• Category Archives _Millésime
  • Noble One 2009 Sémillon Domaine de Bortoli (Nlles Galles du sud) (0.75L)

    * Le plus grand liquoreux botrytisé d’Australie appelé « L’Yquem d’Australie »

    NobleOne2009
    Région de production : Riverina (nouvelles Galles du Sud)
    Conditions d’élaboration de la vendange du millésime 2009.
    L’année 2009 a commencé avec des conditions très chaudes jusqu’à la mi-février,  période à laquelle le vignoble reçut quelques précipitations nocturnes. Le mois de mars fût marqué par des averses fréquentes, qui permirent au botrytis cinéréa de s’installer. Les quelques précipitations du mois d’avril et la rosée du matin permirent la généralisation du champignon magique. Les raisins furent vendangés durant cinq jours, la troisième semaine du mois de mai.

    Une évaluation de la maturité de chaque parcelle a été mise en œuvre pour déterminer le moment optimal de la vendange, fonction du degré maximum de botrytisation recherché.
    Chaque parcelle a été vendangée, vinifiée et élevée séparément, afin de pouvoir optimiser l’assemblage final, qui formera la cuvée définitive. Les fermentations durèrent, selon les cuvées, de 3 semaines à 3 mois.

    Élevage :
    46% du lot final a été élevé en barriques françaises neuves.
    17% en barriques d’une année.
    16% en barriques de deux ans.
    21% en cuve inox.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 10,50 % /vol
    Acidité totale : 10,1 ‰
    pH : 3,47
    Sucres résiduels : 185 g/L

    Le vin présente une robe dorée éclatante. Le bouquet, déjà ample, nous conduit de l’abricot et de la nectarine bien mûre, aux délicates fragrances d’agrumes, mêlées à de subtiles nuances d’amandes et de vanille.

    La bouche offre une gamme complexe d’arômes liés à la pourriture noble : pêche, nectarine et cédrat. On retrouve, tout comme au nez, les nuances de fruits secs et un vanillé délicat.
    Particulièrement opulent, avec une grande persistance aromatique, soutenue par une excellente acidité, celle-ci l’exempte de toute lourdeur.

    Évolution prévisible favorable de ce vin : 10 à 15 ans.



  • Nectar de Samos 2011 (0.75L)

    samos2011Vin mythologique de l’île grecque de Samos.

    Dans l’ile de Samos, on produit des vins de qualité extrêmement variable et de tous types : vins blancs secs issus du Muscat à petits grains, vins doux naturels de Muscat à petits grains mutés et enfin Nectars naturellement doux (sans aucun mutage ni fortification) élaborés à partir de raisins Muscat à petits grains séchés au soleil.
    Mais il faut bien dire qu’il y a hélas, nectars et nectar… Ce sont des produits complexes à élaborer, demandant une matière première sans défaut et une vinification attentive et soignée.
    Nos relations locales depuis 2000 nous ont permis de trier sans complaisance parmi les différentes cuvées existantes.
    Celle que nous vous proposons maintenant provient, comme la précédente de 2003 d’ailleurs, de la cave de Karlovassi. Il s’agit d’une toute petite cuvée de l’excellent millésime 2011. L’élevage a été conduit selon nos recommandations avec un minimum d’exposition oxydative des vins. Nous pensons que ce type de vin naturellement doux a une capacité à murir tranquillement, une fois mis en bouteille tôt, dans le contexte réductif de la bouteille en verre.
    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,25 %/vol
    Sucres résiduels : 134 g/L
    Acidité totale : 4,80 ‰
    Acidité volatile : 0,75 ‰
    pH : 3,70
    SO2 total : 130 mg

    Le Nectar 2011 (0.75L) présente une robe dorée, dense et brillante.
    Le nez est merveilleusement fruité, complexe et élégant. Le bouquet est tellement envoûtant que l’on hésite presque à porter le verre jusqu’à ses lèvres…
    En bouche, c’est un feu d’artifice de saveurs, d’où le « coté variétal » du muscat est presque complètement gommé. La noblesse de ce terroir d’altitude s’impose à l’évidence. On touche avec ce vin un certain absolu dans le genre et je n’ai pour ma part jamais dégusté de muscat à petits grains naturellement doux passerillé qui soit supérieur à celui-ci.
    En dépit du climat méditerranéen de cette île d’Asie Mineure, la bouche à l’attaque riche et voluptueuse, offre une véritable fraîcheur aromatique où dominent tout d’abord les agrumes, puis le miel, le raisin de Corinthe, l’abricot sec, sans oublier une touche de tabac blond de Virginie.
    C’est vraiment un « nectar plaisir » de longue évolution prévisible, mais délicieux à goûter sans retard.

    Plus d’informations sur le Nectar de Samos.


     



  • Argione Appassimento 2009 Montecrocetta Cabernet del Veneto IGT (0,75L)

    argioneLe jour où Graziano m’a présenté ce vin, j’ai été plus que surpris et de manière extrêmement agréable. Les deux cabernets (Cabernet-Sauvignon et Cabernet Franc) sont dans leur environnement quasi naturel dans cette région du Veneto. Les résultats sont très souvent à la hauteur des espérances, surtout lorsque nous avons affaire à une année chaude. Vous n’ignorez pas que le Cabernet-Sauvignon et le Cabernet Franc sont des cépages tardifs qui ont besoin de tout leur temps pour mûrir et développer ainsi de beaux arômes de fruits noirs.
    Cette cuvée appelée Argione-Appassimento est en fait un vin de type Amarone della Valpolicella, mais élaboré avec d’autres cépages.

    Terroir et situation : colline d’origine volcanique.
    Cépages : 75% Cabernet-Sauvignon et 25% Cabernet Franc.
    Vendanges : manuelle avec sélection des grappes bien mûres et en excellent état sanitaire. Elle sont déposées dans des caissettes de bois fruitier et mises à passeriller pour environ un mois et demi, puis pressurées  et fermentées.
    Élevage : 18 mois en barriques.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,2 %/vol
    Acidité totale : 5,8‰
    Extraits secs : 29,7 g/L
    pH : 3,47
    Sucres résiduels : 5,5 g/L
    Acidité volatile : 0,3 ‰

     Ce vin présente une robe splendide, grenat profonde. Le nez du vin est intense, sur les fruits rouges et noirs avec une très légère touche empyreumatique. En bouche, on découvre un vin intense avec beaucoup d’étoffe, de corps et de concentration. Les tannins sont subtils, le milieu de bouche savoureux avec une foule d’arômes complexes d’où percent également les épices douces. C’est vraiment équilibré et tout comme pour un Amarone della Valpolicella, il y a de la fraîcheur aromatique et une grande souplesse.
    C’est un produit de forte identité, qui ressemble surtout à lui-même et que je vous engage à découvrir pour une occasion exceptionnelle.

     

    grappe_cabernetsauvignon
    Une grappe de Cabernet-Sauvignon

     

     

     

     

     

     

     

    grappe_cabernet franc
    Une grappe de Cabernet Franc

     

     



  • Pipoli Aglianico del Vulture 2011 « Zero » DOC (0,75L) (cuvée garantie sans So2 (souffre) ajouté)

    zero2011Le Basilicate est une des régions les plus pauvres de l’Italie. Ses terroirs volcaniques remarquables sont à l’origine d’un rouge délicieux produit sur les versants du volcan éteint Vulture à partir de l’excellent cépage autochtone Aglianico.

    Cette cuvée 2011 présente la caractéristique d’avoir été produite sans souffre ajouté (So2).
    Nous ne sommes en aucun cas des ayatollahs des vins « bios », en biodynamie ou autres vins natures. Toutefois et sous la réserve exclusive que le vin présente toutes les caractéristiques organoleptiques qui lui permette de figurer dignement dans la collection des vins Dionis, nous sommes prêts à l’accueillir avec plaisir.

    Avec le millésime 2011, le sympathique œnologue Dennis Verdecchia a réussi à nous concocter une cuvée sans SO2 tout à fait délicieuse. La structure de ce vin issu à 100% du cépage Aglianico à l’acidité naturelle assez élevée se prête à ce type de vinification.
    Il faut toutefois être conscient que ces vins rouges sans souffre ajouté présentent une plus grande fragilité que les autres et doivent être impérativement conservés dans des conditions fraîches.

    Cette cuvée nous offre une robe superbe, grenat à reflets violacés. Le nez de belle intensité est vraiment élégant. En bouche, le vin présente les caractéristiques tanniques du cépage Aglianico cultivé sur terroir volcaniques mais tout en souplesse et en rondeur.
    C’est un vin vraiment intéressant que je vous conseille de tester et qui se gardera quelques années sans problèmes dans une cave fraîche.

    C’est une approche intéressante du cépage Aglianico dans un style très différent du Taurasi.



  • Vigna Il Corto (Rosso Dei Colli Della Toscana Centrale IGT) 2011 Fattoria di Basciano (0,75L)

    ilcorto2011Cette cuvée de vin rouge aux caractéristiques imposantes a été vinifiée pour la première fois en 1993 à partir d’un vignoble caillouteux de la propriété appelé Il Corto. C’est par conséquent un cru. Ce vin est composé à 90% de Sangiovese grosso et 10% de Cabernet-Sauvignon. Ces deux cépages sont vendangés et vinifiés ensemble. Longue macération de presque quatre semaines. Élevage en barriques françaises durant 14 mois (la moitié de barriques neuves et l’autre moitié de barriques de deux années).

    Il se présente avec une robe grenat profond, sans évolution. Dans ce millésime exceptionnel, le nez est agréablement fruité sur le fruit noir bien mûr mais sans aucune lourdeur. En bouche le vin nous offre une structure tannique imposante, une palette aromatique soyeuse et raffinée de petits fruits noirs et une longue finale.

    Très belle bouteille mettant en lumière le magnifique terroir de Rufina sur un style complètement différent des Chianti.

    Vin de garde.

     



  • « Erta E China » Rosso di Toscana IGT 2011 R. MASI (0,75L)

    ertaechina2011Ce vin produit par Paolo Masi illustre tout l’intérêt que peuvent présenter les assemblages de cépages indigènes (en l’espèce le Sangiovese Grosso) avec des cépages internationaux (le Cabernet-Sauvignon).
    Les raisins proviennent principalement de la zone de Rufina. Le vin est élaboré à partir de 50% de cépage Sangiovese et 50% de Cabernet-Sauvignon. Ces deux cépages considérés comme tardifs sont bien entendu vendangés et fermentés séparément. Ils sont ensuite assemblés et élevés en barriques françaises et américaines de deuxième et troisième vin durant 14 mois.

    Le millésime 2011 qui est véritablement exceptionnel en Toscane, trouve ici une belle expression de maturité. Le vin présente une robe grenat et brillante. Le bouquet du vin, déjà bien développé, est très mûr, avec un élevage non dominant, bien intégré. jolie bouche sur le fruit rouge et noir où la densité et la complexité du vin dominent.

    Alcool : 13,5% /vol



  • Rosato di Toscana IGT 2012 Fattoria di Basciano (0,75L) vin rosé

    rosatoditoscana2012Ce vin rosé vraiment très « stylé » est obtenu à partir d’une saignée de 100% des raisins Sangiovese destinés à l’élaboration du Chianti Riserva du domaine. C’est un excellent exemple de ce que peut offrir un rosé à la fraîcheur aromatique marquée, présentant une bonne structure et une belle longueur.

    C’est pur et très aromatique. Eu égard à ses 13% d’alcool, il est toutefois à consommer avec modération.



  • Ruster Lan 1 Selection 2011 Domaine Landauer (0,75L)

    RusterLAN1selection2011La famille Landauer, partenaire de Dionis depuis 25 ans, nous gratifie de splendides vins moelleux et depuis une dizaine d’années de grands vins rouges. Lorsque je parle de grands vins rouges, je pense  à des produits qui sont à la fois l’expression d’un terroir, d’un climat, d’un savoir-faire pointu et de l’adaptation des cépages à cet ensemble. Pour ce qui touche les vins rouges, Bruno Landauer a longtemps pratiqué les vins de mono-cépage : Zweigelt, Blaufränkisch, Cabernet-Sauvignon, Merlot et Pinot noir.
    Le premier grand vin rouge issu d’assemblage de différents cépages, exceptionnel par ses qualités organoleptiques et ses capacités de conservation, a été la fameuse cuvée Urbarial dont le premier millésime fût le 2003.
    Avec le millésime 2011, grandissime pour les vins rouges, la famille Landauer nous propose une nouvelle cuvée baptisée tout simplement LAN 1 Selection.

    Je dois dire que tout comme avec la cuvée Urbarial, je suis resté « scotché » par l’intensité aromatique de ce vin rouge… C’est une toute petite cuvée de 3 000 bouteilles issue de 50% de Blaufränkisch, 40% de Cabernet-Sauvignon et 10% de Pinot Noir.

    La robe est d’un grenat profond brillant, sans aucune évolution. Ça commence très bien… Le nez du vin nous entraine dans un univers complexe de baies noires et de délicats arômes légèrement épicés. En bouche, nous avons affaire à un vin multidimensionnel à la matière concentrée, mais sur la finesse avec des tannins de grande qualité. La longueur est remarquable. Ce vin est déjà délicieux à boire maintenant mais il est apte à évoluer, à notre avis, sur une quinzaine d’années. Il a été embouteillé vers le 20 avril 2013.



  • Ruster Pinot Noir Schafgrube 2011 Domaine Landauer (0,75L)

    pinotnoirschafgrube2011Nous avons déjà eu par le passé l’occasion de présenter des cuvées de pinot noir de chez Bruno. En 1993, il m’avait demandé de lui rechercher des sélections clonales de Pinot Noir dans la région Bourgogne. J’avais alors visité un certain nombre de pépiniéristes et rapporté pour son compte les pieds de vigne demandés. Ce sont ces derniers qui sont à l’origine du vin proposé.

     Robe d’un rubis intense et brillant. Le nez développe de charmants arômes de petits fruits rouges. La bouche est gourmande, fruitée avec une belle finesse. Élevage très soigneusement conduit. Le millésime 2011, grand millésime à rouges a permis dans la région de Rust de conduire ce vin à la maturité optimale. Une vraie réussite !

    Il est bien connu que le Pinot noir est un cépage considéré comme « capricieux » et d’aucuns prétendent avec une part de vérité  qu’il n’existe de bons Pinots Noirs qu’en Bourgogne. Après avoir dégusté ce rouge, je vous propose de ré-ouvrir cette discussion…



  • Vin de Constance 2007 Domaine Klein Constantia (W.O Constantia) (0.50L)

    Quatrième millésime vendangé et vinifié par Adam Mason, le 2007 se présente comme un liquoreux naturellement doux de haute volée, avec une subtilité splendide, une complexité sans égale et une longueur magnifique.

    La saison fraîche a été longue et l’été 2006-2007 a été chaud et sec, conditions idéales pour obtenir un passerillage sur pied des grappes de Muscat à petits grains.

    Informations sur la vinification
    Après la vendange de grappes passerillées, les raisins sont laissés à macérer sur leur peau pour plusieurs jours afin de les ramollir et de favoriser par conséquence l’obtention du jus au pressage. Le nectar ainsi récupéré est mis en fermentation dans des cuves inox et dans des foudres de 500 L.
    La durée d’élevage avant mise en bouteille fût de 4 années pour le millésime 2007.

    Éléments analytiques :
    - Alcool : 14 %/vol
    - Acidité totale : 8,3 ‰
    - Sucres résiduels : environ 177 g/L
    - pH : 3,5

    Robe dorée, profonde avec nuances ambrées. Au premier nez, des notes d’ananas frais avec une touche vanillée et d’amandes grillées. On peut rajouter des senteurs capiteuses où se mêlent la mandarine, la citronnelle et la mangue.
    La bouche est élégante, structurée, avec des saveurs de mangue et d’ananas très mûrs. Sa grande richesse en sucres résiduels allie la complexité à la puissance.

     

    Plus d’infos sur le Vin de Constance.



  • Brunello di Montalcino DOCG 2007 Tenuta Il Poggione (0.75L)

    Dans cette partie du sud de la Toscane, le Brunello di Montalcino peut être considéré comme une « invention » récente. On ne peut pas en effet parler de tradition multiséculaire pour ce vin. C’est vers 1870 que le vigneron Ferruccio Biondi-Santi a commencé à planter un clone spécifique du cépage Sangiove Grosso, connu sous le nom de Brunello. Il avait observé qu’il produisait des grains plus petits et qu’il opposait une plus grande résistance au phylloxera qui ravageait alors les vignobles.
    Contrairement aux traditions locales d’alors, cet innovateur décida de laisser vieillir le vin issu de ce cépage quatre années en tonneau de chêne, cet élevage étant lui-même suivi d’un séjour en bouteille.
    Le premier grand millésime officiel de ce vin est le 1888. Il en resterait parait-il encore quelques bouteilles toujours en forme…
    Le fameux baron Luigi Ricasoli, celui-là même qui a posé les règles d’élaboration du Chianti déclarait lors d’une dégustation en 1930 qu’il lui semblait impossible en Toscane d’atteindre une pareille longévité en dehors de cettre zone de Montalcino .

    Le développement de cette appellation est assez récent. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le terme Brunello restait une spécialité exclusive de la famille Biondi-Santi et il faudra attendre les années 70 pour que ce terroir prenne son essor (seulement 65 hectares de vignes plantés à cette époque). La consécration interviendra en 1980 avec la DOCG (Denominazione di Origine Controllata e Garantita).

    Ce vin est produit exclusivement dans le territoire communal de Montalcino sur des collines qui peuvent atteindre au maximum 667 m d’altitude, ce qui est un facteur qualitatif supplémentaire dans cette région très chaude en été.

    Le terroir est composite (marnes argileuses, sable et même tuf d’origine volcanique etc…).

    Il y a actuellement 270 domaines inscrits pour environ 1 350 hectares plantés. La qualité devrait toujours être très élevée eu égard au prix du vin. Ce n’est pas toujours le cas hélas, certains domaines produisant des vins dilués et indignes de leur catégorie. Ce phénomène n’est malheureusement pas une exception à Montalcino…

    Le Domaine IL POGGIONE situé à Sant’ Angelo In Colle a été fondé à la fin du XIXème siècle. Il couvre actuellement une surface de vignes de 118 hectares. Il est la propriété de Leopoldo et de Livia Franceschi.
    Nous avons le plaisir et l’honneur de collaborer avec ce domaine dont la qualité des vins ne nous a jamais déçue, depuis 1990. Loin du clinquant à l’américaine de certains autres domaines de la région, il est géré avec rigueur par Fabrizio Bindocci et sa sympatique équipe. Les vins sont d’une remarquable régularité, y compris le deuxième vin (Rosso Di Montalcino DOC) dont nous distribuons actuellement le millésime 2008.
    Le millésime 2007, tout comme le 2006 a été bien réussi en Toscane, avec des vins concentrés et des tannins assez souples.

    Les chais du domaine Il Poggione.

    brunellodimontalcino2007BRUNELLO DI MONTALCINO 2007

    Élevé trois ans en foudre de chêne de l’Allier (de 30 à 50 hectolitres de capacité), il présente une robe grenat sombre et brillante. Au nez, ce sont de subtiles tonalités de fruits noirs (myrtille, cassis) et de cacao. On note aussi quelques nuances de cuir de Cordoue. La bouche est imposante, profonde et complexe. Le vin est marqué par des arômes balsamiques et empyreumatiques. Il évoque également les épices, la fourrure et le tabac du Transvaal. Sa puissante structure tannique ne nuit pas à sa remarquable finesse, mais laisse envisager une assez longue évolution. Je classerai le millésime 2007 en Toscane dans les très bonnes années. Le 2007 sera plus vite prêt que le 2006.
    Alcool : 14,5%/vol

    Les amateurs pressés peuvent déjà commencer à le déguster. Toutefois il gagnera grandement à être oublié quelques années en cave et il devrait évoluer favorablement sur une quinzaine d’années.

    Une grappe de Sangiovese Grosso – « Brunello »

     

    les vignobles du domaine Il Poggione en Toscane au coeur de l’été.


  • Chianti Rufina DOCG 2010 Fattoria di Basciano (0,75L)

    CHIANTI RUFINA DOCG 2006

    Un petit mot tout d’abord sur le Chianti, vin universellement connu et tellement galvaudé…

    La zone d’appellation Chianti est considérable, la production atteint en moyenne un million d’hectolitres par an pour 16800 hectares en production. (à titre de comparaison, la surface totale du Beaujolais est de 22 000 ha pour une production de 1.2 millions d’hectolitres).

    La zone d’appellation Chianti se situe au cœur de la Toscane, au sud et à l’est de Florence. L’aire DOCG se divise en huit zones géographiques distinctes, qui peuvent accoler leur nom au vin :
    - Chianti Classico (qui possède son propre statut DOCG, délimité à partir de 1716)
    - Chianti Montalbano
    - Chianti Rufina, (rien à voir avec Rufino, qui est une marque commerciale)
    - Chianti Colli Fiorentini
    - Chianti Montespertoli
    - Chianti Colli Senesi
    - Chianti, Colli Aretini
    - Chianti Colline Pisane

    Certains Chiantis peuvent également être étiquetés sans autre information particulière, mais il vaut mieux être prudent…
    Sous la dénomination Chianti, se dissimulent une variété considérable de terroirs, de cépages et par conséquent de vins, qui vont de l’exceptionnel au véritablement infâme…
    Ayant toujours beaucoup fréquenté l’Italie et ceci depuis mon enfance, j’ai le souvenir de « fiascos » de deux litres laissant au malheureux buveur un souvenir impérissable… ce temps est heureusement révolu .
    Le principal cépage est l’excellent Sangiovese, que l’on retrouve un peu partout dans toute l’Italie Centrale. Il peut être utilisé seul, mais le plus souvent en association avec le Canaiolo nero, le Trebbiano toscano et la Malvasia Nera pour ne citer que les principaux. De plus, on peut adjoindre jusqu’à 15% de Merlot ou de Cabernet-sauvignon à l’assemblage final.

    La zone des Chianti Rufina quant à elle, a une tradition de qualité très ancienne et le niveau peut être excellent. Elle s’étend sur des collines à l’Est de Florence. Les vignes peuvent être assez élevées, plantées sur un terroir formé de remarquables marnes calcaires que l’on appelle localement « galestro ».
    Grâce à une bonne acidité, les vins conservent longtemps fraîcheur et finesse.

     

    Composée de 93% de Sangiovese, 5% de Canaiolo et de 2% de Colorino , la vendange a macérée environ 15 jours en cuves ouvertes. Affinage pour une partie des vins, en barrique durant six mois.

    Robe rubis, profonde et dense, presque grenat. Le nez est puissant, un peu sauvage, avec une belle fraîcheur où l’on distingue les fruits rouges et noirs, ainsi que la violette. En bouche, le vin est structuré, tannique, aromatique et harmonieux.
    L’année 2010, à la climatologie un peu capricieuse, nous a donné un vin moins solaire qui devrait se conserver de nombreuses années sans problème.

    Ce n’est pas un vin marketing comme tant de Chiantis « bordeaulisés » au Cabernet sauvignon et au Merlot à la mode Parker…
    C’est un produit qui respecte la culture originelle de sa région de production.



  • Zeni Amarone Della Valpolicella Classico DOCG 2010 (0,75L)

    amarone_classico_valpolicellaLa zone viticole de la Valpolicella, une des plus connue d’Italie s’étend sur les collines situées au nord de la ville historique de Vérone. La zone historique est la zone Classico autour de San Pietro, Fumane et Negrar. Les vignobles sont situées à une altitude variant de 150 à 450 m d’altitude. En 1968, la zone de la Valpolicella a multiplié sa surface par trois en intégrant les zones de la vallée de l’Adige, producteurs de souvent bien tristes « bibines »…
    Le terroir est constitué de terre rouge et brune, des marnes calcaires et de basalte.
    L’encépagement traditionnel est presque exclusivement réalisé à partir des cépages autochtones Corvina, Corvinone, Rondinella et Molinara auxquels s’ajoutent parfois un peu de Sangiovese et de Barbera, eux-mêmes autochtones, mais respectivement de la Toscane et du Piémont.

    Technique de l’Amarone

    Le secret de ce vin hors normes réside dans le passerillage (séchage sur lits de paille ou claies) des raisins autochtones de la région.

    La grappe parfaitement saine et mûre à la récolte ne doit souffrir d’aucun défaut. La moindre détérioration au cours du passerillage entraîne son élimination. La durée du processus est d’au moins trois mois avec une perte de volume de 50% à 75%. Il est à noter que des Amarone à « petits prix » sont élaborés grâce à un séchage des raisins en 3 jours dans des étuves munies de ventilateurs…(No comment !)
    Au cours du processus de passerillage, on obtient, bien sûr, une concentration des extraits secs, des sucres et de l’acidité.

    Les raisins (Corvina 60% – Rondinella 30% – Molinara 10%) ont été récoltés manuellement à pleine maturité au début du mois d’octobre 2010.
    Après une durée de passerillage d’environ trois mois dans des caissettes de bois fruitiers à claire-voie, les raisins ont été pressurés au mois de janvier 2011.
    Macération de 3 à 4 semaines avec fermentation alcoolique des moûts en cuves inox.
    Fermentation malolactique en foudres.
    Élevage de 2 ans en foudres de 50 hectos.
    Date d’embouteillage : février 2013.

    Durée de conservation prévisible  : 20 ans minimum.

    Le vin présente une robe grenat profond avec très peu d’évolution. Au nez, c’est ce que j’appelle le « grand bouquet classique » de l’Amarone : c’est à la fois une synthèse entre une fraîcheur aromatique évoquant les fruits noirs très mûrs et un côté floral, sur la rose séchée, les épices douces, le tabac blond, avec une petite nuance balsamique. La finesse et la palette aromatique sont passionnantes.

    En dépit de sa puissance alcoolique élevée, ce vin développe une palette aromatique toute en séduction, sans aucune violence, ce qui pourrait le rendre redoutable entre des mains inexpérimentées…

    Le millésime 2010 me séduit pour ce type de vin beaucoup plus que certaines années « solaires » comme 2009, 2003 où les arômes avaient un côté beaucoup plus « cuits ».

    Éléments analytiques :
    Alcool acquis : 15,38 %/vol
    Acidité totale : 5,40 ‰
    Sucres résiduels : 10,23 g/L
    pH : 3,69
    Acidité volatile : 0,55 ‰

    Ci-dessous, quelques images de la zone de la Valpolicella Classico, des grappes des principaux raisins autochtones et du mode de passerillage des raisins.



  • SIMONSIG Tiara 2009 (W.O. Stellenbosch) (0,75L) cuvée prestige du domaine

    Ce vin est le porte-drapeau du domaine Simonsig et témoigne indiscutablement de la grande qualité du millésime 2009. La première cuvée Tiara a été élaborée en 1990 et mise sur le marché en 1992. En 1997, le vinificateur a décidé de rajouter le cépage Petit Verdot à l’assemblage. Ce millésime 2009 quant à lui est le premier à inclure une proportion de Malbec.

    Cuvée ambitieuse de
    76 % Cabernet-sauvignon,
    17 % Merlot,
    3 % Cabernet franc
    2 % Petit verdot
    et 2 % Malbec.

    Après un hiver particulièrement pluvieux (juin, juillet, août 2008), c’est la quintessence d’un climat méditerranéen qui s’est imposé à partir de septembre, octobre et qui se prolongeront jusqu’à la vendange au mois de février 2009. Ces conditions de temps assez frais et sec ont permis une très lente maturité, particulièrement favorable aux variétés précoces.

    Élevage habile préservant bien le fruité naturel du vin.
    17 mois en barriques, 92 % de bois français et 8 % de chêne américain.
    Barriques neuves 89 %, barriques de deuxième année 2 % et barriques de troisième année 9 %.
    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,4 % /vol
    Acidité totale: 6,3 g/l
    Sucres résiduels : 1,7 g/l

     

    De robe très profonde, le nez, laisse apparaitre un bouquet intense et délicat où percent des arômes de fruits noirs, de cerises et même une touche de boite à cigares.
    La bouche concentrée domine l’élevage en barrique, ce qui est la règle élémentaire,  mais ce qui est loin d’être le cas hélas pour beaucoup de vins sud-africains et d’ailleurs …

    Belle longueur avec des tannins soyeux et bien fondus. Ce très beau vin peut commencer à se boire mais évoluera favorablement jusque vers 2018 environ. Il se conservera ensuite de nombreuses années. Je lui attribue personnellement une garde d’une vingtaine d’années.


  • Quinta dos Roques Touriga Nacional 2010 Appellation O (0,75L)

    QUINTA DOS ROQUES TOURIGA NACIONAL 2005Cépage : Touriga Nacional 100%

    2010 est un très joli millésime avec des mois de juillet et août particulièrement chauds et secs provocant un stress hydrique. Le mois de septembre, beaucoup plus frais avec quelques petites averses, a permis de rétablir la situation et de donner des raisins bien mûrs, aux paramètres analytiques équilibrés.
    La vendange sur le domaine s’est déroulée entre le 9 septembre et le 12 octobre.
    Cuvaison avec égrappage de 18 jours.
    Élevage pendant 18 mois, en barriques françaises de 225 litres.
    Embouteillage en février 2012.

    Éléments Analytiques :
    Alcool : 13,8 %/vol
    Acidité totale : 5,3‰
    Extraits secs : 31,8 g/L

    Le vin présente une robe noire très brillante et de grande densité, un bouquet noble et intense, ineffable synthèse entre le fruit noir et la minéralité (on est sur un terroir de granit).
    En bouche, l’ensemble est harmonieux avec un élevage particulièrement bien maitrisé qui préserve le fruit. C’est généreux et concentré avec une belle qualité de tannins.
    Ce vin gagnera beaucoup si on le laisse murir encore deux ou trois ans. Sa complexité potentielle laisse augurer d’une évolution favorable sur une vingtaine d’années.