• Archives de la Catégorie News
  • Les dernières news de Dionis…

  • News : fermeture annuelle

    Orliénas, le 16 Juillet 2018,

    Cher(e)s ami(e)s de la grande famille du vin,

    Comme chaque année, nous vous informons de nos dates de fermeture annuelle.

     

    Notre entreprise sera en vacances du

    samedi 4 août 2018 au lundi matin 3 septembre à 9h.

     

    Durant les quatre semaines de fermeture,
    une permanence sera assurée dans la mesure du possible par e-mail à :info-contact@dionis-vins.fr

    Bien cordialement,
    L’équipe de Dionis


  • News : 26 juin 2018 : voyage dans les vignobles d’Afrique du Sud au mois de mai 2018.

    Le chais de 1791 de GROOT CONSTANTIA, le 18 mai 2018.
    Jean Naudé (directeur du domaine GROOT CONSTANTIA) et Jean-François Ragot, le 18 mai 2018.
    Un des rarissimes et très bon Zinfandel de la région du Cap.
    Domaine BLAAUWKLIPPEN (Stellenbosch), le 21 mai 2018.
    Domaine HAMILTON-RUSSELL, le 22 mai 2018. Dégustation de groupe en compagnie d’Anthony Hamilton-Russell.
    Jean-François Ragot et Marguerite Abergel en dégustation au domaine HAMILTON-RUSSELL, le 22 mai 2018.
    Jacques Jordaan (responsable marketing) et Jean-François Ragot au domaine SIMONSIG, le 23 mai 2018.
    Jean-François Ragot et Lars Maack en dégustation au domaine historique de Constantia : BUITENVERWACHTING, le 24 mai 2018.
    Domaine THELEMA (Stellenbosch)
    Les vignobles au début de l’hiver austral, le 29 mai 2018.
    Domaine THELEMA (Stellenbosch).
    Les vignobles au début de l’hiver austral, le 29 mai 2018.

  • News : 9 mai 2018 : Sixième vente aux enchères des vins de Tokaj, le 21 avril 2018

    Posté dans par admin

    Orliénas, le 9 mai 2018,

    Ce 21 avril 2018, tout juste arrivé dans la région la veille au soir, j’ai participé « en tant qu’observateur » à la 6ème vente aux enchères des vins de Tokaj, organisée par notre confrérie, dont j’ai l’honneur d’être membre depuis 2003.
    Après les deux premières éditions, 2013 et 2014 qui se sont tenues au château de Sarospatak, la manifestation a rejoint en 2015 l’ex-synagogue de Tokaj, transformée en un beau local polyvalent après des travaux considérables.
    Cette édition 2018 était organisée en duplex avec le club londonien du vin : »67 Pall Mall« . La confrérie avait une fois encore orienté la sélection des lots sur des vins blancs secs, issus ultra majoritairement du cépage dominant de l’appellation, le Furmint. Toutefois, étaient heureusement joints à cette vente, quelques lots de Tokaji Aszu intéressants, ainsi qu’un lot de Tokaji Szamorodni sec.
    Les résultats de la vente ont été, je pense, fort éloignés des attentes des organisateurs et ceci pour plusieurs raisons.

    La première, la plus évidente à mon sens, est que Tokaj doit sa réputation historique depuis presque quatre siècles, à sa capacité à réaliser d’extraordinaires vins moelleux aptes à se conserver presque un siècle… Le cépage Furmint, très peu aromatique, globalement acide et présentant des taux d’alcool de plus en plus élevés, pour cause de réchauffement climatique, est inapte à produire de grands vins blancs secs. En revanche, il n’a pas ou peu de vrais concurrents pour la réalisation de grands vins liquoreux naturellement doux.
    Seule exception : le Tokaji Szamorodni Szaraz (sec), élevé à la méthode oxydative, rejoint alors les plus grands vins de sa catégorie : je pense particulièrement  aux Vins Jaunes Jurassiens et au Xérès andalou. Le Tokaji Szamorodni sec après trois ou quatre années d’élevage, souvent sous voile, en barriques usagées et une quinzaine d’années au moins de séjour en bouteille, peut atteindre des sommets qualitatifs insoupçonnables.

    La deuxième raison à cette déconvenue est à mon sens liée à des estimations de prix fantaisistes et hors marché. Les résultats de la vente ont été malheureusement conformes à ces deux observations. Seuls quelques lots de Tokaj Aszu ont franchi le cap, plus de la moitié des lots ont été retirés sur les 39 présentés. C’est certes bien regrettable, mais il fallait s’y attendre. Seul un véritable aveuglement des producteurs, lié à des erreurs marketing, a conduit à cet échec.

    Alors, quid de la prochaine édition 2019 ? Il ne m’appartient pas de le dire, mais je conseillerai fortement à mes amis de la Confrérie des Vins de Tokaj, de ré-orienter franchement leur sélection vers de belles cuvées d’Aszu, de Tokaji Szamorodni doux, de Tokaji Szamorodni sec le cas échéant, sans oublier quelques bouteilles de collection, à titre de cerises sur le gâteau. Il est intéressant de noter à ce sujet que les 12 bouteilles de Tokaj Azsu 5 Puttonyos 1963 présentes à la vente, ont été adjugées à 457 € la bouteille.
    Ceci démontre l’extraordinaire potentiel de ce vignoble, qui m’enchante depuis 32 ans maintenant…
    Je recommanderais aussi, bien entendu, de ne pas tenter de s’affranchir des lois du marché. Un vieux souvenir me revient, puisque je suis presque un « dinosaure » dans cette région : en 1990, les dirigeants du Combinat de Tokaji qui possédait le monopole des exportations, avaient décidé subitement de doubler le prix des vins vers les marchés occidentaux… Les affaires se sont bien entendu arrêtées brutalement et ils n’ont plus vendu une seule bouteille… Alors, gageons qu’en 2018, on comprenne un peu mieux ce que signifie le terme économie de marché…

    Jean-François Ragot

    6ème vente aux enchères des vins de Tokaj, organisée par la Confrérie des Vins de Tokaj.
    Synagogue de Tokaj, le 21 avril 2018.

  • news : 13 janvier 2018 : le souffle du printemps

    Orliénas, le 13 mars 2018,

    Comme vous ne l’ignorez pas, le printemps météorologique a bel et bien débuté le 1er mars. Certes, cela ne se sent pas encore beaucoup en cette mi-mars 2018. Nous pouvons déjà présager 2018 comme un futur millésime assez tardif. Mais, en ces périodes de réchauffement climatique, ce n’est pas un défaut; je pense particulièrement à l’année 2013 au long développement végétatif, qui a donné d’excellents vins en Europe.
    Qui dit printemps, annonce pour moi le retour des voyages de sélection dans les vignobles. Au mois d’avril, principalement en Italie, Autriche et Hongrie. Au mois de mai, ce sera un grand tour dans les vignobles d’Afrique du Sud. Il est temps d’y aller, je n’y suis pas retourné depuis mai 2015.
    A bientôt, des news concrètes.

    J.F.


  • News : Portes Ouvertes de Noël 2017

    Orliénas, le 5 décembre 2017,

    Portes ouvertes au caveau de Dionis à 69530 Orliénas (sur invitation uniquement).

    Les jeudi 7, vendredi 8 et samedi 9 décembre 2017
    de 10h à 18h00.

    La plus belle collection de vins mythologiques en France !
    Des offres promotionnelles jusqu’au samedi 9 décembre inclus (délai de rigueur) (Remises de 12% à 20%)

    Informations et invitation sur simple demande à info-contact@dionis-vins.fr

    Cordialement,
    L’équipe de Dionis


  • News : 09 octobre 2017 : bref coup d’œil sur l’été 2017 et le début des vendanges

    Orliénas, le 9 octobre 2017,

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’été 2017 restera dans les annales météorologiques comme un des plus chauds des cent dernières années. Si l’Europe du Sud a été plus particulièrement marquée, l’Europe Centrale a été souvent caniculaire, mais les nuits ont été notablement plus fraîches qu’à l’ouest de l’Europe.
    La sécheresse a été de mise dans une très grande partie de l’Europe.

    Dans l’Est de la Hongrie, particulièrement dans la région de Tokaj (Tokajhegyalja) on pouvait déjà déguster des raisins doux à la mi-août. Les vendanges ont commencé doucement vers le 10 septembre pour les vins blancs secs et se poursuivront comme d’habitude, jusqu’à la première décade de novembre pour les vins moelleux. Heureusement, de petites pluies ont favorisé une bonne évolution de la maturité du raisin.

    Je suis passé dans le Burgenland autrichien le 28 septembre. Chez Bruno Landauer qui a commencé ses vendanges à la fin du mois d’août, l’optimisme régnait (voir photo !) La vendange est très favorable pour les raisins rouges, avec des maturités élevées. On devrait assister à un millésime du type 2011. Bruno m’a fait déguster son Gemischter Satz 2017, vendangé au début du mois de septembre, encore plein de levures et trouble, mais déjà délicieux

    Dans la Wachau, les vendanges étaient à leur tout début le 28 septembre, avec des raisins magnifiques et superbement aromatiques. Je parle bien entendu, particulièrement des Grüner-Veltliner et des Riesling. Roman Gritsch, notre partenaire dans la Wachau, avait le sourire. Les vendanges devraient battre leur plein à partir du 8 octobre.

    Bruno Landauer, dans la cour de son domaine, le 28 septembre 2017.

  • News : 18 juillet 2017

    Orliénas, le 18 juillet 2017,

    C’est avec un peu de retard que j’ai le plaisir de vous présenter quelques vues des vignobles qui dominent notre village de Tolcsva (2000 habitants).
    Tolcsva est un village Hongrois situé au cœur même de la Tokajhegyalja à peu près à égale distance de sa partie nord et de sa partie sud. Tolcsva fait partie des 28 « villes » et villages historiques qui ont droit à la prestigieuse appellation Tokaji.

    En cette année 2017, vous constaterez que le développement végétatif est plutôt en avance. Tout comme en avril 2016, nous avons eu la chance dans cette région d’échapper aux gelées de printemps de la fin du mois d’avril 2017. Ils ont fait de gros dégâts ces deux dernières années un peu partout en Europe (Autriche, Allemagne, France, Italie du Nord en avril 2017, etc…).

    Coup d’oeil sur les vignobles de Tolcsva (Tokajhegyalja / Hongrie) la première décade de mai 2017.
    Coup d’oeil sur les vignobles de Tolcsva (Tokajhegyalja / Hongrie) la première décade de mai 2017.
    Coup d’oeil sur les vignobles de Tolcsva (Tokajhegyalja / Hongrie) la première décade de mai 2017.
    Coup d’oeil sur les vignobles de Tolcsva (Tokajhegyalja / Hongrie) la première décade de mai 2017.
    Coup d’oeil sur les vignobles de Tolcsva (Tokajhegyalja / Hongrie) la première décade de mai 2017.
    Coup d’oeil sur les vignobles de Tolcsva (Tokajhegyalja / Hongrie) la première décade de mai 2017.
    Coup d’oeil sur les vignobles de Tolcsva (Tokajhegyalja / Hongrie) et sur le massif des Zempleni le 23 avril 2017.

  • News : 11 juillet 2017 : fermeture annuelle

    Orliénas, le 11 Juillet 2017,

     

    Cher(e)s ami(e)s de la grande famille du vin,

    Comme chaque année, nous vous informons de nos dates de fermeture annuelle

    Notre entreprise sera en vacances du

    vendredi soir 4 août 2017 au lundi matin 4 septembre à 9h30.

     

    Durant les quatre semaines de fermeture,
    une permanence sera assurée dans la mesure du possible par e-mail à :

    info-contact@dionis-vins.fr

    Bien cordialement,
    L’équipe de Dionis


  • News : 6 juin 2017 : Portes ouvertes d’été 2017

    Posté dans par admin

    Orliénas, le 6 juin 2017,

    Chers amis œnophiles,

    C’est avec plaisir que je vous confirme la tenue de nos 25èmes portes ouvertes d’été au caveau de Dionis à 69530 Orliénas.
    les jeudi 08, vendredi 09 et samedi 10 juin 2017,  de 10h à 18h30.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Réservez un moment pour nous rendre visite. Vous pourrez déguster de nombreuses nouveautés liées à notre recherche permanente des grands vins dans le monde entier.

    Si vous pensez ne pas pouvoir venir, pas de soucis : nous prenons vos commandes dès à présent et au plus tard le samedi 10 juin (délai de rigueur) pour bénéficier des conditions promotionnelles.

     

    Sur invitation uniquement, à demander à
    info-contact@dionis-vins.fr

    Cordialement,
    L’équipe de Dionis Vins


  • News : 9 février 2017 : Voyage à Madère (Madeira)

    Orliénas, le 9 février 2017,

    J’ai eu l’opportunité, ce mois de janvier 2017, de me rendre dans l’ile de Madère. Je rappelle que cette petite ile (740 km²) se situe à environ 650 km au large du Maroc, en plein cœur de l’océan atlantique. Elle bénéficie d’un climat sub-tropical océanique, qui lui garanti une sorte de printemps perpétuel avec des amplitudes jour/nuit et des variations de température saisonnières faibles.
    Ce ne sont, à priori, pas des conditions favorables à la culture de la vigne, qui est d’ailleurs très limitée, car on trouve seulement environ 500 Ha de vignes. C’est par exemple, à peu près la moitié de l’appellation beaujolaise Morgon.

    La production annuelle est d’environ 40.000 Hl de vin d’appellation Madère. 92% de la production est vendue aux huit opérateurs qui vinifient et élèvent les vins, les 8% restants étant affectés à la consommation familiale.

    Durant les trois premiers jours de mon voyage, j’ai cherché en vain, ces fameux vignobles historiques. Ils sont en fait disséminés un peu partout dans l’ile avec une plus grande concentration sur la partie nord, ainsi que sur la côte sud. Il m’a fallu plusieurs jours pour presque tous les recenser.
    Il faut le dire tout de suite, le vin qui sort du pressoir ne présente aucun caractère satisfaisant, les conditions climatiques, de par l’absence d’amplitude des températures jour/nuit, étant comme on le sait très défavorable à la production de vins de qualité. On peut rajouter, particulièrement sur la côte nord, une absence de chaleur ne permettant pas une maturité favorable du raisin. Sur la côte sud, les températures plus élevées permettent toutefois d’atteindre de meilleurs degrés naturels.

    Vignoble au dessus de la petite ville de São Vicente (côte nord de l’ile de Madère), le 10 janvier 2017.

    Vignoble au dessus de la petite ville de São Vicente (côte nord de l’ile de Madère), le 10 janvier 2017.

    Vignoble au dessus de la petite ville de São Vicente (côte nord de l’ile de Madère), le 10 janvier 2017.

    Petit vignoble cultivé comme des jardins sur des terrasses à Calheta (partie sud-ouest de l’ile), le 11 janvier 2017.

    Petite « vigne-jardin » sur la côte nord de l’ile, au dessus de la petite ville de Seixal, le 12 janvier 2017.

    Petite « vigne-jardin » sur la côte nord de l’ile, au sessus de la petite ville de Seixal, le 12 janvier 2017.

    Petit « vignoble-jardin » sur la côte nord de l’ile au dessus de la petite ville de Seixal, le 12 janvier 2017.

    Petite « vigne-jardin » sur la côte nord de l’ile, au dessus de la petite ville de Seixal, le 12 janvier 2017. On remarque le long du vignoble, une levada : il s’agit d’un système complexe d’irrigation qui permet d’apporter le long des côtes l’eau récupérée sur le plateau central de l’ile.

    Vignoble en terrasses dominant l’océan, sur la côte nord, le 12 janvier 2017.

    Une sympathique vigneron dans son « vignoble-jardin », le 18 janvier 2017 à Câmara de Lobos.

    « Vignoble-jardin » sur la côte sud-ouest de l’ile à Jardim do Mar, le 19 janvier 2017.

    Vignoble expérimental du domaine Quinta das Vinhas à Estreito da Calheta, le 24 janvier 2017.

    Vignoble expérimental du domaine Quinta das Vinhas à Estreito da Calheta, le 24 janvier 2017. Il s’agit d’un des rares vignobles de l’ile représentant environ 4 Ha.

    Par conséquent, ce sont deux méthodes très originales qui sont à l’origine de la célébrité de ces vins : en effet, on s’est rendu compte empiriquement par le passé d’une extraordinaire capacité d’amélioration du vin, lorsqu’on le soumettait à des conditions extrêmes d’élevage, comme l’exposition prolongée à la chaleur, facteur d’oxydation intense.
    Pour résumer, ce qui assassine n’importe quel vin, blanc ou rouge classique, magnifiait ici le vin de Madère…
    A partir de ces constatations, se sont développées dans les temps modernes deux types d’élevage :

    L’estufagem : c’est la méthode pour produire rapidement avec un coût limité des vins de qualité moyenne à assez bonne. Il consiste à porter le vin durant trois mois à 48°C dans des cuves autoclaves et à le laisser reposer ensuite durant un minimum de deux ans avant la mise en marché.

    Canteiro : c’est bien entendu la méthode la plus noble qui consiste à laisser vieillir les meilleurs cuvées dans des tonneaux, directement sous les combles des chais. Ce vieillissement qui peut atteindre 30 à 40 ans a bien entendu un coût élevé.

    Historiquement, on évoque quatre types de vins, correspondant à quatre cépages traditionnels. Ce sont eux qui ont fait la célébrité des vins de Madère :

     – Sercial : production de vin plutôt de type sec
    Verdelho : production de vin demi-doux
    Boal : production de vin doux
    Malvasia : production des vins les plus doux

    La réalité sur le terrain est quelque peu différente… ces quatre cépages historiques représentent une centaine d’hectares tout au plus. Ceci signifie que la très grande majorité des vins, provenant des 400 hectares restants, est élaborée avec un cinquième cépage, le Tinta Negra, cépage rouge de qualité inférieure aux quatre autres, resté très longtemps sous le manteau et qui a retrouvé droit de cité avec les modifications de la législation en 2015.
    A titre informatif, vous trouverez ci-dessous la liste des cépages recommandés et autorisés. Pour certains d’entre eux, ils n’existent plus qu’à l’état de traces.

    Cépages Recommandés  Couleur
    Bastardo Rouge
    Folgasão (Terrantez) Blanc
    Listrão Rosés
    Malvasia-Cândida Blanc
    Malvasia-Cândida Roxa Rosés
    Malvasia-de-São-Jorge (Malvasia, Malvazia) Blanc
    Malvasia-Fina (Boal, Bual) Blanc
    Moscatel-Graúdo (Moscatel de Setúbal) Blanc
    Sercial Blanc
    Tinta Rouge
    Tinta Negra (Molar, Saborinho) Rouge
    Verdelho Blanc
    Verdelho-Tinto Rouge

     

    Cépages Autorisés

     Couleur
    Caracol Blanc
    Complexa Rouge
    Deliciosa Rouge
    Rio-Grande Blanc
    Triunfo Rouge
    Valveirinho Blanc

    La consommation des 40.000 hectolitres de vin se réparti entre le marché local, fort important de par le tourisme dans la capitale Funchal, le plus souvent pour de très courts séjours et le marché export. La France est un gros acheteur de vins de très bas de gamme, destinés à la cuisine… On rencontre la même problématique avec le Porto : la France est le plus gros acheteur de Porto, mais de bas de gamme…

    Mes dégustations chez trois opérateurs locaux : Henriques & Henriques, Barbeito et la Madeira Wine Company, m’ont permis d’aborder à peu près tous les types de vin, à partir du Tinta Negra, du Verdelho, du Boal, de la Malvasia et du Sercial. Je dois dire que je n’ai pas du tout été convaincu par les vins de base. Il a fallu vraiment monter en gamme (Boal et Sercial millésimés) pour éveiller ma « sensibilité œnologique »…
    Madère était peut-être le dernier vignoble historique que je ne connaissais pas. J’aurai l’occasion, lors d’une prochaine mise-à-jour, de revenir sur mes notes de dégustations.

    Les chais de Barbeito à Câmara de Lobos, le 18 janvier 2017.

    Les chais de Henriques & Henriques – Vinhos, S.A. à Câmara de Lobos, le 18 janvier 2017.

    Barbeito : Madeira Boal 1995 frasqueira, le 18 janvier 2017.

    Barbeito : une bouteille de Malvasia d’un vieillissement de trente ans. Photo du 18 janvier 2017.

    Maria Aguiar et Jean-françois Ragot en dégustation dans les chais de Henriques & Henriques à Câmara de Lobos, le 18 janvier 2017.

    Jean-François.


  • News : 15 : décembre 2016

    Orliénas, le 15 décembre 2016,

    Nous venons de terminer une des deux grandes opérations annuelles chez Dionis, nos portes ouvertes de Noël.
    C’est rien de le dire que ce fût un succès ! Ce sont les meilleurs résultats pour ce type de manifestation depuis leur création en juin 2005.
    C’est très encourageant, surtout en ces périodes où le moral de Français n’est pas au beau fixe…

    Jusqu’à la fin décembre, je vous rappelle que notre caveau sera ouvert, mais sur rendez-vous uniquement. (Rémi au 06.27.20.30.44 ou Jean-François au 06.07.04.15.54)
    Vous pouvez par conséquent déguster nos vins, les commander et récupérer votre commande à notre entrepôt dans la foulée.

    Cordialement,
    L’équipe de Dionis

     


  • News : 29 novembre 2016 : retour de voyage

    Orliénas, le 29 novembre 2016,

    J’ai été absent de France durant un mois, visitant de nombreux vignobles et partenaires historiques de Dionis.
    J’aurai l’occasion de revenir très prochainement sur une news plus étoffée, avec de nombreuses photos.
    En attendant, j’ai le plaisir de vous montrer une jolie vue de peut-être, les plus célèbres vignobles de la Moselle Centrale : le Bernkasteler Doktor et le Bernkasteler Graben

    Conditions optimales ce 31 octobre 2016. A droite de la photo, le cru Bernkasteler Doktor et sur la gauche, le cru Graben.
    Conditions optimales pour cette photo ce 31 octobre 2016. La Moselle est encore en pleines vendanges.
    A droite de la photo, le cru Bernkasteler Doktor et sur la gauche, le cru Graben.

    Cordialement,
    Jean-François.


  • News : 24 octobre 2016 : Portes ouvertes de Noël 2016

    Orliénas, le 24 octobre 2016,

    po-noel-2016

    Chers amis œnophiles,

    En juin 2015, il y a bientôt un an et demi, nous avons célébré les trente ans de la création de notre Maison.

    Le temps passe très vite et la vie avec… Après mûre réflexion, j’ai pris la décision de principe, difficile, de passer la main. Bien entendu, la mise en œuvre ne se fera pas en quelques semaines, mais, je souhaiterais pouvoir me retirer du quotidien de mon entreprise d’ici le début 2018.
    C’est pour cela, que je me mets sérieusement à la recherche d’un repreneur.

    Lorsque j’ai débuté dans le métier à la fin de 1984, le paysage du vin était radicalement différent de celui d’aujourd’hui où l’information part absolument dans tous les sens, jusqu’à devenir absconse pour l’amateur.

    C’est la génération Internet, adepte du changement permanent tous azimuts. C’est l’exact contraire du travail de recherche, s’inscrivant dans la tradition et la continuité, que j’ai accompli au cours de ma vie professionnelle dans le vin.
    J’espère pouvoir laisser un outil de travail en bon état de fonctionnement, basé sur de solides  » fondations idéologiques « . Il serait dommage de perdre de vue ce qui a fait l’essence de ce travail d’une vie. Je pense qu’il est pour l’essentiel toujours pertinent, mais susceptible bien entendu de réformes.
    Ce sera l’œuvre de mon successeur, non connu à ce jour.

    Par conséquent, rien de changé, au moins jusqu’à fin 2017.

    ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

    C’est avec plaisir que je vous annonce la tenue de nos portes ouvertes de Noël 2016 au caveau de Dionis à 69530 Orliénas les jeudi 08, vendredi 09 et samedi 10 décembre de 10h à 18h30.

    C’est ce moment rare dans l’année où vous avez la possibilité d’approcher librement toute la gamme des vins Dionis.

    Réservez un moment pour nous rendre visite.

    De nouveaux vins d’Afrique du Sud sont disponibles (Hamilton Russell Chardonnay 2015, Hamilton Russell Pinot Noir 2015, Southern Right Sauvignon 2015, Southern Right Pinotage 2015).

    Pour les vins de Tokaj/Sarospatak, nous mettons en vente un petit lot de Tokaji Aszu 6 Puttonyos 2002 Château Sarospatak.
    Avec le millésime 2003, le grand 2002 est un moyen d’approcher un grand Tokaji arrivant doucement à maturité. Dans une bonne cave, ce millésime a devant lui une bonne trentaine d’années.

    Concernant les grands Riesling : A noter un Riesling sec 2015 du domaine Gritsch de la Wachau à Spitz (Riesling Tausendeimerberg Smaragd) et un moelleux allemand de grand avenir : Hallgartener Jungfer Riesling Auslese 2015 (Allemagne/Rheingau). La quantité vendangée a été ridiculement petite (500 litres !).

    Cordialement,
    Jean-François Ragot et toute l’équipe de Dionis

     


  • News : 3 octobre 2016 : rapide coup d’oeil sur la vendange 2016 en Europe centrale et orientale.

    L’été 2016 a été globalement plus chaud que la moyenne en Europe centrale et orientale avec des précipitations orageuses. Dans la Tokajhegyalja, les vendanges ont débuté vers le 8 septembre et elles se poursuivront durant deux mois environ. On peut espérer une petite quantité de vins liquoreux de très bonne qualité.
    Les vins blancs secs issus principalement du Furmint mais aussi de l’Harslevelu seront bien entendu assez abondants. C’est le principal problème de la région, qui tente de faire croire aux consommateurs naïfs que l’on peut produire de grands vins blancs secs dans cette région. C’est en grande partie une imposture, le raisin Furmint étant admirablement prédisposé à la production de grands liquoreux, mais donnant des vins blancs secs peu aromatiques et de conservation très limitée.

    Petit tour dans le sud des vignobles de la Tokajhegyalja, le 8 septembre 2016 pour évaluer le degré de maturité des raisins Furmint.
    Petit tour dans le sud des vignobles de la Tokajhegyalja, le 8 septembre 2016 pour évaluer le degré de maturité des raisins Furmint.
    Petit tour dans le sud des vignobles de la Tokajhegyalja, le 8 septembre 2016 pour évaluer le degré de maturité des raisins Furmint.
    Petit tour dans le sud des vignobles de la Tokajhegyalja, le 8 septembre 2016 pour évaluer le degré de maturité des raisins Furmint.
    Premier tri de grains aszu dansle sud de la Tokajhegyalja, le 15 septembre 2016.
    Premier tri de grains aszu dans le sud de la Tokajhegyalja, le 15 septembre 2016.
    Détail d'un grain aszu du cépage Furmint, le 15 septembre 2016.
    Détail d’un grain aszu du cépage Furmint, le 15 septembre 2016.
    Vendangeuse procédant au tri traditionnel des grains aszu sur pied, dans le sud de la Tokajhegyalja, le 15 septembre 2016.
    Vendangeuse procédant au tri traditionnel des grains aszu sur pied, dans le sud de la Tokajhegyalja, le 15 septembre 2016.
    Visite le 17 septembre 2016 au domaine Nagygombos Borászat (ancien domaine Grof Grassalkovich). Ce domaine viticole est situé dans la région des Mátra entre Budapest et la Tokajhegyalja. Mon excellent ami oenologue Nicolas Godebski (à droite sur la photo) me fait déguster un "paradis" (moût non intégralement encore fermenté) de Gamay. C'est une véritable curiosité que ce Gamay rosé élaboré bien loin de sa lointaine patrie du Beaujolais. C'est à ma connaissance le seul de sa catégorie. C'est un vin particulièrement délicat et fruité. Une authentique curiosité.
    Visite le 17 septembre 2016 au domaine Nagygombos Borászat (ancien domaine Grof Grassalkovich). Ce domaine viticole est situé dans la région des Mátra entre Budapest et la Tokajhegyalja. Mon excellent ami oenologue Nicolas Godebski (à droite sur la photo) me fait déguster un « paradis » (moût non intégralement encore fermenté) de Gamay.
    C’est une véritable curiosité que ce Gamay rosé élaboré bien loin de sa lointaine patrie du Beaujolais. C’est à ma connaissance le seul de sa catégorie. C’est un vin particulièrement délicat et fruité. Une authentique curiosité.

    Bruno a commencé les vendanges le 7 septembre et essaie de rester zen… En effet, au cours du coup de froid de la fin avril (27, 28 avril) il a perdu à peu près 40% de la vendange 2016 à venir. Mais, ce n’était pas terminé, puisque Rust a été gratifiée de deux orages de grêle, le 4 juillet et le 4 septembre.
    Après une année 2014 catastrophique et une année 2015 exceptionnelle, nous verrons, dans les semaines qui viennent, ce que nous réserve 2016.

    Chez Bruno Landauer à Rust (Burgenland / Autriche), le 17 septembre 2016. Grande dégustation d'une vingtaine de vins, tous plus délicieux les uns que les autres...
    Chez Bruno Landauer à Rust (Burgenland / Autriche), le 17 septembre 2016. Grande dégustation d’une vingtaine de vins, tous plus délicieux les uns que les autres…

  • News : 05 septembre 2016

    Dionis a repris ses activités habituelles le 29 août dernier, après une pause estivale de quatre semaines.
    Jean-François Ragot est encore actuellement en cours de sélections de vins sur l’ensemble de l’Europe. Après son retour en France, il aura le plaisir de vous faire un petit compte-rendu oenologique de cet été 2016.

    Cordialement,
    L’équide de Dionis