• Archives pour l'Étiquette 2001
  • Archives : Middelvlei Shiraz 2001 (W.O Stellenbosch) (0.75L) – EPUISE

    MIDDELVLEI SHIRAZ 2001Le domaine Middelvlei est un grand Domaine de 130 ha appartenant à la famille Momberg, dont la production de vins de Shiraz (Syrah) est hautement estimable. Le millésime 2001 a permis d’élaborer un vin puissant sans être trop alcoolisé (13,1%). D’une belle robe grenat, il offre une palette d’arômes de fruits noirs et d’épices particulièrement savoureuse, avec un boisé d’élevage bien intégré.

    Il plaira tout particulièrement aux amateurs de Côtes du Rhône Nord, qui retrouveront une expression originale de leur cépage favori.


  • EPUISE – Ruster Eiswein 2001 Domaine Landauer (assemblage Furmint et Muscat Ottonel) (0.50L)

    RUSTER EISWEIN 2001La vendange de ce vin de glace s’est déroulée en trois fois.

    Tout d’abord le 9 décembre 2001 vendange de 1900 Kgs de raisins Furmint par 8 °C.(richesse du moût au pressurage 27 KMW)

    Puis le 12 décembre 2001 2300 kgs de Muscat Ottonel par 9 °C. (richesse du mout au pressurage 30,5 KMW)

    Enfin le 13 décembre, une dernière fois 1600 kgs de Muscat Ottonel par 9°C. (richesse du moût au pressurage 30 KMW)
    Ces trois cuvées qui ont été assemblées et qui ont fermentées ensembles ont produits environ 2000 litres de vin.

    Les éléments analytiques sont les suivants :
    – alcool : 10%
    – sucres résiduels : 149gr/litre
    – extraits secs réduits : 44.7gr/litre
    – acidité totale : 8.1‰ ( acidité fixe + acidité volatile)

    Robe limpide, claire et brillante.
    Le vin présente une grande noblesse aromatique, marqué par les  » arômes du froid » (sous bois, truffe, sans oublier une belle palette de fruits exotiques).
    L’ensemble est très harmonieux, avec beaucoup de finesse et une belle longueur.
    Ce vin devrait évoluer favorablement sur une longue période.


  • EPUISE – Castel Bolovanu Cabernet-Sauvignon 2001 (0.75L) Appellation Samburesti-Dealu Bolovanu

    CASTEL BOLOVANU CABERNET SAUVIGNON 2001

    Domaine situé sur les collines de l’Oltenie au sud ouest de l’arc des Carpates, latitude 44° et altitude de 260 mètres. Les sols sont d’origine alluviale, particulièrement propice à l’élaboration de vins rouges très fins.
    Le millésime 2001 Castel Bolovanu a été élevé 6 mois en barriques françaises de 225 litres.
    Alcool : 13%Vol.
    Complètement différent des vins de Villa Zorilor, il offre une robe grenat. Le nez est fin et rappelle par son côté classique d’excellentes cuvées bordelaises. La bouche est gourmande, équilibrée,avec une fine note d’amertume.
    Il ravira les amateurs de vins rouges « classiques ».


  • EPUISE – Terrasses Danubiennes Sienna Merlot 2001 (0.75L) Appellation Vanju Mare

    TERRASSES DANUBIENNES SIENNA MERLOT 2001 Appellation Vanju Mare

    Ce domaine est situé à l’extrême sud ouest de la Roumanie, près des célèbres « portes de fer » du Danube dont parle l’Empereur Trajan, s’apprêtant à conquérir le pays Dace, berceau de la future Roumanie. Les terrasses formant amphithéâtre sont protégées des vents froids du nord et bénéficient de la régulation thermique du Danube tout proche.
    La Cuvée Sienna 2001 est élaborée à partir de 90% de Merlot et 10% de Cabernet Sauvignon.
    Le rendement très modéré a donné entre 35 et 40 hectolitres à l’hectare. Le vin a été élevé 6 mois en barriques et 12 mois en bouteilles avant sa mise sur le marché. Alcool : 14%vol.

    « Doté d’une robe grenat brillante et profonde, le vin offre un nez aromatique, intense, presque sauvage avec un côté exotique qui rappelle les meilleurs vins rouges de l’hémisphère sud. La bouche est concentrée sur un fruit rouge et noir très mûr avec une belle fraîcheur.
    La persistance aromatique est excellente.
    Pour les amateurs de vins puissants et vigoureux ! »

    TERRASSES DANUBIENNES SIENNA MERLOT 2001


  • EPUISE – Tokaji Aszu 3 Puttonyos 2001

    TOKAJI ASZU 3 PUTTONYOS 2001 Château de SárospatakAprès la fausse « grande année » 2000 (selon notre opinion), le millésime 2001 a donné pour qui a su attendre, quelques belles sélections de grains aszu d’une concentration certes inférieure à celles du millésime 2000, mais dotées d’un bien meilleur équilibre. Les vins du millésime 2000, année particulièrement torride dans la région, souffrent d’un manque évident d’acidité. Comme vous ne l’ignorez pas, ou plus, le Tokaji requiert pour briller de tous ses feux un subtil équilibre entre sucre, alcool et acidité. Notre cuvée Château Sarospatak 3 puttonyos 2001 présente une jolie robe or clair. Le nez et la bouche trouvent une harmonie délicate, de fruité et de fraîcheur.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12,88%/vol
    Sucres résiduels : 75 grammes par litre
    Acidité fixe : 7,5 ‰


  • Vin de Constance 2001 Domaine Klein Constantia (W.O Constantia) (0.50L)

    VIN DE CONSTANCE 2001Cette première année du XXIème siècle a été très favorable à cet immense vin liquoreux de plus en plus impressionnant d’années en années. Nous sentons de plus en plus la grande maturité du vignoble qui atteint maintenant sa vingtième année.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,65 % vol
    Sucres résiduels : 144 g/L
    Acidité totale : 8,4 ‰
    pH : 3,66

    La palette aromatique est relativement proche du millésime 2000, avec peut-être une acidité un peu plus marquée.

    Plus d’infos sur les Vins historiques de Constantia.

    Dionis possède un vrai trésor oenologique avec une collection de vieux millésimes de 1987 à 2007.


  • EPUISE – Barolo Riserva cru Bricco delle Viole DOCG 2001 (0.75L) Domaine G.Viberti

    BAROLO RISERVA CRU BRICCO DELLE VIOLE DOCG 2001Éléments analytiques :
    Alcool : –
    Acidité totale : –
    Extraits secs : –

    Très grand millésime qui inaugure magnifiquement la décade 2000. Il est comparable au mythique millésime 1990.
    Ce Barolo présente une robe dense, rubis profond presque grenat.
    Au nez, de bonne intensité, dominent le goudron, la violette, les nuances balsamiques, le tout dans un ensemble très complexe.
    En bouche, l’attaque est puissante mais ne manque pas de fraîcheur aromatique, signe des grands millésimes. L’ensemble est très équilibré .
    Le vin s’épanouit après quelques minutes d’aération. La qualité des tanins, fins et bien fondus, est remarquable. Il est persistant, savoureux, élégant et complexe avec une dominante sur la finesse plutôt que sur le « blockbuster » du type bête à concours …
    En conclusion, un grand rouge dans la haute tradition européenne, qui devrait atteindre sa pleine maturité d’ici la fin de la décennie.


  • EPUISE – Vesevo Taurasi DOCG 2001

    VESEVO TAURASI DOCG 2000L’Aglianico, le grand Cépage du sud, à l’égal du Nebbiolo Piemontais et du Sangiove Toscan est susceptible de donner des vins d’une profondeur inégalable. Le Taurasi est une appellation DOCG de Campanie. Le vin est produit sur des sols d’origine volcanique au nord est d’Avelino à une centaine de kilomètres à l’est de Naples.

    La cuvée qui vous est proposée provient de vieilles vignes d’une trentaine d’années de la « Terra di Venticano », 100% Aglianico . Le rendement très limité est d’environ 35 hectolitres à l’hectare. L’élevage est de 12 mois en barriques de chêne français et 12 autres mois en foudres de chêne de Slavonie.

    « Le vin présente une robe grenat, pourpre, presque noire, sans trace d’évolution. Le nez offre un bouquet intense de cerises confites, de tabac blond légèrement mentholé. La bouche est d’une très grande ampleur. C’est complexe avec des notes de café, cacao, de fruits rouges macérés. Les tanins sont bien présents sans agressivité.

    Un grand vin pour des occasions exceptionnelles qui évoluera favorablement pendant une bonne dizaine d’années. »

  • EPUISE – Simonsig Tiara 2001 (W.O. Stellenbosch)

    SIMONSIG Tiara 2001Cuvée ambitieuse de 70% cabernet-sauvignon, 26% Merlot et 4% cabernet franc. De robe très profonde, le nez, bien que boisé, laisse apparaitre un fruit noir intense et délicat. La bouche très concentrée a réussi à dominer l’élevage en barrique , ce qui est loin d’être le cas hélas pour beaucoup de vins sud-africains… Belle longueur avec des tannins soyeux et bien fondus. Ce très beau vin est prêt à boire mais pourra évoluer favorablement sur une dizaine d’années encore .

  • EPUISE – Winninger Brückstück Auslese Riesling 2001

    WINNINGER BRÜCKSTÜCK AUSLESE RIESLING 2001Le prototype même de la vendange tardive mosellane. Ce vin provient du nord de la zone viticole, juste au sud de la ville de Coblence dans la zone appelée « les terrasses ».
    Le millésime 2001 est considéré comme une référence absolue dans cette région.
    Ici, c’est plus que de la finesse dont il faut parler, c’est un véritable « vin de dentelle », d’une incroyable subtilité aromatique, où dominent les agrumes frais et la minéralité. Ce vin est à boire pour lui-même.
    Évolution prévisible de plus de dix ans.

    Éléments  analytiques :
    Alcool : 9.3 %/vol
    Sucres résiduels : 56.2 g/L
    Acidité totale :8.90 ‰


  • Le Vin du mois : Brunello di Montalcino 2001

    Vin du Mois : Janvier 2007

    BRUNELLO DI MONTALCINO 2001
    Tenuta Il Poggione (Italie – Toscane)

    Bien que nous soyons assez peu sensibles au battage médiatique qui touche au vin, vous avez été très nombreux à nous interroger sur un Brunello Di Montalcino 2001 qui a été classé meilleur vin du monde par le Winespectator.
    Comme promis dans les news de décembre, nous avons le plaisir de vous proposer d’acquérir durant le mois de janvier un excellent Brunello Di Montalcino du millésime 2001 à des conditions privilégiées.

    Dans cette partie du sud de la Toscane, le Brunello di Montalcino peut être considéré comme une « invention » récente. On ne peut pas en effet parler de tradition multiséculaire pour ce vin. C’est vers 1870 que le vigneron Ferruccio Biondi-Santi a commencé à planter un clone spécifique du cépage Sangiove Grosso, connu sous le nom de Brunello. Il avait observé qu’il produisait des grains plus petits et qu’il opposait une plus grande résistance au phylloxera qui ravageait alors les vignobles.
    Contrairement aux traditions locales d’alors, cet innovateur décida de laisser vieillir le vin issu de ce cépage quatre années en tonneau de chêne, cet élevage étant lui-même suivi d’un séjour en bouteille.
    Le premier grand millésime officiel de ce vin est le 1888. Il en resterait parait-il encore quelques bouteilles toujours en forme…
    Le fameux baron Luigi Ricasoli, celui-là même qui a posé les règles d’élaboration du Chianti déclarait lors d’une dégustation en 1930 qu’il lui semblait impossible en Toscane d’atteindre une pareille longévité en dehors de cette zone de Montalcino .

    Le développement de cette appellation est assez récent. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le terme Brunello restait une spécialité exclusive de la famille Biondi-Santi et il faudra attendre les années 70 pour que ce terroir prenne son essor (seulement 65 hectares de vignes plantés à cette époque). La consécration interviendra en 1980 avec la DOCG (Denominazione di Origine Controllata e Garantita).

    Ce vin est produit exclusivement dans le territoire communal de Montalcino sur des collines qui peuvent atteindre au maximum 667m d’altitude, ce qui est un facteur qualitatif supplémentaire dans cette région très chaude en été.

    Le terroir est composite (marnes argileuses, sable et même tuf d’origine volcanique etc…).

    Il y a actuellement 270 domaines inscrits pour environ 1 350 hectares plantés. La qualité devrait toujours être très élevée eu égard au prix du vin. Ce n’est pas toujours le cas hélas, certains domaines produisant des vins dilués et indignes de leur catégorie. Ce phénomène n’est malheureusement pas une exception à Montalcino…

    Le Domaine IL POGGIONE situé à Sant’ Angelo In Colle a été fondé à la fin du XIXème siècle. Il couvre actuellement une surface de vignes de 118 hectares. Il est la propriété de Leopoldo et de Livia Franceschi.
    Nous avons le plaisir et l’honneur de collaborer avec ce domaine dont la qualité des vins ne nous a jamais déçue, depuis 1990. Loin du clinquant à l’américaine de certains autres domaines de la région, il est géré avec rigueur par Fabrizio Bindocci et sa sympatique équipe. Les vins sont d’une remarquable régularité, y compris le deuxième vin (Rosso Di Montalcino DOC).
    Le millésime 2001 très bien réussi en Toscane, atteint ici pour le Brunello un niveau « classique ».

    Les vignobles du domaine Il Poggione en Toscane au coeur de l'été.

    Les chais du domaine Il Poggione.

    BRUNELLO DI MONTALCINO 2001
    Tenuta Il Poggione

    Élevé trois ans en foudre de chêne de l’Allier (de 30 à 50 hectolitres de capacité), il présente une robe grenat sombre et brillante. Au nez, ce sont de subtiles tonalités de fruits noirs (myrtille, cassis) et de cacao. On note aussi quelques nuances de cuir de Cordoue. La bouche est imposante, profonde et complexe. Le vin est marqué par des arômes balsamiques et empyreumatiques. Il évoque également les épices, la fourrure et le tabac du Transvaal. Sa puissante structure tannique ne nuit pas à sa remarquable finesse, mais laisse envisager une longue évolution.

    Les amateurs pressés peuvent déjà commencer à le déguster. Toutefois il gagnera grandement à être oublié quelques années en cave et il devrait évoluer favorablement sur plus de vingt années.

    Comme vous le savez, nous n’avons pas pour habitude de nous appuyer sur les médias. Toutefois, un certain nombre de nos amis du vin ont quelquefois besoin d’être « rassurés »… C’est pour cela qu’ à titre exceptionnel, nous citerons le guide Duemila Vini 2007 produit par l’association italienne des sommeliers, une des références de la littérature italienne sur le vin. Il lui a attribué la distinction de 5 « grappes », soit le maximum. Les vins qui obtiennent 5 grappes sont ceux qui totalisent de 91 à 100 points sur 100.

     

     


  • News 21 Décembre 2006

    Orlienas, le 21 décembre 2006

    Cher(e) ami(e) œnophile,

    Ce mois de décembre touche bientôt à sa fin. Il a été très actif et intégralement consacré à essayer de satisfaire les nombreuses commandes et demandes diverses de nos clients. Ceci ne nous a pas laissé le temps de partir à la recherche de nouveaux vins…

    Les portes ouvertes des 7, 8 et 9 décembre se sont particulièrement bien déroulées, à l’exception du vendredi 8 décembre où les grosses intempéries qui ont traversé la France ne vous ont pas permis de venir nombreux nous rendre visite au caveau de Dionis.

    Bien que nous soyons assez peu sensibles au battage médiatique qui touche au vin, vous avez été très nombreux à nous interroger sur le Brunello Di Montalcino 2001 classé meilleur vin du monde par le Winespectator. Afin de vous satisfaire, nous aurons le plaisir de vous proposer en « vin du mois » à partir de début janvier 2007 le Brunello Di Montalcino domaine Il Poggione 2001 (Toscane).
    Ce sera l’occasion pour vous de l’acquérir à des conditions privilégiées.

    Pour rêver un petit peu en ce début d'hiver : les vignobles du domaine Il Poggione en Toscane au cœur de l'été.

    Je profite par conséquent de ce dernier courrier de décembre pour vous souhaiter à tous et à toutes d’excellentes fêtes de Noël accompagnées de nos meilleures bouteilles (à consommer bien entendu avec modération).

    Sincères salutations oenophiles,

    Jean-François Ragot


  • News 8 Mars 2006

    Posté dans par admin

    Orliénas, le 08 mars 2006

    Cher(e) ami(e) œnophile,

    Nous sommes en train de sortir doucement de ce long hiver, que nous ne regretterons pas, si ce n’est qu’il facilite la consommation (avec modération bien entendu !) de vins corsés et de plats roboratifs…

    Chez Dionis, les choses «vont et viennent» : départ en retraite de notre ancien et fidèle collaborateur Raymond Fitoussi , arrivée de ma fille Céline dans l’entreprise, nouveaux projets, dont je vous entretiendrai ultérieurement, etc.

    Bien que ce ne soit pas l’euphorie dans la grande famille du vin en ce début d’année 2006, il faut toutefois « positiver » et accomplir son ouvrage sans faiblesse, au service de la qualité et de l’esthétique. Continuez à nous faire confiance, nous ferons l’impossible pour la mériter.

    Château Sárospatak
    TOKAJI Sarga-Muskotaly vendanges tardives 2004

    C’est un vin vraiment confidentiel que je souhaite proposer maintenant à votre sagacité gourmande…
    Il s’agit d’une micro cuvée de 400 litres élaborée à partir d’un petit vignoble du sud de l’appellation, dans les environs de Tarcal.
    Le «Sarga Muskotaly» est tout simplement le muscat à petits grains, qui compte pour environ 5% de la zone d’appellation Tokaji. Il peut être vinifié en vin sec et plus rarement en vin liquoreux lorsque les conditions le permettent.
    La cuvée que nous vous proposons a été vinifiée pour partie comme un «Aszu» et pour partie comme un Szamorodni doux .
    Deux «tris» de raisins ont été effectués, le premier fin Octobre 2004 avec un très beau choix de grains secs (Aszu de pur muscat), ramassés grains par grains et le second dans la deuxième quinzaine de Novembre, avec une sélection de grappes entières de muscat toujours, très « botrytisées », presque complètement «aszutées».
    Le premier tri de grains aszu a fait l’objet d’une macération traditionnelle dans du moût en fermentation composé de Furmint et de Harslevelu, puis pressuré immédiatement après.
    Le second tri a été pressuré avec une petite presse, puis assemblé au moût du premier tri.
    L’assemblage ainsi constitué a continué paisiblement ses fermentations et a poursuivi son élevage en cuve inox durant une année.
    Le vin a été mis en bouteille au mois de Décembre 2005.

    Ses caractéristiques analytiques sont les suivantes :
    •  Alcool : 12.46%
    •  Sucres résiduels : 120 gr/Litre
    •  Acidité totale : 9.9‰

    D’une robe très claire, ce vin sort complètement des sentiers battus au niveau aromatique et se différencie totalement des Aszu classiques issus du cépage Furmint. Toutefois, le côté « macération » de l’aszu est bien présent et donne beaucoup de consistance au vin. La palette aromatique due au cépage Muscat cultivé en dans cette région d’Europe est particulièrement intéressante et complexe, avec cette acidité tranchante qui donne tout son équilibre au vin.
    Il est amusant d’essayer de comparer ce Muscat Aszu d’ Europe centrale issu du passerillage sur pied et de la pourriture noble avec un Muscat naturellement doux séché au soleil de l’ile de Samos…
    Le même cépage, mais deux univers différents !
    Ce vin qui commence à arriver doucement à son équilibre devrait évoluer favorablement sur une bonne dizaine d’années.

    Il sera disponible au mois de Mai. Une offre spéciale « en primeur » vous sera communiquée sur simple demande. info-contact@dionis-vins.fr

    MALVASIA DELLE LIPARI DOC PASSITO 2004

    Quel plaisir de déguster ce merveilleux breuvage entré dans nos entrepôts le 28 Février !
    Ceux d’entre vous (et ils sont nombreux) qui ont acheté le vin du millésime 2003 ont découvert un vin naturellement doux extraordinaire et d’une formidable identité.
    Que dire du 2004 ? qu’il est encore supérieur ? A ce niveau, c’est une pure question de goût.
    Je dirai simplement, que son équilibre est un peu différent, orienté peut être vers encore plus de fraîcheur aromatique et d’équilibre que le 2003.
    Les conditions de la vendange ont été excellentes et se sont déroulées vers la fin Septembre 2004.
    Les raisins d’un état sanitaire parfait ont été exposés au soleil de fin d’été durant deux semaines. A l’issue de ce processus de concentration, les raisins ont subi une cryo macération (macération à froid) de 24 heures,afin d’extraire encore plus d’arômes.
    Afin de ne pas en altérer la pureté, le moût une fois pressuré, a fermenté en cuve inox et a été élevé durant quelques mois seulement en foudre de chêne. Ce fût un choix délibéré, car l’élevage aurait très bien pu s’effectuer en barriques pour une durée de deux années, comme le font certains. Les arômes auraient alors pris un tour beaucoup plus « oxydatifs », ce qui aurait signifié un style très différent, gommant un peu, à notre avis, la grande délicatesse de la Malvoisie. La quantité totale produite a été de 42.3 hectolitres.

    Les éléments analytiques sont les suivants :
    •  Alcool acquis : 12.38% vol
    •  Sucres résiduels : 114.4 g/l
    •  Extraits secs : 48.1 g/l
    •  Acidité totale : 5.3‰ (P.H : 3.9)

    Le vin présente une robe claire à reflets verts, brillante, particulièrement engageante…
    Le nez est floral, complexe, avec beaucoup de fraîcheur. On trouve aussi une note de fruits exotiques, mais pas les arômes de fruits secs, comme avec le 2003. En bouche, l’ensemble est savoureux, très fruité, avec dominante de fruits exotiques. C’est la confirmation du nez, avec très peu d’évolution et un remarquable équilibre acidité/sucres résiduels pour un liquoreux du sud de l’Europe. Ce vin est entièrement construit sur la subtilité de ses arômes et la finesse de sa structure. Grande persistance en bouche.
    Ce vin est en tout début de cycle. Il devrait donner pour de longues années de grandes émotions œnologiques aux amateurs patients.

    Pour en terminer avec les vins moelleux, je voudrais attirer votre attention sur un délicieux vin de paille de Toscane, appelé là-bas Vinsanto fraîchement entré dans nos entrepôts :

    DOMAINE IL POGGIONE VINSANTO S.ANTIMO 1998 DOC (0.50L)

    Le premier Vinsanto du domaine Il Poggione que nous avons eu le plaisir de sélectionner fût le millésime 1987 et c’était à la fin de l’année 1994.
    De millésime en millésimes, nous n’avons jamais été déçus par ce vin de paille chaque fois très différent, qui peut aller d’un moelleux presque « sec » au côté liquoreux le plus marqué. Ceci est fonction des levures et du niveau de passerillage du raisin avant le pressurage.
    J’ai souvent mis en garde nos amis oenophiles contre les Vinsanto de bas de gamme qui sont produits en séchant les raisins durant trois jours dans des chambres chaudes agrémentées d’un ventilateur.
    Ce n’est bien entendu pas le cas du Vinsanto San Antimo dont les raisins passerillent tranquillement jusqu’au mois de Janvier dans un très grand grenier ouvert aux quatre vents.

    D’une robe or vert lumineuse le Vinsanto San Antimo 1998 est un produit extrêmement typé et puissant présentant une palette aromatique complexe de raisin de Corinthe et de noisette grillée.
    La richesse aromatique de ce joyaux œnologique exceptionnel comblera l’amateur de vins rares et originaux.

    Éléments analytiques :
    – 66 grammes de sucres résiduels,
    – 16.62% d’alcool /Vol,
    – 7,15‰ d’acidité totale (en tartrique).

    Pour plus d’informations et des photos cliquez ici.

    ROUMANIE – Grand vin rouge

    CASTEL BOLOVANU CABERNET SAUVIGNON 2001

    Appellation Samburesti-Dealu Bolovanu

    Le Castel Bolovanu Cabernet Sauvignon 2001 est disponible depuis une quinzaine de jours

    Domaine situé sur les collines de l’Oltenie au sud ouest de l’arc des Carpates, latitude 44° et altitude de 260 mètres. Les sols sont d’origine alluviale, particulièrement propices à l’élaboration de vins rouges très fins.
    Le millésime 2001 Castel Bolovanu a été élevé 6 mois en barriques françaises de 225 litres. Alcool : 13%Vol.
    Complètement différent des vins de Villa Zorilor, il offre une robe grenat. Le nez est fin et rappelle par son côté classique d’excellentes cuvées bordelaises. La bouche est gourmande, équilibrée,avec une fine note d’amertume.

    Il ravira les amateurs de vins rouges « classiques ».

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ESPAGNE

    TERRAS GAUDA ABADIA SAN CAMPIO ALBARINO 2005
    (Appellation Rias Baixas)

    Crée en 1989, le domaine est situé dans l’extrême sud-ouest de la Galice à A Guarda, au dessus de la rivière Miño.
    Spécialisé dans les grands vins blancs secs, il est reconnu aujourd’hui comme l’un des deux meilleurs, si ce n’est le meilleur de l’appellation.

    Son Albariño 2005 : Abadia de San Campio a été vendangé les 29 et 30 septembre 2005, fermenté en cuve inox et mis en bouteille au tout début du mois de décembre.


    Robe très pâle, brillante et dense.
    Le nez est riche avec des arômes d’agrumes frais, melon, pomme verte, fleurs blanches.
    La bouche est très aromatique avec un remarquable équilibre acidité-gras qui confère fraîcheur et vivacité. Excellente persistance aromatique.
    Ce vin est à boire sur son fruit pendant deux ans environ si l’on veut profiter au maximum de sa fraîcheur aromatique. Il est apte à se conserver cinq ou six années, mais il prendra alors des arômes d’évolution intéressants.
    Excellent à l’apéritif, il accompagnera également poissons et fruits de mer, ainsi que les fromages de chèvre secs.

    Pour plus d’informations, cliquez ici.


  • News 5 Décembre 2005

    VENDANGES 2005 A TOKAJ

    et coup d’œil dans le Burgenland

    Cher ami (e) œnophile, cher(e) client(e).

    Cette Lettre de Décembre clôturant 2005 sera particulièrement copieuse et éclectique. Tout en espérant que vous prendrez quelque plaisir à sa lecture, permettez nous de vous souhaiter d’excellentes fêtes de Noël (en compagnie de nos vins bien entendu, à consommer toutefois avec toute la modération requise !)

    Dans ma lettre de Septembre, je vous avais donné quelques informations assez pessimistes sur la prévision de vendanges en Autriche et en Hongrie. Le climat fait quelquefois des miracles. Les mois de Septembre et d’Octobre ont été particulièrement secs et ensoleillés dans cette partie de l’Europe, comme ailleurs. Le résultat ne s’est pas fait attendre et on peut dorénavant parler de bon, voire d’excellent millésime, le propos étant à ventiler, en fonction du type de vin et de la région.

    •  En Autriche, dans le Burgenland, petite récolte et quelques bons vins rouges, voire très bon, car les rendements ont été faibles. La surprise concerne les vins liquoreux qui ont bénéficié à plein de ce retour d’été tardif et prolongé. J’en ai testé quelques uns de vraiment « top » ! Les vins blancs secs, quant à eux, ayant été vendangés beaucoup plus tôt en Septembre, n’ont pas pu bénéficier à plein de l’été indien. Ils sont plutôt assez légers en comparaison des derniers millésimes, mais agréablement fruités pour ce qui concerne ceux que j’ai dégustés.

    •  En Hongrie, et particulièrement à Tokaj, c’est un véritable miracle que nous avons vécu, avec Septembre, Octobre et même Novembre, beaux et secs. Bien entendu, une bonne partie de la zone a vendangé trop tôt et n’a pas laissé la nature accomplir son œuvre. Quel dommage ! Les vignerons et les domaines qui ont su attendre la première semaine de Novembre (Je sais, que c’est tard et risqué… mais n’oublions pas que dans la grande tradition locale, les vendanges ne débutaient jamais avant le 28 Octobre !) ont rentré une « matière première » de toute beauté, avec de superbes grains « aszu ». Je n’ai pas peur de dire que la partie sud et centre de l’appellation produira un grand millésime. Je pourrai vous en dire plus en fin d’hiver, après les premières dégustations.

    Petite chronique des vendanges d’aszu 2005

    Lundi 31 Octobre

    Temps magnifique, sans la moindre trace de brouillard. Il a fait -2°c cette nuit dans le centre de la zone. Je pars à la recherche des vendangeurs. Il semble que pas grand monde travaille ce lundi de «  pont de la Toussaint… » A Tolcsva,à part chez Orémus,toutes les vignes ont déjà été vendangées depuis un bon moment et les bâtiments de l’ex « combinat » semblent désertés. Dans le sud de la zone (20 km de Tolcsva) rien ne bouge non plus ce matin, mais un petit tour dans les vignes achève de me convaincre que les vendanges ont été à peine commencées.
    Les prévisions à 10 jours, indiquant la stabilité de l’anticyclone sur l’Europe Centrale, semblent avoir dopé l’optimisme de nos amis…Ils ont décidé semble t’il ,de jouir paisiblement de ce long week-end de quatre jours ,car il semble peu probable que les travaux reprennent maintenant avant le mercredi 2 Novembre.
    Étant « monté » jusqu’à Sarospatak, j’ai miraculeusement rencontré un vinificateur,apparemment seul à travailler,qui m’a fait déguster deux Muscat secs fraîchement vinifiés, pas mal du tout, ainsi qu’un « dé à coudre » d’Essence de Tokaji… juste pour voir ! C’est prometteur, car elle est issue des premiers tris d’Aszu. Les vendanges de cette semaine et de la semaine prochaine devraient magnifier la qualité,c’est du moins mon sentiment.

    Mardi 1er Novembre

    Comme je l’imaginais bien,en dépit d’un temps magnifique, pas le moindre vendangeur dans le vignoble…

    Mercredi 02 Novembre

    Cette journée a été consacrée à une visite en Ukraine (55km à vol d’oiseau de la frontière). Quelques vignobles existent dans cette région de Transcarpatie, dans les environs de Uzghorod (l’ancienne Ungvar austro-hongroise). Pour le moment,je dirai : RAS !

    Jeudi 03 Novembre,

    Grande journée dans toute la zone d’appellation, du nord au sud, avec prise de nombreuses photos destinées à illustrer notre site internet.
    C’est l’occasion de goûter beaucoup de raisins « frais » et aszu qui me convainquent de l’excellence du millésime à venir, pour qui aura su attendre le moment opportun… Une chose simple et parfois oubliée ou occultée, est que la saveur du raisin vendangée est très directement liée au vin à venir…
    Les raisins « frais » et aszu sont vraiment délicieux et dénués de pourriture grise, grand ennemi de l’Aszu et du Szamorodni doux.
    Un autre élément pour se faire une idée est de mesurer la richesse du grain confit au réfractomètre, après l’avoir soigneusement écrasé. Ils sont pour les meilleurs d’entre eux tellement secs, que ce n’est pas si facile que cela d’en exprimer un peu de jus. Je trouve jusqu’à 62,63 KMW (62 à 63% de sucre par litre de moût en masse volumique).
    La dernière « épreuve » qui confirme le jugement pressenti, est une nouvelle dégustation de L’Essence de Tokaj. Elle atteint et dépasse cette fois-ci 800 gr de sucres « résiduels » par litre de moût avec une acidité fixe jusqu’à 24‰. C’est en tous points remarquable et dans l’esprit du grand 1999.
    C’est par conséquent très satisfait que je regagne mes pénates vers 16h, avec l’arrivée de la nuit.

    Vendredi 04 Novembre,

    Cette journée sera consacrée également à la photo des éléments les plus intéressants de cette vendange 2005, tout ceci accompagné de quelques dégustations, en particulier du millésime 2002, qui sortira en 2006. Vous ne devriez pas être déçus par le Château Sarospatak 6 Puttonyos 2002

    Tout voyage en Europe Centrale passe pour Dionis par l’ Autriche, d’où je vous rapporte également de bonnes nouvelles :

    A Gols dans le Burgenland, les difficiles conditions du millésime 2005 (gel, orages, pourriture) sont à l’origine d’une réduction de récolte qui peut être proche des 2/3 : une magnifique fin d’été et une arrière saison parfaite ont sauvé l’année. Georg Lunzer a produit de bons blancs secs et d’excellents rouges. Il n’a pas été possible de produire de vins de paille cette année, le risque étant trop important.

    A Rust en revanche, les conditions qui sont très particulières par rapport au reste de la région, ont permis cette année de vendanger chez Bruno Landauer de splendides raisins botrytisés « nobles » blancs et même, ce qui est rarissime, rouges !

    Les vins blancs secs, quoique « enrichis » cette année, ont tiré leur épingle du jeu et feront quelques bons vins de soif pour l’été 2006. Les rouges, quant à eux, n’ont bien entendu pas pu être dégustés si tôt. Nous en reparlerons à la sortie de l’hiver.
    Le point fort de 2005, c’est les liquoreux, avec un super « auslese » de 25 kmw (25% de sucre par litre de moût en masse volumique) issu de tries de Furmint, Weissburgunder, Chardonnay, Welschriesling et Sauvignon. On est dans l’esprit des excellents 2002 et 2004.

    Très bon Ausbruch également, issu de Welschriesling, Weissburgunder et Neuburger, d’une richesse en sucre de 30.5 kmw à 33 kmw, selon les cuvées.

    La grande curiosité du millésime chez Bruno est un liquoreux rouge de pourriture noble, issu du Zweigelt et du Pinot Noir, qui présente une palette aromatique assez « ébouriffante ». D’une richesse à la vendange de 26 kmw, on évalue avant toute analyse officielle sa richesse en sucre à une centaine de gr et son taux d’alcool à 11% vol.
    Quand il sera mis en vente, je vous conseille de ne pas le louper ! Les conditions pour produire ce type de vin, se présentent en moyenne tous les 15 à 20 ans.

     

    LE MOSCATO PASSITO DI PANTELLERIA DOC

     

    A Pantelleria, nous sommes seulement à 70km de la Tunisie et bien loin de l’Italie traditionnelle. C’est un peu un « bout du monde » marche avancée de l’Europe au large de l’Afrique.
    Cette petite île volcanique de 83km2 fût dans l’antiquité une escale importante pour les marins carthaginois. On y produit depuis des temps reculés du vin et des câpres.
    On estime en effet, que la vigne y a été cultivée depuis le troisième millénaire avant J-C.
    D’un usage local au cours des temps modernes, c’est en 1883 que la célèbre Maison de Marsala Rallo décide de mettre le vin de Pantelleria à sa carte. C’est le début de sa célébrité en Europe.

    Actuellement, il y a 882 producteurs , dont l’écrasante majorité porte ses raisins à la coopérative. La surface plantée est de 1400 Ha , entièrement sur des sols volcaniques. Traditionnellement, les vignes sont plantées sur de curieuses petites terrasses et une partie d’entre elles sont encore taillées comme à Santorin selon le mode du « kouloura » (voir notre lettre de novembre 2001 sur le Vinsanto de Santorin).

    Les facteurs décisifs sont ici la pierre (terroirs volcaniques) le soleil et le vent qui souffle presque de manière continue.

    Située à une latitude de 37° sud , le climat méditerranéen est chaud, mais tempéré, avec une moyenne de l’ordre de 25°C en été et de 12°C durant les mois d’hiver. Les précipitations sont très modérées, de l’ordre de 400mm annuellement.

    Le cépage cultivé ici depuis le 9eme siècle (apporté par les arabes) est le Muscat d’Alexandrie, appelé Zibibbo. Il doit obligatoirement être présent à 95% dans l’élaboration du vin, les 5% restant pouvant être des variétés locales. De fait, actuellement, le vignoble n’est pas très éloigné des 100% de Muscat d’Alexandrie.
    Ce dernier appartient à la grande famille des Muscats, dont il existerait plus de deux cent variétés de vignes et dérivés. Il est connu depuis l’antiquité. De tous les cépages que nous connaissons, il fût l’un des premiers à être cultivé. Il est très probablement d’origine nord-africaine.
    Il nécessite un climat chaud pour mûrir complètement, étant très sensible au froid. On le trouve dans de nombreux pays du sud de l’Europe, au Moyen Orient, en Afrique du Sud (dénommé Hanepoot), en Australie, en Californie et en Amérique du sud.
    De part sa capacité à accumuler une grande richesse en sucre, il est utilisé presque exclusivement pour la vinification des vins doux.
    Il est plutôt en régression dans les zones où il n’a pas su convaincre par sa qualité. Ses plus belles illustrations sont à Sétubal au Portugal et bien entendu à Pantelleria. Les grappes ont des dimensions impressionnantes et atteignent souvent ici le poids d’un Kg !

    Le vin lui-même, peut être de plusieurs types :
    « naturale », effervescent, naturellement doux ou « liquoroso » (l’équivalent chez nous des vins doux naturels, qui contrairement à leur nom sont mutés à l’alcool).
    Le « Passito » (raisins séchés au soleil) peut être soit naturellement doux, soit liquoroso (c’est-à-dire muté).
    Le plus intéressant est bien sûr le Passito naturellement doux, dont nous avons le plaisir de vous présenter une excellente sélection faite par mes soins en Sicile au mois de Mai 2005, à des conditions attractives.

    TERRADEA MOSCATO DI PANTELLERIA PASSITO DOC NATALE PERAINO
    (Vin non millésimé présenté en grandes bouteilles de 0.75l)

    En provenance de divers vignobles bien exposés de l’île de Pantelleria, d’un âge moyen de 25 à 30 années, positionnés sur des sols volcaniques, les raisins, récoltés vers la fin du mois d’août, passent par un processus de séchage au soleil d’environ 25 jours sur de petites terrasses appelées « stenditoi », elles mêmes, adossées à de grands murs.
    Ce procédé, destiné à concentrer le sucre et les extraits par déshydratation des raisins, est connu depuis la plus haute antiquité. Les romains qui étaient de grands buveurs aimaient les breuvages « forts » aptes à mener le consommateur rapidement à l’état d’ivresse désiré…
    De nos jours, ce type de vin est devenu plutôt un « vin de méditation » que l’on sirote volontiers en hiver pour oublier les rigueurs du temps…
    Tout comme le Vinsanto de Santorin , le Nectar de Samos ou la Malvasia di Lipari , il appartient au patrimoine des vins mythologiques qui nous relient au passé.

    Une fois l’ « appassimento » (le séchage) effectué, les grappes à l’état de raisins secs, sont apportées dans le cuvage et délicatement écrasées, plus que pressurées. Elles sont alors assemblées à du moût de raisin frais de Zibibbo . Commence ensuite une longue phase de macération de plus d’un mois , destinée à extraire les arômes du raisin. Cette phase est suivie d’une lente fermentation d’une vingtaine de jours à 18°C, du moût très riche en sucres naturels.
    Natale Peraino a choisi délibérément de ne pas millésimer son vin et de se réserver ainsi l’opportunité d’assembler des cuvées issues de plusieurs années. Il préfère également ne pas élever son vin dans le bois (barriques ou foudres) mais dans des cuves d’acier inox, qui lui donnent une palette aromatique plus fruitée et moins « oxydative ».

    Éléments analytiques :
    Alcool : environ 15% vol.
    Sucres résiduels : 140 gr/litre
    Acidité fixe : 5.50‰

    « La robe du vin est brillante, ambrée, à reflets topaze. Le nez surprend par sa richesse et son intensité aromatique. C’est un feu d’artifice de fruits secs où l’on distingue la figue et le raisin de Corinthe, sans oublier le miel et une riche palette de pains d’épices. En bouche, en dépit de sa concentration, le vin ne présente aucune lourdeur, mais laisse place à beaucoup de finesse, à une consistance soyeuse et à une palette fruitée exquise où l’on retrouve les dattes, l’orange confite, l’abricot, la sauge et la myrte. Il est merveilleusement équilibré, avec une persistance aromatique impressionnante ».

    LE VIN DE CONSTANCE 2001

    Comme chaque année à cette époque, c’est le moment de l’allocation du nouveau millésime de Vin de Constance. Nous en sommes au quinzième ! déjà…
    Je me rappelle comme si c’était hier de ma première visite au Domaine au mois d’Avril 1991 en compagnie de ma femme et de ma fille. C’était une autre Afrique du sud que celle d’aujourd’hui, trois ans avant les premières élections libres du 27 Avril 1994. Les signes les plus choquants de l’apartheid avaient toutefois disparu depuis 1986.
    Que de discussions, parfois stériles, avec la famille Jooste pour le premier lancement international du vin… Enfin, tout s’est bien passé et le premier millésime commercial, le 1987 (il a été produit environ 400 bouteilles du millésime 1986) a remporté un succès évident en France.
    Actuellement, il n’y a pas de jour où nous ne soyons sollicités pour du Vin de Constance. Quelques restaurants prestigieux comme le V (Hôtel Georges V) comptent parmi les plus importants demandeurs.
    Le millésime 2001 se classe dans la moyenne haute des millésimes du Domaine, les vignes ayant atteint leur pleine maturité après une vingtaine d’années.
    Je suis allé déguster ce vin au Domaine début Mai 2005. Il est en tous points excellent, avec les éléments analytiques suivants :

    •  alcool : 14.65%vol
    •  Sucres résiduels : 144 gr/l
    •  Acidité fixe : 8.4‰

    « Le vin est d’un grand classicisme, avec cette touche complètement inimitable d’arômes de pin et de lavande et cette pointe empyreumatique de grillé et de fumée. »

    Il est intéressant de le comparer à ses « cousins » de Samos, dont ils partagent ensemble le même cépage (Muscat à Petits Grains). Ils sont délicieux tous les deux, mais si différents…
    Comme le vin ne sera pas disponible avant le courant du mois de Janvier 2006, soyez gentils de nous faire une commande à part pour le Vin de Constance 2001. Nous livrerons, pour ce vin uniquement, à titre dérogatoire, à partir d’un carton de 6 bouteilles. Les prix demeureront inchangés cette année encore.

    Je vous signale aussi qu’il nous reste quelques cartons de 1999 et que le domaine devrait nous attribuer également avec l’allocation de 2001, une petite rallonge de 2000 (environ 120 bouteilles), alors, amateurs à vos stylos, téléphone, e-mail, ou fax  !

    Joyeux Noël !

    Jean François RAGOT


  • News Septembre 2005

    Cher(e) ami(e) œnophile, cher(e) client(e),

    En cette reprise d’activité après une coupure estivale bien méritée, nous revenons vers vous pour vous remercier du grand intérêt que vous nous avez témoigner au mois de juin à l’occasion des vingt ans de Dionis.
    Certains parmi vous, nous ont gentiment reprocher de célébrer cette anniversaire juste avant les vacances, mais on ne choisit pas toujours sa date de naissance… Qu’ils se rassurent, nous avons l’intention d’organiser d’autres manifestations œnologiques au cours des mois à venir.
    Comme c’est devenu traditionnel en France depuis une quinzaine d’années, nous allons sacrifier également à notre manière au rituel des Foires d’Automne.

    Tout d’abord, quelques nouvelles d’Europe centrale où j’ai passé une partie de l’été.
    Vous avez certainement pris connaissance dans les médias des conditions météorologiques très difficiles en Europe orientale, particulièrement en Roumanie et en République de Moldavie.
    Dans les Carpates du sud et surtout dans la zone de Dealu-mare, jusqu’à 80% de la récolte a été perdue. En Moldavie roumaine, on peut estimer à Cotnari des pertes allant de 25% pour les vignobles les mieux soignés, à 70% pour les autres. Un temps sec s’est établit pour une quinzaine de jours à partir de fin août, mais dès la mi-septembre il faut déplorer de nouvelles précipitations malencontreuses. Nous vous tiendrons informés en novembre de la qualité probable du millésime 2005.
    Pour ce qui concerne la zone de Tokaj, les mois de juillet et août ont été relativement humides, avec des précipitations régulières et un taux moyen d’hygrométrie élevé. Ceci a entraîné le développement de foyers de pourriture grise. Heureusement un temps sec et assez chaud s’est mis en place à partir du 29 août. Trois semaines après, les conditions sont devenues très bonnes pour les vignobles où les rendements sont modérés.
    Si ces conditions favorables se poursuivent comme on peut l’espérer sur la deuxième quinzaine de septembre et le mois d’octobre, un bon, voire un grand millésime n’est plus à exclure.

    Foire d’automne 2005

    Pour cette foire d’automne 2005 nous espérons vous faire plaisir en vous proposant une promotion sur une sélection de nouveautés et de grands vins de la Collection des Vins mythiques et légendaires de Dionis , des valeurs sûres à déguster immédiatement ou à garder en cave en vue de moments privilégiés.

     

    Nouveautés… Nouveautés… Nouveautés…

    VESEVO TAURASI DOCG 2000
    Campanie- Italie

    Après l’excellent millésime 1998 rapidement épuisé, nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement du millésime 2000.

    Nous vous rappelons que le Taurasi est une appellation DOCG de Campanie, produite sur des sols volcaniques à une centaine de kilomètres à l’est de Naples.

    Vignoble de vieilles vignes de 30 ans de la « Terra di Venticano ».

    Cépage : Aglianico 100%

    Elevage : une année en barrique de chêne français et une année en foudre de chêne de Slavonie.

    Très proche du millésime 1998, c’est un grand vin à la robe pourpre sans évolution, au bouquet intense de fruits rouges et d’épices.

    La bouche est ample, riche, sur des notes de café, cacao et fruits rouges macérés.

    Les tannins sont bien présents mais très mûrs.

    Vin de grand plaisir promis à une bonne garde d’une dizaine d’années .

     

     

     

    GOLSER SANKT LAURENT 2004
    Georg Lunzer – Burgenland –Autriche

    Provenant peut-être d’une mutation du Pinot noir (cépage génétiquement instable), le Sankt Laurent a été identifié autrefois en Alsace. Il n’est de nos jours, plus cultivé qu’en basse Autriche et dans le Burgenland.

    Cette cuvée de 2004 de Sankt Laurent présente une robe pourpre très sombre.

    La bouche est concentrée, marquée par les petits fruits rouges. C’est aromatique, original, typé.

    Ce vin présente un taux d’alcool naturel de 14%, gage d’une excellente maturité du raisin. Proche du Pinot noir, il est à boire dans les trois ans sur son fruit .

    Les valeurs sûres … Les valeurs sûres …

     

     

    MIDDELVLEI SHIRAZ 2001
    ( W.O Stellenbosch)

    Rappel lettre de Mars 2004

    Grand Domaine de 130 ha appartenant à la famille Momberg, sa production de Shiraz (Syrah) est particulièrement estimable. Le millésime 2001 a permis d’élaborer un vin puissant mais pas trop alcoolisé (13,1%).

    D’une belle robe grenat, il offre une palette d’arômes de fruits noirs et d’épices particulièrement savoureuse, avec un boisé d’élevage bien intégré.

    Il plaira tout particulièrement aux amateurs de Côtes du Rhône nord qui retrouveront une expression originale de leur cépage favori.

     

     

     

     

     

     

     

     

    KLEIN CONSTANTIA CHARDONNAY 2003
    (w.o Constantia – Afrique du sud)

    Rappel lettre de Décembre 2004

    Provenant des même terroirs que le Rhineriesling à une altitude de 250 mètres au dessus du niveau de la mer, le millésime 2003 a bénéficié de conditions climatiques optimales, qui ont permis d’obtenir une lente maturation des raisins .

    Fermenté pour partie en cuve inox et pour le reste dans le bois, le vin a été élevé pendant huit mois en barriques françaises (60% neuves).

    La robe or clair est limpide et brillante.

    Le nez présente des arômes typés des grands vins blancs bourguignons (beurré et grillé).

    La bouche est ample et équilibrée avec une finale fraîche et minérale. Bonne garde prévisible.

    QUINTA DOS ROQUES ENCRUZADO 2001
    APPELLATION DAÕ- PORTUGAL

     

    Un blanc typé du cépage Encruzado 100% (cépage indigène du nord du Portugal).

    Il présente une jolie puissance aromatique sur les fruits blancs très mûrs et légèrement citronnés. La finale sur une acidité toute en finesse, apporte équilibre et fraîcheur.

    DINSTLGUT LOIBEN
    RIESLING SANKT QUIRIN 2004

     

    Rappel lettre de juin 2005

    Sur 1350 hectares de vignes plantées sur les coteaux agrestes dominant le Danube, la Wachau offre très certainement un des plus charmants paysages viticoles d’Autriche et même d’Europe.
    Grâce à des conditions climatiques nettement plus fraîches que celles qui règnent dans la région pannonienne dont fait partie le Burgenland, la Wachau produit certainement les vins blancs secs les plus fins et les plus fruités d’Autriche. Ses terroirs sont caractérisés par des formations rocheuses primitives, composées de Gneiss ferrugineux, de granit et de schistes.

    Vin très fruité, marqué par une bonne acidité revigorante, faisant ressortir la minéralité due au terroir.

    A boire le soir à l’apéritif ou sur un poisson blanc de lac ou de rivière.

    GOLSER STROHWEIN 2003
    CABERNET SAUVIGNON « VIN DE PAILLE »

     

    1800 kg de raisins de cépage Cabernet Sauvignon ont été vendangés le 5 septembre 2003 . La richesse du moût était de 18KMW (18% de sucre par litre de moût en masse volumique).

    Les raisins ont passé cinq mois sur lit de paille (voir photo sur notre site internet).

    Ils ont été pressurés le 5 février 2004. La richesse du moût avait alors atteint 35 KMW(35 % de sucre par litre de moût en masse volumique).

    Alcool : 11.7 %vol
    Sucres résiduels : 211.8 gr/litre
    Acidité fixe : 8.7% 0.

    La robe est rubis-corail . Ce petit joyau œnologique aux arômes intenses de fraise des bois, framboise et autres fruits rouges est remarquablement équilibré. La persistance aromatique est excellente.

    Produit sans équivalent dont nous ne pouvons garantir la pérennité de production dans les années à venir. Les risques liés à la vinification de ce type de vins sont considérables.

    TOKAJI ASZU 6 PUTTONYOS 1999
    Château Sarospatak

     

    160 g/l. de sucre résiduels et 12% d’alcool vol.

    Robe or vert profond, limpide et brillante.
    Nez d’une belle intensité marqué par des arômes de passerillage, de fruits blancs et exotiques frais.
    Bouche explosive avec un exceptionnel équilibre entre les sucres résiduels et une splendide acidité.
    Immense persistance aromatique. Probablement le plus grand millésime de la nouvelle génération des Tokaji. Un vin d’anthologie.

    NECTAR DE SAMOS 2000
    Vin naturellement doux

     

    Nous tenons là le « prototype » même du Vin Mythologique du bassin méditerranéen, obéissant à une tradition antique qui consistait à exposer au soleil les grappes fraîchement vendangées à pleine maturité, afin d’en concentrer les sucres et les extraits.

    L’aire d’appellation couvre environ 150 hectares. Les meilleures vignes sont cultivées en terrasse sur des coteaux abrupts à une altitude pouvant atteindre 800 mètres.

    Le Nectar est quant à lui issu des meilleurs terroirs en terrasse à une altitude élevée, favorisant une lente et régulière maturation, préservant la conservation des arômes et de l’acidité, qui sont à la base de l’équilibre d’un grand liquoreux. Les vendanges peuvent se produire pour certains sites jusqu’à la fin du mois d’octobre. Les grappes, provenant exclusivement du Muscat à petits grains, sont exposés au soleil sur des nattes pendant au moins 8 jours, ce qui accélère fortement leur déshydratation ou passerillage. Les raisins sont ensuite pressurés dans des pressoirs pneumatiques. Le moût est mis à fermenter dans des cuves inox à températures contrôlées d’environ 17°C. Lorsque les fermentations commencent à faiblir, le vin est refroidi, légèrement sulfité et transféré dans des barriques d’élevage de chêne.

    Alcool : 14 %Vol, acidité : 5,2 pour mille, 150 grammes par litre de sucres résiduels .

    La robe est or clair, soutenu, limpide, dense, brillante.
    Le nez est riche, fin, complexe, élégant.
    Le côté variétal, exotique du Muscat à petits grains est peu marqué, gommé en quelque sorte par la noblesse du terroir et la complexité des arômes issus d’un élevage très soigné. On est sur la figue, la noisette, le raisin de Corinthe, avec une touche de miel et de tabac blond.

     

    Bonnes dégustations et sincères salutations oenophiles
    Jean-François RAGOT

     

     

    Communication de l’offre spéciale « Foire d’automne »
    valable jusqu’au 10 Octobre 2005 sur simple demande.