wachau en Autriche. Toutes les conditions sont réunies maintenant pour offrir l’ expression peut-être la plus accomplie du roi Riesling.

    Un deuxième vigneron a retenu mon attention : le domaine Paulinshof à Kesten en Moselle centrale : un Brauneberger Juffer Sonnenuhr Riesling spätlese trocken 2006 présente toutes les caractéristiques d’un Riesling fin, subtil et minéral. Mais la dégustation du Brauneberger Kammer Auslese trocken Riesling 2006 est une véritable révélation : la robe est dorée et brillante. Au nez très typé, au bouquet subtil et profond, dominent les agrumes fins, le zeste de citron et une fraiche minéralité. En bouche, c’est la délicatesse, la fraîcheur, la subtilité enveloppée dans une puissance contenue mais bien présente. Très jolie longueur, aucun excès d’alcool, bref un régal !

    La journée s’est terminée par une visite au Weingut Richter à Winningen. Nous sommes ici dans la Moselle des terrasses où règne presque exclusivement le Riesling. On y produit des vins puissants, minéraux et concentrés. Je noterai particulièrement un Uhlen Spätlese sec 2006 dans l’esprit d’un très bon Riesling Smaragd de la Wachau, un « Vulcanus » Spätlese Feinherb 2006, un remarquable moelleux : Winninger Brückstück Kabinett 2006 présentant un excellent équilibre acidité/alcool/sucres. Enfin, un Röttgen Spätlese Alte Reben 2006 (95.4 grammes de sucres, 8.8‰ d’acidité et 10% d’alcool) pur, ferme, très fruité, destiné à une longue évolution.

    Ce sera tout pour ce soir; la suite la semaine prochaine.

    Salutations œnophiles.
    Jean-François Ragot