• Archives pour l'Étiquette 2004
  • News 23 Mai 2011

    Posté dans par admin

     

    Cher(e) ami(e) oenophile, cher(e) client(e),

    Nous allons nous retrouver très bientôt au caveau de Dionis pour nos 13èmes portes ouvertes.
    Nous aurons le plaisir de vous recevoir sans rendez-vous les jeudi 16, vendredi 17 et samedi 18 juin au caveau de Dionis de 10h00 à 18h30, pour de fructueux échanges œnophiles.

    De nombreux vins de notre collection seront en libre dégustation, particulièrement toutes les nouvelles références de Grèce, de Sardaigne et d’Italie du Sud.
    Vous pourrez acquérir ces belles bouteilles aux « conditions portes ouvertes ».

     

    Quelques nouvelles fraîches d’Italie.

    Nos sélections continuent à s’élargir dans cet extraordinaire vignoble représentant dix pays en un.
    Je me suis rendu une semaine en Italie du Sud dans la région de Brindisi à la fin du mois de février 2011 et une semaine en Italie du Nord au mois d’avril.
    La moisson a été fructueuse. Permettez moi de vous en livrer quelques fruits :

    SARDAIGNE

    TERREFORRU CANNONAU DI SARDEGNA DOC 2008 (0.75l)
    Domaine Meloni
    vin rouge d’agriculture biologique

    Le Cannonau n’est autre que le grenache noir, cépage d’origine aragonaise (Espagne). Ce cépage est apparu probablement en Sardaigne au Moyen-Age, mais ce n’est qu’à partir des années 1500 que sa trace est démontrée.
    Il va se développer au cours du XVIIIème siècle et devenir aujourd’hui le producteur le plus emblématique des grands vins rouges sardes.
    Le Terreforru est produit dans la province de Cagliari dans la zone de Decimomannu.
    Le terroir est caractérisé par des alluvions et également des parties entièrement sablonneuses.

    Ce vin présente une robe rubis profond. La bouche nous offre des tanins bien fondus, un fruité agréable. C’est un vin de « corps moyen » sur les fruits rouges et noirs. Ce vin est adapté à la cuisine méditerranéenne car il est sans aucune lourdeur et très coulant.

     

    NASCO DI CAGLIARI DOC 2008 (0.50l)
    DOMAINE MELONI
    Vin naturellement doux d’agriculture biologique

    Rarissime cépage autochtone de la Sardaigne dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Il est à l’origine de ce vin naturellement doux de vendanges tardives dont la rareté le dispute à l’originalité.
    Présentant une robe or vert superbe, le nez nous offre une véritable symphonie d’arômes végétaux tous plus originaux les uns que les autres. En bouche, palette d’herbes aromatiques, très savoureuse, sans aucune lourdeur et de belle longueur.
    A découvrir absolument, ce témoignage émouvant d’une culture ancestrale.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,2 %/vol
    Acidité totale : 5,2 ‰
    pH : 3,33
    Sucres résiduels : 93,5 g/L

     

    MOSCATO DI CAGLIARI DOC 2008 (0,50l)
    DOMAINE MELONI
    Vin naturellement doux d’agriculture biologique

    Autre manière de décliner le Muscat à petits grains liquoreux naturellement doux, ce vin est issu de terroirs collinaires argilo-calcaires pauvres, situés à l’est de la ville de Cagliari.
    Les raisins sont récoltés dans un état de sur-maturité élevée au cours du mois d’octobre d’où une grande richesse en sucres naturels.
    Doté d’une belle robe dorée, ce vin présente des arômes d’une grande suavité. En bouche, la richesse est remarquable, donnant l’impression de croquer dans une grappe de raisins frais. Très velouté, on relève en finale une légère note d’amertume noble.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,2 %/vol
    Sucres résiduels : 144 g/L
    Acidité totale ; 4,5 ‰
    pH : 3,29

     

    POUILLES (Italie du Sud)

    De très belles découvertes au cours de ce voyage du mois de février 2011. Notamment deux versions du peu répandu cépage malvoisie noire, un rouge classique et une version surmaturée sur pied.

    BOTRUGNO 2010 (0.75l)
    BRINDISI PUGLIA MALVASIA NERA SALENTO IGT

    Age des Vignes : 12 ans
    Alcool : 13,5 %/vol

    Appartenant à l’immense famille des Malvoisies du bassin méditerranéen, ce vin, vendangé mi-septembre 2010 brille par une personnalité incomparable et par son originalité organoleptique.
    La robe de ce vin est d’un grenat profond.
    Au nez, on est frappé par une fine palette d’épices douces et de fruits noirs légèrement surmaturés.
    La bouche est proprement délicieuse, avec un fruité délicat, un moelleux, des notes balsamiques, de la concentration, mais avec des tannins subtils et enfin un équilibre, qui démontre, s’il en était besoin, que le grand sud italien devient un rude compétiteur des vin traditionnels du centre et du nord de l’Italie.

     

    BOTRUGNO 2009 (0.50l)
    BRINDISI PUGLIA « BOTRUS » MALVASIA NERA DOLCE NATURALE SALENTO IGT

    Ce vin est un rare exemple d’une malvoisie noire 100% récoltée surmaturée sur pied.
    Cépage : malvoisie noire de Brindisi 100%
    Age des vignes : 20 ans
    Densité des vignes : 4000 pieds/Ha
    Époque de vendange : deuxième décade d’octobre. Une première vendange est effectuée courant septembre et ce sont les plus belles grappes qui sont laissées sur pied jusqu’à la mi-octobre.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14 %/vol
    Sucres résiduels : 45 g/L

    Le vin se présente avec une belle robe grenat profonde. Le bouquet du vin est marqué par des arômes de fruits rouges et noirs un peu « compotés » agrémentés d’une touche épicée. La bouche est savoureuse, structurée, assez tannique et de bonne longueur. Aucune lourdeur dans ce vin rouge naturellement doux à la sucrosité modérée.
    C’est un vin de méditation, à boire pour lui-même.

     

    En provenance du sud de la Sicile et de l’excellent domaine Rudini, sont disponibles la version 2010 de l’étonnant chardonnay IGT « Espressione », le moscato passito di noto 2010 « Scaramazzo » et la version prestige du rouge de la Doc Eloro Pachino, le Saro 2008, issu à 100% du cépage Nero d’Avola.

    Ce dernier vin à la robe grenat profond nous offre un bouquet d’une belle profondeur et complexité, de l’élégance en bouche. L’ élevage particulièrement bien conduit préserve le fruit intact. A découvrir absolument.

     

     

    Remontons vers le nord et l’Italie centrale avec les nouveaux millesimes 2009 de la Fattoria di Basciano (Toscane).

    Nous avons volontairement fait l’impasse sur les millésimes 2008, un peu irréguliers dans cette région. Les 2009 sont particulièrement équilibrés. Ne pas manquer leur Chianti Ruffina Docg 2009, ainsi que le velouté « I Pini » (rosso dei colli della toscana centrale igt).

    Création très intéressante de Paolo Masi, en assemblant à parts égales les plus belles grappes de son domaine : cabernet-sauvignon, merlot et syrah .
    La robe de ce vin hors-normes est grenat, presque noire. Le nez nous entraine dans un univers voluptueux. Beaucoup d’élégance en bouche, de fruité et de concentration.
    Bref : Délicieux !

    Pour en terminer avec l’Italie, je me suis rendu le 10 avril dernier dans les collines voisinant la ville de Vicenza (Venetie) où j’ai découvert deux vins tout à fait intéressants , un blanc 2010 et un rouge 2009.

     

    MONTECROCETTA SANTA MARIE GAMBELLARA CLASSICO DOC 2010 (0.75l)

    Quelques mots sur le domaine :
    Domaine de 30 Ha regroupant les appellations Soave, Gambellara, Lessini Durello et Vicenza.
    Terroir : vignes en collines d’origine volcanique riches en tuf de basalte.
    Au pied des collines : terroir argileux et limo-argileux.
    Cépages cultivés : Garganega, Trebbiano di Soave, Durella, Pinot Blanc, Pinot Gris, Cabernet franc, Cabernet-Sauvignon et Merlot.
    La conduite des vignobles se fait selon la pergola véronèse.
    Taille Guyot ou Guyot double.
    Densité de plantation : moyenne de 3800 pieds/Ha
    L’âge des vignes varie de 3 à 35 ans.

    Ce vin blanc sec provient des collines de tufs basaltiques d’origine volcanique.
    Le vignoble est âgé d’une trentaine d’années.
    Les vendanges sont manuelle avec une sélection très stricte de la maturité des raisins.
    Ce vin est issu à 100% de l’excellent cépage autochtone Garganega, utilisé également dans la Doc Soave.
    Il présente une robe claire avec une bonne densité. Beaucoup de fraîcheur au nez avec des notes florales et fruitées d’amande en particulier.
    Ce vin, impeccablement sec, présente une bouche fruitée et structurée, de bonne acidité. Son taux d’alcool modéré (12,5%/vol) en fait un remarquable vin d’été.
    Il évoluera sans problème, dans de bonnes conditions, 3 à 4 années.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12,5 %/vol
    Acidité : 5,2‰

     

    MONTECROCETTA BECCA CIVETTA IGT VENETO 2009 (0.75l)

    Le Becca Civetta IGT Veneto provient de la zone des collines appelées Monts Berici (origine volcanique).
    Le vignoble, âgé d’une vingtaine d’années est situé au pied des collines. Il est de type argileux.
    Les vendanges sont manuelles.

    Ce vin est issu du mono-cépage Cabernet franc.
    La robe est grenat intense, brillante.
    Le nez de bonne complexité présente d’agréables arômes délicatement herbacés caractéristiques du cépage.
    La bouche nous offre une jolie palette fruitée sur le fruit noir, beaucoup de souplesse et n’est pas dépourvue d’élégance. Finale veloutée.
    Ce vin, très bien réussi, démontre l’incontestable potentiel qualitatif de la région.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12 %/vol
    Acidité : 5,5‰

     

    Retour tant attendu des vins grecs de Santorin

    Le départ en 2006 de notre ami Christos Kanelakopoulos a entraîné une certaine désorganisation pour nous et il a fallu plusieurs années pour rétablir une saine relation. C’est maintenant chose faite et c’est avec plaisir que nous vous proposons les deux vins suivants tout à fait remarquables. Un vin blanc sec, 100% Assyrtico et le fameux Vinsanto naturellement doux.

    Il reste environ 1600 hectares de vignes sur cette île extraordinaire, pour une cinquantaine de variétés différentes. Un travail de sélection des meilleures est en cours depuis plusieurs années. Malheureusement, la surface totale du vignoble tend à diminuer d’années en années sous la pression de l’industrie et du tourisme.

    La taille de la vigne est conduite selon un système presque unique, que l’on ne retrouve ailleurs qu’à Pantelleria. Il s’appelle kouloura. Le pied de vigne se développe selon un arrondi formant progressivement une sorte de panier, destiné à protéger les raisins contre le vent, souvent violent, les projections de sables dues à l’érosion de la roche volcanique et enfin les ardeurs du soleil. Le climat est fort sec, car il n’y a pas de montagnes pour arrêter les nuages : (250 mm de précipitations annuelles). C’est le phénomène régulier du Fog qui apporte l’humidité nécessaire. Les rendements sont très bas, de 2 à 3,5 tonnes de raisins par hectare selon les années. La principale variété de raisin, blanche et d’ailleurs la plus remarquable, se nomme Assyrtico. On trouve aussi deux cépages importants, l’Aidani Aspro et l’Athiri. Pour les cépages rouges, on peut citer l’Aidani Mavro, un peu d’Athiri Mavro, d’Augoustiatis et de Kotsisali. Les vins les plus intéressants sont produits à partir de l’Assyrtico, cépage étonnant, qui à la particularité de conserver une excellente acidité même sous le climat chaud de Santorin.

    Le Vin Naturellement Doux appelé VINSANTO, est issu de l’exposition des raisins au soleil sur des nattes durant une dizaine de jours. C’est un authentique « Vins Mythiques et Légendaires« , élaboré sur l’île depuis la plus haute antiquité.

     

    Santo Wines – Santorin Assyrtico 2010 (0.75L)

    Ce vin blanc sec d’appellation d’origine est issu à 100% du cépage Assyrtico.
    Il est à la fois vigoureux, « extractif », aromatique, marqué par une belle acidité rafraichissante et doté d’une bonne minéralité issue du terroir volcanique de l’ile.
    Ce sera un délicieux vin d’été à boire en apéritif ou pour accompagner quelques jolis poissons de rivière.
    Ce vin se conserve sans problème 3 ou 4 années en préservant ses qualités.
    Il est tout à fait atypique de l’image que l’on peut se faire des vins blancs grecs du type des « Retsina » bon marché….

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13,6 %/vol
    Acidité totale : 5,6 ‰
    pH : 3,04

     

    Santo Wines – Vinsanto 2004 (Santorin – Grèce) (0.75L)

    Producteur: Santo Wines.
    Cépages: Assyrtico (90%), Aidani Aspro (10%).
    Raisins vendangés le 20 août 2004, à une maturité de 13,5 ° baumé (13,5% volume d’alcool potentiel).
    Séchage des raisins au soleil sur des nattes durant 15 jours.
    Pressurage et très lente fermentation en cuve inox à 17°C, se terminant en barrique.
    Élevage : 18 mois en barrique.

    Analyse succincte du vin :
    Alcool: 11 % vol
    Sucres résiduels: 225,7 g/l
    Acidité fixe: 8.1‰ (mesuré en acide tartrique)
    pH: 3,03
    SO2 total: 52 mg.

    Robe très dense et lumineuse, ambrée, rappelant un Porto Tawny 20 ans d’âge.
    Nez intense, complexe, où l’on retrouve la figue fraîche et l’orange confite. Il évolue sur des notes de tabac blond, de noix fraîche et d’amande grillée.
    En bouche, l’attaque est de grande ampleur, le vin est très riche, une vigoureuse acidité équilibrant harmonieusement la richesse en sucres résiduels. Chose inhabituelle pour un vin liquoreux, il faut noter une présence tannique caractéristique du cépage Assyrtico passerillé. Le vin se termine sur une longue persistance aromatique et une grande fraîcheur.
    Cette bouteille est appelée à une très longue garde et trouvera sa place dans votre œnothèque des Vins Mythiques et Légendaires.

     

    Quelques brèves d’Europe centrale.

    2010 est une année particulièrement difficile en Europe centrale, avec une perte de récolte qui peut atteindre 70%. Plus on se dirigeait vers l’est, plus les conditions avaient été difficiles. En Hongrie dans la Tokajhegyalja par exemple, il n’y a pratiquement pas eu de récolte de tokaji aszu. Ce qui a été produit, en revanche, est impressionnant par son caractère atypique et rappelle 1997.
    A Rust, la production est faible mais les équilibres des vins vinifiés par les meilleurs producteurs, sont à tomber par terre…

    C’est le cas de ce Gewürztraminer vendangé la deuxième quinzaine d’octobre. La quantité est seulement la moitié de la normale.
    Avec 69 g de sucres résiduels, 11 % d’alcool et 6,6 ‰ d’acidité, ce vin a vraiment une « pêche d’enfer ». C’est un équilibre comme on voit tous les dix à quinze ans. Dommage qu’il soit si rare cette année.
    On retrouve ici une palette de fruits exotiques frais avec finesse et surtout équilibre, grâce à une magnifique acidité.
    Aujourd’hui, on parlerait dans le jargon œnologique de la dégustation de « tension » !
    C’est tout à fait délicieux avec une application particulière pour l’apéritif.

     

    Vous noterez la disponibilité de notre dernier eiswein vinifié par Bruno

     

    Ruster Eiswein 2009 (vendangé le 18 décembre 2009) Domaine Landauer (0,75L)

    Avec 2008, nous avons inauguré un nouveau cycle météo plus froid nous permettant d’élaborer des Eiswein. Le 18 décembre 2009, les conditions étaient idoines à Rust pour vendanger des raisins bien gelés à cœur dans un parfait état sanitaire.
    Eu égard aux résultats excellents produits par le cépage rouge Blaufränkisch en 2008, nous avions en accord avec Bruno laissé une quantité convenable non-vendangée de ce cépage dans l’espoir de reproduire un nouvel Eiswein. Cette fois-ci, nous partions à partir de 100% Blaufränkisch.
    C’est par conséquent 3250 kg qui ont été ramassés très tôt le 18 décembre par -10°C. Le pressurage a donné une quantité de 1200 litres de vin.

    Il est très intéressant de noter la robe chatoyante du vin présentant une couleur très légèrement corail.
    Le nez est très fruité avec des touches végétales et de bonbon anglais ainsi que de surprenants arômes de pâte de coing.
    La bouche est très pure, ciselée et d’excellente longueur.
    C’est un vin très précis qui devrait évoluer lentement et positivement sur une bonne quinzaine d’années.
    A ne pas manquer !

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13 %/vol
    Sucres résiduels : 134 g/L
    Acidité fixe : 6,3 ‰
    Extraits secs : 37,7 g/L

     

    Quelques brèves d’Afrique du Sud.

    Veuillez noter la disponibilité des nouvelles références suivantes :

    – Klein Constantia Vin de Constance 2006

    – Klein Constantia Chardonnay 2009

    – Hamilton Russell Chardonnay 2010

    – Hamilton Russell Pinot Noir 2009

     

    Sincères et oenophiles salutations,

    Jean François RAGOT

     

     


  • Santo Wines – Vinsanto 2004 (Santorin – Grèce) (0.75L)

    Producteur: Santo Wines.
    Cépages: Assyrtico (90%), Aidani Aspro (10%).
    Raisins vendangés le 20 août 2004, à une maturité de 13,5 ° baumé (13,5% volume d’alcool potentiel).
    Séchage des raisins au soleil sur des nattes durant 15 jours.
    Pressurage et très lente fermentation en cuve inox à 17°C, se terminant en barrique.
    Élevage : trois ans en barriques usagées.

    Analyse succincte du vin :
    Alcool: 11 % vol
    Sucres résiduels: 225,7 g/l
    Acidité fixe: 8.1‰ (mesuré en acide tartrique)
    pH: 3,03
    SO2 total: 52 mg.

    Robe très dense et lumineuse, ambrée, rappelant un Porto Tawny 20 ans d’âge.
    Nez intense, complexe, où l’on retrouve la figue fraîche et l’orange confite. Il évolue sur des notes de tabac blond, de noix fraîche et d’amande grillée.
    En bouche, l’attaque est de grande ampleur, le vin est très riche, une vigoureuse acidité équilibrant harmonieusement la richesse en sucres résiduels. Chose inhabituelle pour un vin liquoreux, il faut noter une présence tannique caractéristique du cépage Assyrtico passerillé. Le vin se termine sur une longue persistance aromatique et une grande fraîcheur.
    Cette bouteille est appelée à une très longue garde et trouvera sa place dans votre œnothèque des Vins Mythiques et Légendaires.

    Je me félicite d’avoir été très prévoyant lorsque j’ai fait embouteiller au domaine ce lot de Vinsanto 2004 naturellement doux. Tout ayant changé au domaine depuis 2008, il y a beaucoup moins de production de Vinsanto naturellement doux, beaucoup de lots de vins étant « mutés » à l’alcool et devenant ainsi des vins doux naturels à l’intérêt œnologique et organoleptique beaucoup plus modeste…
    A noter en plus, que tous les vins sont maintenant en  petites bouteilles de 0,375 L.
    Je ne peux que vous recommander chaudement ce vin exceptionnel, apte à murir encore une trentaine d’années.

    Plus d’informations sur Santorin.

     


  • Vin de Constance 2004 Domaine Klein Constantia (W.O Constantia) (0.50L)

    VIN DE CONSTANCE 2004 Domaine Klein ConstantiaC’est le premier du genre vinifié par Adam Mason. C’est un peu différent de ce que nous avons connu depuis 1987 avec le précédant œnologue Ross Gower.
    Robe très claire. Moins massif que les précédents millésimes, ce vin présente une délicate palette aromatique encore imprégnée par le fruit frais.

    Alcool : 14,2 %/vol
    Sucres résiduels : 130 g/L
    pH: 3,51
    Acidité totale : 8,7 ‰

    Encépagement : 100% Muscat à Petits Grains

    Il est orienté plus vers l’élégance et la délicatesse que vers la grande puissance.
    Il est une belle démonstration, qu’en matière de style, rien n’est jamais figé.
    Je suis persuadé que vous l’aimerez beaucoup.

    Plus d’infos sur les Vins historiques de Constantia.

    Dionis possède un vrai trésor oenologique avec une collection de vieux millésimes de 1987 à 2007.


  • EPUISE – Noble One 2004 Sémillon* Domaine de Bortoli (Nlles Galles du sud) (0.75L)

    * LeNOBLE ONE Sémillon Botrytis 2004 plus grand liquoreux botrytisé d’Australie appelé « L’Yquem d’Australie »

    Conditions d’élaboration de la vendange du millésime 2004.

    Un début janvier très chaud a été suivi jusqu’à la mi-février par des températures plus modérées. Ensuite, ce furent deux semaine torrides avec des maximum au dessus de 35°C et des minimum nocturnes avoisinants les 25°C.
    Cette situation provoqua bien entendu un blocage de maturité qui ralenti fortement le mûrissement des raisins.
    Le temps demeura sec jusqu’au début du mois d’avril, interrompu seulement par un peu de pluie à la fin du mois février.
    Le début de l’automne austral fût marqué par d’intenses brouillards, conditions idéales pour le développement du Botrytis. Il n’a pas replu jusqu’à la fin du mois de mai : un peu de rosée et de petits coups de froid apportèrent au raisin les conditions suffisantes au complet développement de la pourriture noble.

    60 à 70% de la vendange fût affecté par le Botrytis noble. Elle débuta le 18 mai et se termina le 2 juin.
    (Ramenée à l’automne de l’hémisphère Nord, ce serait approximativement entre le 18 novembre et le 2 décembre.)

    Une évaluation de la maturité de chaque parcelle a été mise en œuvre pour déterminer le moment optimal de la vendange, fonction du degré maximum de botrytisation recherché.
    Chaque parcelle a été vendangée, vinifiée et élevée séparément, afin de pouvoir optimiser l’assemblage final, qui formera la cuvée définitive. Les fermentations durèrent, selon les cuvées, de 3 semaines à 3 mois.

    Élevage :
    46% du lot final a été élevé en barriques françaises neuves.
    17% en barriques d’une année.
    16% en barriques de deux ans.
    21% en cuve inox.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 10,5% /vol
    Acidité totale : 10 ‰
    pH : 3,42
    Sucres résiduels : 190 g/L

    Le vin présente une robe dorée éclatante. Le bouquet, déjà ample, nous conduit de l’abricot et de la nectarine bien mûre, aux délicates fragrances d’agrumes, mêlées à de subtiles nuances d’amandes et de vanille.

    La bouche offre une gamme complexe d’arômes liés à la pourriture noble : pêche, nectarine et cédrat. On retrouve, tout comme au nez, les nuances de fruits secs et un vanillé délicat.
    Particulièrement opulent, avec une grande persistance aromatique, soutenue par une excellente acidité, celle-ci l’exempte de toute lourdeur.

    Évolution prévisible favorable de ce vin : 10 à 15 ans.


  • EPUISE – Moscato di Cagliari DOC 2004 (0.75L) – Sardaigne – vin naturellement doux (vendangé tardivement)

    MOSCATO DI CAGLIARI DOC 2004

    Autre manière de décliner le Muscat à petits grains liquoreux naturellement doux, ce vin est issu de terroirs collinaires argilo-calcaires pauvres, situés à l’est de la ville de Cagliari.
    Les raisins sont récoltés dans un état de sur-maturité élevé au cours du mois d’octobre d’où une grande richesse en sucres naturels. Doté d’une belle robe dorée, ce vin présente des arômes d’une grande suavité. En bouche, la richesse est remarquable, donnant l’impression de croquer dans une grappe de raisins frais. Très velouté, on relève en finale une légère note d’amertume noble.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14.5%/vol
    Sucres résiduels : 125g/L


  • EPUISE – Malvasia Delle Lipari DOC Passito 2004 Azienda Fenech (0,50L) – Ile de Salina – Sicile

    MALVASIA DELLE LIPARI PASSITO DOC 2004

    Ceux d’entre vous (et ils sont nombreux) qui ont acheté le vin du millésime 2003 ont découvert un vin naturellement doux extraordinaire et d’une formidable identité.
    Que dire du 2004? qu’il est encore supérieur ? A ce niveau, c’est une pure question de goût.
    Je dirai simplement, que son équilibre est un peu différent, orienté peut être vers encore plus de fraîcheur aromatique que le 2003.

    Les conditions de la vendange ont été excellentes et se déroulées vers la fin Septembre 2004.
    Les raisins d’un état sanitaire parfait ont été exposés au soleil de fin d’été durant deux semaines. A l’issue de ce processus de concentration, les raisins ont subi une cryo-macération (macération à froid) de 24 heures, afin d’extraire encore plus d’arômes.

    Afin de ne pas en altérer la pureté, le moût une fois pressuré, a fermenté en cuve inox et a été élevé durant quelques mois, pour partie en foudre de chêne, le reste en cuve inox. Les deux cuvées sont assemblées au final pour la mise en bouteille. Ce fût un choix délibéré, car l’élevage aurait très bien pu s’effectuer en barriques de chêne pour une durée de deux années, comme le font certains producteurs. Les arômes auraient pris alors un tour beaucoup plus « oxydatifs », ce qui aurait signifié un style très différent, gommant un peu, à notre avis, la grande délicatesse de la Malvoisie.
    La quantité totale produite a été de 42.3 hectolitres.

    Les éléments analytiques sont les suivants :
    •  Alcool acquis : 12.38% vol
    •  Sucres résiduels : 114.4 g/l
    •  Extraits secs : 48.1 g/l
    •  Acidité totale : 5.3‰ (P.H : 3.9)

    Le vin présente une robe claire à reflets verts, brillante, particulièrement engageante…
    Le nez est floral, complexe, avec beaucoup de fraîcheur. On trouve aussi une note de fruits exotiques, mais pas les arômes de fruits secs, comme avec le 2003. En bouche, l’ensemble est savoureux, très fruité, avec dominante de fruits exotiques. C’est la confirmation du nez, avec très peu d’évolution et un remarquable équilibre acidité/sucres résiduels pour un liquoreux du sud de l’Europe. Ce vin est entièrement construit sur la subtilité de ses arômes et la finesse de sa structure. Grande persistance en bouche.

    Ce vin est en tout début de cycle. Il devrait donner pour de longues années de grandes émotions œnologiques aux amateurs patients.

    MALVASIA DELLE LIPARI PASSITO DOC 2004 (dos)


  • EPUISE – Amarone Della Valpolicella DOC Classico 2004 Guerrieri Rizzardi (0.75L)

    Après les grandes chaleurs de 2003, retour à une année extrêmement classique et équilibrée.

    Cépages :
    22 % Rondinella
    36 % Corvina
    10 % Barbera
    8 % Sangiovese
    24 % Corvinone.

    Quantité produite : 11 660 bouteilles.

    Les raisins ont été récoltés manuellement dans le vignoble du cru Pojega entre le 27 septembre et le 8 octobre.

    Après une durée de séchage des raisins d’environ quatre mois dans des caissettes de bois fruitiers à claire-voie, ils ont été pressurés à partir du 18 janvier 2005.
    Fermentation des moûts : en cuves inox.
    Fermentation malolactique en foudres.
    Élevage de 12 mois en barriques, puis 24 mois quatre années en foudres de 25 hectos.
    Date d’embouteillage : 21 mai 2008.

    Durée de conservation prévisible  : 25 ans minimum.

    La robe du vin est rubis profond, peu évolué.
    Grand bouquet classique de l’Amarone à son mieux, floral, sur la rose séchée, les épices douces, le tabac blond, avec une petite nuance balsamique (et bien d’autres choses encore).
    En dépit d’une puissance alcoolique considérable, que je qualifierai de « vénéneuse », ce vin développe une palette aromatique toute en séduction, sans aucune violence, ce qui pourrait le rendre redoutable entre des mains inexpérimentées…


    Éléments analytiques :
    Alcool : 15,72% / volume
    Acidité totale : 5.73 g/L
    pH : 3.58
    Sucres résiduels : 6,1g/L



  • EPUISE – Trabener Kräuterhaus Riesling Eiswein (liquoreux) 2004 (0,375L) Weingut Trossen – vendangé le 21 décembre 2004 par -11°C

    TRABENER KRÄUTERHAUS RIESLING EISWEIN 2004

    Ce vin a été classé dans les cent meilleurs vins de Moselle du millésime.
    Présentant une robe or vert, brillante et intense, il explose littéralement en bouche, une acidité naturelle extraordinaire contrebalançant une richesse en sucres naturels considérable. Les grands eiswein de Riesling de la Moselle sont très certainement les plus précieux du genre. Le potentiel d’évolution est immense et il donnera d’intenses satisfactions dans vingt et trente années…

    Alcool : 8,5 %/vol
    Sucres résiduels : 219,7 g/L
    Acidité totale :15,4 ‰


  • EPUISE – Golser Sankt Laurent 2004 Domaine Lunzer (0,75L)

    GOLSER SANKT LAURENT 2004

    Provenant peut-être d’une mutation du Pinot noir (cépage génétiquement instable), le Sankt Laurent a été identifié autrefois en Alsace. Il n’est de nos jours, plus cultivé qu’en basse Autriche et dans le Burgenland.

    Cette cuvée de 2004 de Sankt Laurent présente une robe pourpre très sombre.

    La bouche est concentrée, marquée par les petits fruits rouges. C’est aromatique, original, typé.

    Ce vin présente un taux d’alcool naturel de 14%, gage d’une excellente maturité du raisin. Proche du Pinot noir, il est à boire dans les trois ans sur son fruit .


  • EPUISE – Tokaji Sarga-Muskotaly – vendanges tardives 2004 (Château de Sárospatak)

    TOKAJI SARGA-MUSKOTALY vendanges tardives 2004

    Micro cuvée de 400 litres élaborée à partir d’un petit vignoble du sud de l’appellation, dans les environs de Tarcal.
    Le «Sarga Muskotaly» est tout simplement le muscat à petits grains, qui compte pour environ 5% de la zone d’appellation Tokaji. Il peut être vinifié en vin sec et plus rarement en vin liquoreux lorsque les conditions le permettent.
    Cette cuvée a été vinifiée pour partie comme un «Aszu» et pour partie comme un Szamorodni doux .
    Deux «tris» de raisins ont été effectués, le premier fin Octobre 2004 avec un très beau choix de grains secs (Aszu de pur muscat), ramassés grains par grains et le second dans la deuxième quinzaine de Novembre, avec une sélection de grappes entières de muscat toujours, très « botrytisées », presque complètement «aszutées».
    Le premier tri de grains aszu a fait l’objet d’une macération traditionnelle dans du moût en fermentation composé de Furmint et de Harslevelu, puis pressuré immédiatement après.
    Le second tri a été pressuré avec une petite presse, puis assemblé au moût du premier tri.
    L’assemblage ainsi constitué a continué paisiblement ses fermentations et a poursuivi son élevage en cuve inox durant une année.
    Le vin a été mis en bouteille au mois de Décembre 2005.

    Ses caractéristiques analytiques sont les suivantes :
    •  Alcool : 12.46%
    •  Sucres résiduels : 120 gr/Litre
    •  Acidité totale : 9.9‰

    D’une robe très claire, ce vin sort complètement des sentiers battus au niveau aromatique et se différencie totalement des Aszu classiques issus du cépage Furmint. Toutefois, le côté « macération » de l’aszu est bien présent et donne beaucoup de consistance au vin. La palette aromatique dûe au cépage Muscat cultivé en dans cette région d’Europe est particulièrement intéressante et complexe, avec cette acidité tranchante qui donne tout son équilibre au vin.
    Ce vin qui commence à arriver doucement à son équilibre devrait évoluer favorablement sur une bonne dizaine d’années.



  • News 25 Mars 2009

    Orlienas, le 25 mars 2009,

    Cher(e) ami(e) œnophile,

    Le rythme de travail trépidant se poursuit chez Dionis, avec des visites et des dégustations chez nos principaux clients restaurateurs et cavistes. Des nouveaux produits sont en train d’arriver, entre autres des vins blancs de la Moselle moyenne de Riesling.

    Trittenheim (Moselle) le 25 octobre 2008.
    Trittenheim (Moselle) le 25 octobre 2008.

    all_eisweinrieling04

    J’ai déjà eu l’occasion de vous parler des vins de Moselle mais je voudrais profiter des circonstances de la présentation de ce TRABENER KRÄUTERHAUS RIESLING EISWEIN 2004 (vin de glace) pour vous dire quelques mots sur les capacités d’évolution de ces purs Rieslings, qui font partie des plus grands vins de terroir au monde.
    On recherche dans un vin jeune de la Moselle d’un bon millésime, le fruit, la vivacité et toutes les joies de la jeunesse. Faites-en l’expérience avec nos Trabener Kräuterhaus Kabinett sec ou Spätlese sec et vous comprendrez ce que je veux dire.

    Mais le vrai secret de ces vins, qu’ils soient secs ou moelleux, c’est de les goûter au sommet de leur maturité. Qui est vraiment informé qu’ils sont capables de développer des qualités insoupçonnées au fil d’une longue vie de plusieurs décades ?
    Quel est alors vraiment le meilleur moment ? Cela dépend vraiment de vos goûts et de l’usage du vin (dégustation pour lui-même, accompagnement d’un plat de gastronomie raffinée…)

    On peut résumer globalement cinq phases d’évolution dans ces vins :

    La phase primaire, de une à deux années où vous aurez de la peine à épuiser toutes les joies prodiguées par leur vigoureuse jeunesse. 2006 et 2007 en sont représentatifs.

    La phase évolutive : le vin a tendance à se fermer dans les une à trois années après la vendange. Elle peut être brève ou durer plusieurs années, ceci tenant compte des composantes du millésime (alcool, acidité, sucres résiduels éventuels). C’est un passage un peu ingrat, mais il ne faut surtout pas croire que le vin est au bout de son parcours. C’est le cas actuellement du millésime 2001.

    Le vin ne va pas tarder à entrer dans une troisième phase qui va en gros de la huitième à la quinzième année et que l’on peut qualifier de « phase fruitée« . Le fruit revient alors en force presque comme à ses débuts, avec souvent des nuances d’agrumes confits et une grande homogénéité due à la parfaite intégration de l’acidité, de l’alcool et des sucres résiduels. On peut citer dans ce stade évolutif les millésimes 1998, 1995 et 1994.

    De la quinzième à la vingt-cinquième année, c’est la « phase terroir« . Le vin présente encore des arômes fruités mais c’est l’émergence de la complexité minérale qui devient dominante. On peut citer actuellement les millésimes 1989, 1988, 1985 et 1983.

    Enfin, à partir de trente ans, nous entrons dans une période que l’on peut qualifier de phase mystique durant laquelle le vin tend à développer sa propre dynamique. Les différences de terroirs, si marquées du nord au sud de la vallée tendent alors à se gommer. On voit apparaitre des arômes tertiaires comme la pâte d’amande et le fruit confit. On peut qualifier cette phase de mystique car de très grands vins peuvent à ce moment là émerger de petits vignobles ou de producteurs moins bien considérés. On peut citer actuellement dans cette catégorie les vins de 1976 et 1971 et bien entendu de plus anciens encore.

    Tout ceci n’est pas linéaire et les vins de Kabinett et Spätlese sec par exemple n’emprunteront pas exactement la même voie qu’un Auslese, Beerenauslese ou Eiswein (vin de glace).

    traduction et reproduction avec autorisation des auteurs.
    Tous droits réservés. www.moselfinewines.com. 2008

    Les vignobles de Trittenheim le 25 octobre 2008.
    Les vignobles de Trittenheim le 25 octobre 2008.

    Mais revenons à notre TRABENER KRÄUTERHAUS RIESLING EISWEIN 2004 issu d’un vignoble de Moselle moyenne.
    Ce vin a été classé dans les cent meilleurs vins de Moselle du millésime.
    Présentant une robe or vert, brillante et intense, il explose littéralement en bouche, une acidité naturelle extraordinaire contrebalançant une richesse en sucres naturels considérable. Les grands eiswein de Riesling de la Moselle sont très certainement les plus précieux du genre. Le potentiel d’évolution est immense et il donnera d’intenses satisfactions sur plus de trente années…

    Alcool : 8,5 %/vol
    Sucres résiduels : 219,7 g/L
    Acidité totale :15,4 ‰

    Le cru Kräuterhaus à Traben-trarbach au coucher du soleil le 25 octobre 2008.
    Le cru Kräuterhaus à Traben-trarbach au coucher du soleil le 25 octobre 2008.

    Tarif du Trabener Kräuterhaus Riesling Eiswein 2004 sur simple demande.

    A la semaine prochaine,
    Salutations œnophiles,
    Jean-François Ragot.


  • EPUISE – Curatolo Tumoli Nero d’Avola IGT 2004 (0.75L)

    CURATOLO TUMOLI NERO D'AVOLA IGT 2004Issu à 100 % du cépage autochtone Nero d’Avola, ce vin est issu d’une vendange à la mi-septembre en petites caissettes.
    Le terrain est à dominante calcaire.
    Après égrappage, macération de 10 jours à 28°C puis pressurage.
    Élevage : 80 % en cuve inox et 20 % en barrique de trois ans pour une durée de 6 mois.

    Il présente une très belle robe grenat profonde, brillante. Au nez, c’est le fruit rouge très mûr qui domine avec même quelques nuances de fruits noirs.
    En bouche, le vin est concentré, très aromatique, velouté. On retrouve le fruit rouge et le fruit noir avec des tanins bien mûrs.

    C’est une excellente initiation à ce remarquable cépage indigène, trésor du patrimoine ampélographique de l’Italie méridionale.