• Category Archives _Millésime
  • Zeni Valpolicella Classico Superiore DOC Ripasso Marogne 2011 (0,75L)

    bMG_1411La zone viticole de la Valpolicella, une des plus connue d’Italie s’étend sur les collines situées au nord de la ville historique de Vérone. La zone historique est la zone Classico autour de San Pietro, Fumane et Negrar. Les vignobles sont situées à une altitude variant de 150 à 450 m d’altitude. En 1968, la zone de la Valpolicella a multiplié sa surface par trois en intégrant les zones de la vallée de l’Adige, producteurs de souvent bien tristes « bibines »…
    Le terroir est constitué de terre rouge et brune, des marnes calcaires et de basalte.
    L’encépagement traditionnel est presque exclusivement réalisé à partir des cépages autochtones Corvina, Corvinone, Rondinella et Molinara auxquels s’ajoutent parfois un peu de Sangiovese et de Barbera, eux-mêmes autochtones, mais respectivement de la Toscane et du Piémont.

    Ce vin est élaboré à partir de 60% de Corvina, 30% de Rondinella et 10% de Molinara.

    La technique, dite du RIPASSO est véritablement une spécialité de la Valpolicella véronaise. Cette technique s’est développée dans les années 70 quand les vignerons se sont souvenus d’une ancestrale technique consistant à ajouter du vin de Valpolicella complètement fermenté aux pellicules pressées du Recioto ou de l’Amarone déjà fermenté. Cette technique intéressante provoque une nouvelle fermentation grâce aux sucres et aux levures que l’on peut encore trouver dans les riches marcs du Recioto ou de l’Amarone.

    Cette cuvée de Valpolicella Ripasso provient exclusivement de vignobles en collines de la zone historique Classico.

    Le vin présente une très belle robe rubis profond, au nez aromatique, riche et vineux où dominent les notes de cerises noires et des fruits bien mûrs. La bouche a de la matière, un délicat velouté et une longue persistance aromatique dans laquelle on peut déceler une petite pointe empyreumatique.
    Le millésime 2011 a été particulièrement bien adapté à la production de vins de types Ripasso ou Amarone. En effet,  les conditions du millésime ont permis de récolter des raisins à la fraîcheur aromatique équilibrée. Les rendements limités ont quant à eux, apporté beaucoup de couleur au vin.

    Cette cuvée a été élevée une petite année en foudres de chêne.

    Éléments analytiques :
    Alcool acquis :  %/vol
    Acidité totale :   ‰
    Sucres résiduels :  g/L
    pH :

    Ci-dessous, quelques images de la zone de la Valpolicella Classico, des grappes des principaux raisins autochtones et du mode de passerillage des raisins.

     

     



  • Hochheimer Hölle Riesling Kabinett Trocken 2012 (0.75L) Weingut Domdechant Werner Dr Michel (Vin blanc sec) Rheingau

    Excellent domaine historique géré par le très convivial et compétent Dr Michel. Nous nous trouvons ici à l’extrémité orientale du Rheingau pratiquement au confluent avec le Main.
    Le Dr Michel, âgé de 82 ans, est le descendant direct du « Domdechant » (doyen recteur) de la cathédrale de Mayence, propriétaire de ce vignoble à partir de 1780.
    Le domaine Domdechant Werner appartient à la prestigieuse association VDP (Verband Deutscher Prädikatsweingüter) crée en 1910 et qui regroupe les domaines adhérant aux plus hautes normes qualitatives.

    Ce Riesling Kabinett de haute maturité présente toutes les caractéristiques de ce que l’on attend d’un grand vin blanc sec de cette région : fraicheur aromatique, minéralité, acidité fine. Le millésime 2012 a bénéficié naturellement de rendements modérés.

    Durée de conservation : au moins une dizaine d’années.

    Excellent en apéritif ou pour accompagner un plat de poisson.

    Éléments analytiques :
    Alcool : %/vol
    Extraits secs :  g/L
    Acidité totale :  ‰

    Cliquez sur la carte pour agrandir


  • Barbera d’Alba DOP Cru Pian Romualdo 2011 (0,75L) Domaine Giovani Rocca

    barbera
    Grappe de Barbera

    Le Barbera est un très vieux cépage, probablement originaire du Piémont et connu là-bas depuis au moins huit siècles.
    Ce cépage a été replanté massivement à la fin du XIXème siècle après la crise phylloxérique car présentant une adaptation remarquable aux terroirs et aux climats chauds.

    En dehors de ses terroirs de prédilection piémontais, le Barbera est utilisé en assemblage en Emilie-Romagne et en Lombardie.
    Il a depuis une vingtaine d’années, grâce à son aptitude à supporter les climats chauds, connu un important développement dans le sud de l’Italie. L’ensemble des surface cultivées est de l’ordre de 50 000 Ha.
    Il est à noter que ce cépage a connu également un développement remarquable aux États-Unis et en Amérique du Sud.

    Jusqu’à la fin des années 80, il produisait dans le Piémont des vins de masse au caractère ordinaire, mais jamais dépourvus de couleur et de fruité.
    Il faut attendre le début des années 90 pour voir enfin se développer des modes de culture et des techniques de caves dignes de ce nom.

    On a vu alors apparaitre des vins formidables, denses et aromatiques à partir des deux appellations (DOP) Barbera d’Asti et surtout Barbera d’Alba. La climatologie du Piémont est superbement adaptée grâce à des étés chauds et des hivers rigoureux, à une maturité lente et optimale du cépage.

    appellationbarberadalba
    Cliquez sur la carte pour l’agrandir

    Le Barbera d’Alba DOP (cépage Barbera 100%)

    Le Barbera d’Alba est uniquement produit dans la province de Cuneo (Piémont) sur une surface d’environ 2 600 Ha. Ses terroirs se partagent avec ceux de l’appellation Barolo et Barbaresco.

    Le millésime 2011 en provenance du cru Pian Romualdo nous offre une parfaite synthèse d’un vin à la robe rubis grenat, au bouquet puissant de fruits rouges et noirs bien mûrs et à la bouche veloutée mais à la fraicheur aromatique émoustillante.
    C’est un parfait vin d’accompagnement de viandes rouges et viandes en sauce.
    On peut estimer sa durée de garde totale à au moins 7 ou 8 années.



  • « I Pini » Rosso Dei Colli Della Toscana Cent. IGT 2011 Fattoria di Basciano (0,75L)

    Création très intéressante de Paolo Masi, en assemblant à parts égales les plus belles grappes de cabernet-sauvignon, merlot et syrah de son domaine.

    Après un millésime 2009 exceptionnel et un millésime 2010 aux arômes un peu plus végétaux, nous retrouvons avec le millésime 2011 un vin de haute volée :

    La robe de ce vin hors-normes est grenat, presque noire. Le nez nous entraine dans un univers voluptueux. Beaucoup d’élégance en bouche, de fruité et de concentration.
    Bref : Délicieux !

     



  • Vesevo Beneventano Falanghina 2013 IGT(0,75L) – Campanie

    falanghina2012

    Ce cépage blanc typique de la Campanie appartient à la centaine de variétés autochtones présentes dans cette région de l’Italie méridionale  et pour la plupart d’origine grecque. C’est sous l’empire romain que les vins de cette région acquirent une notoriété exceptionnelle. J’en veux pour preuve le mythique Vin de Falerne.
    Il a été dit que la Falanghina était peut-être une des variétés de raisins entrant dans la composition de ce vin de légende, mais ce n’est pas démontré à ce jour. En tout état de cause, le Falerne a suivi, hélas, de manière inexorable le déclin de l’empire romain.

    On peut situer le renouveau des cépages indigènes et particulièrement de la Falanghina au début des années 80. Cette variété avait bien failli disparaitre dans les années 60 avec une tentative de généralisation de variétés productive comme le Trebbiano. C’est grâce à des viticulteurs « éclairés »,  ramants à contre-courant, que fûrent sauvegardés ces magnifiques cépages autochtones de la Campanie, comme la Falanghina, le Fiano et le Greco, pour ne citer qu’eux. Il faut citer parmi ces « sauveurs » du patrimoine ampélographique de la Campanie, des hommes comme Leonardo Mustilli, mais aussi Angelo Pizzi de la cave de Taburno. On leur doit la renaissance de nouveaux vignobles com-plantés en cépages autochtones dans les zones les plus favorables à la culture de la vigne de la Campanie.

    Ce cépage est utilisé soit seul, soit en assemblage. Il mûrit généralement à partir de la mi-septembre pour être vendangé le plus souvent à pleine maturité début octobre.  Les baies sont généralement petites et dotées d’une peau assez épaisse.

    Des analyses génétiques ont permis de déterminer deux catégories de raisins proches l’une de l’autre : la Falanghina proprement dite et la Falanghina des Champs Phlégréens.

    Le Vesevo Falanghina 2013 est issu d’un assemblage de 95% de vin de cuve inox et 5% de vin élevé 5 mois en barriques.
    Ce Vesevo Falanghina IGT Beneventano 2012 est un vin vibrant, pur, marqué par de beaux arômes de fruits à pépins. C’est élégant et de bonne longueur.
    Alcool : 12,5%

    Une grappe de Falanghina.
    Une grappe de Falanghina.



  • Ruster Spätlese Gewürztraminer 2012 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    Rust-gewurzt-spat2012Éléments analytiques :
    – Richesse du moult à la vendange : 21,5°KMW (21,5 % de sucres en masse volumique)
    – Alcool : 10,2 %/vol
    – Sucres résiduels : 76,9 g/L
    – Acidité fixe : 5,5 ‰.

    Ce millésime 2012 a connu des conditions climatiques « normales » avec un été chaud. Il a été vendangé fin septembre avec des raisins en sur-maturité, parfaitement sains.
    La régularité qualitative que nous offre Bruno, année après année, est tout à fait remarquable et ce 2012 confirme la règle.
    Le vin présente une belle attaque sur le fruit exotique et la fraîcheur aromatique. On retrouve ici finesse et équilibre, grâce à une acidité suffisante. Aujourd’hui, on parlerait dans le jargon œnologique de la dégustation de tension !

    C’est tout à fait délicieux avec une application particulière pour l’apéritif.
    Très bon rapport Qualité / Prix.



  • Ruster Eiswein Blaufränkisch 2012 Domaine Landauer (0,50L)

    rustereiswein2012Nous avons été relativement chanceux depuis 2008, car nous avons réussi à produire 3 vins de glace ou Eiswein remarquables.
    Le millésime 2008 n’est plus qu’un souvenir hélas, les bouteilles s’étant arrachées, suite à une « pénurie » de production entre 2003 et 2008. Le millésime 2009 quant à lui est toujours disponible et est appelé à une très longue évolution.
    La « chance climatique » a permis une nouvelle fois d’élaborer un vin de glace/eiswein le 13 décembre 2012 à partir de 100% du cépage Blaufränkisch. La température au moment de la vendange était de -9°c, ce qui a permis une excellente cryo-extraction naturelle au pressurage des raisins.
    Nous sommes très satisfaits d’une production d’environ 14 hectolitres.

    Éléments analytiques :
    Richesse de moût après pressurage : 33 ° KMW (33% de sucres en masse volumique)
    Alcool : 11,5 %/vol
    Sucres résiduels : 191 g/L
    Acidité totale : 7,3‰

    Il est peu fréquent de trouver dans la région des paramètres analytiques aussi parlants.
    Sa dégustation le 12 avril m’a enchanté. Sa fragrance aromatique est probablement une des plus intenses que j’ai observée durant ces 25 dernières années à Rust. Je rappelle pour mémoire que Bruno a élaboré son premier Eiswein en 1986. C’est à partir du second millésime, vinifié en 1988, que nous avons débuté notre amicale et fructueuse collaboration.

    La longueur de ce 2012 est tout à fait comparable aux meilleurs Eiswein allemands de Riesling, qui sont comme vous le savez peut-être, la référence absolue en la matière.
    Ce vin sera disponible à la dégustation et à la vente au cours des portes ouvertes d’été des 12, 13 et 14 juin 2014.

    PLUS D’INFORMATIONS SUR LES VINS DE GLACE/EISWEIN. (cliquez sur le lien)



  • Trabener Würzgarten Trockenbeerenauslese Riesling 2011 (0,375L) Weingut Trossen « Quintessence »

    trockenbeerenaus2011Nous touchons avec ce type de vin un certain absolu, avec des liquoreux d’une concentration extraordinaire. Ce nectar ou plutôt cette quintessence, véritable âme du cépage riesling, a été vendangé le 20 novembre 2011, pour une quantité de 50 litres environ…

    Le Riesling est LE CÉPAGE idéal à tous les niveaux pour produire dans de très rares occasions ce type de vin. Le pays idoine est sans contestation possible l’Allemagne. La région la plus appropriée est avec le Rheingau, la Moselle Centrale. C’est dans ces deux régions d’Allemagne que l’on produit les quintessences de grains nobles les plus exceptionnelles, en quantités ridiculement faibles et une fois ou deux par décade. Ces vins appartiennent à la catégorie des liquoreux les plus onéreux au monde.
    Nous avons réussi par privilège exceptionnel, à obtenir quelques bouteilles de ce divin breuvage.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 6% vol
    Sucres résiduels : 395 g/L
    Acidité fixe : 9,4‰

    La bouche de ce vin, encore très fermé et qui mettra de longues années à s’épanouir, est un véritable feu d’artifice aromatique, allant de l’abricot à l’agrume, soutenu par une remarquable acidité. La rétro-olfaction est impressionnante et la longueur du vin sans fin…
    Sa durée de vie est pratiquement illimitée, à charge pour l’amateur patient de changer le bouchon tous les 25 ans…



  • Tokaji Aszu 3 Puttonyos 2008 Château de Sárospatak (0.50L)

    tokaji aszu 3 puttonyos 2008Nous avons rentré le premier lot de ce vin au mois de novembre 2013.
    2008 est un excellent millésime tardif, la plupart des grains aszu ayant été vendangés sur le mois de novembre.

    Cliquez pour un compte rendu de la vendange 2008 à Tokaj, avec vidéos à l’appui.

    Le millésime 2008 est considéré comme assez généreux quant aux quantités produites, avec des vins présentant un taux de sucres élevé et une excellente acidité, ce qui, hélas, n’est plus toujours le cas avec le réchauffement climatique.
    Élevé en barriques hongroises de 3, 4 et 5 ans durant 24 mois, ce Tokaji présente une robe claire et brillante, sans traces d’oxydation. Le nez et la bouche sont particulièrement harmonieux avec une subtilité aromatique et un équilibre qui sont ceux des grandes années.

    Éléments analytiques :
    Alcool :  12,76 %/ vol
    Sucres résiduels : 77  grammes par litre
    Acidité totale  : 7,6  ‰
    pH : 3,32



  • Tokaji Sarga Muskotaly 2011 Château de Sárospatak (0.75L)

    (Exceptionnelle vendange tardive de Muscat à petits grains)

    tokaji sarga muskotaly 2011Nous sommes maintenant au huitième millésime de cette micro cuvée élaborée à partir d’un petit vignoble du sud de l’appellation, dans les environs de Tarcal.
    Le «Sarga Muskotaly» est tout simplement le muscat à petits grains, qui compte pour environ 5% de la zone d’appellation Tokaji. Il peut être vinifié en vin sec, peu intéressant et plus rarement en vin liquoreux lorsque les conditions le permettent. Si on sait choisir son moment, on peut peu ou prou en élaborer un peu chaque année. C’est le miracle de la région de Tokaj, pour ce type de vin. Toutefois, sauf dans certains millésimes prolifiques, il ne s’agit que de quantités « artisanales »…

    Cette cuvée a été vinifiée pour partie comme un «Aszu» et pour partie comme un Szamorodni doux .
    Deux «tris» de raisins ont été effectués, le premier la première quinzaine d’octobre 2011  avec un exceptionnel choix de grains secs (Aszu de pur muscat), ramassés grains par grains et le second début novembre, avec une sélection de grappes entières de muscat toujours, très « botrytisées », presque complètement «aszutées».

    Le premier tri de grains aszu a fait l’objet d’une macération traditionnelle dans du moût en fermentation composé de Muscat, Furmint et Harslevelu, puis pressuré immédiatement après.
    Le second tri a été pressuré avec un petit pressoir, puis assemblé au moût du premier tri.
    L’assemblage ainsi constitué a continué paisiblement ses fermentations et a poursuivi son élevage en cuve inox durant huit mois.
    Le vin a été mis en bouteille fin juin 2012.

    La robe du vin est claire, couleur paille avec reflets verdâtres. Le nez est tout en finesse. L’attaque du vin montre une belle fraîcheur et beaucoup de subtilité. Belle longueur savoureuse. Excellente intégration des sucres résiduels grâce à une bonne acidité.
    Ce vin atteindra son optimum à quatre ans d’âge.

    Éléments analytiques :
    Quantité produite : 420 L
    Alcool : 14,08 %/vol
    Sucres résiduels : 110  g/L
    Acidité totale : 7 ‰
    Extraits secs réduits : 41,62 g/L
    pH : 3,59

     



  • Tokaji Aszu 5 Puttonyos 2010 Château de Sárospatak (0,50L)

    tokaszu5putt2010Nous tenons avec le millésime 2010 l’année la plus atypique depuis 20 ans. Les conditions climatiques ont été difficiles en Europe Centrale et beaucoup ont alors évoqué l’éruption du volcan islandais en avril et mai. Ce n’est pas du tout impossible car il y a des précédents historiques nombreux.

    Les conséquences pour le millésime ont été radicales avec extrêmement peu de vins liquoreux mais, les petites quantités produites nous offrent des paramètres d’équilibre uniques en leur genre.

    En 2010, il n’a pas été possible d’élaborer naturellement des Tokaji Aszu d’une richesse de 6 Puttonyos. La seule solution aurait consisté à enrichir les moûts avec de l’eszencia, méthode autorisée, mais que nous désapprouvons. C’est pour cela, qu’à titre exceptionnel, c’est un 5 Puttonyos qui a été élaboré, mais un 5 Puttonyos hors-normes, très proche de nos grands 6 Puttonyos historiques.

    Cette cuvée confidentielle de Château de Sárospatak 2010 a été élaborée à partir d’un assemblage moins habituel pour nos vins :

    Les grains aszu (confits) sont constitués pour 65% de Furmint, 15% de Hàrslevelù et 20% de Zeta.

    Ces grains ont subi une macération dans un vin de base 100% Furmint, constitué par deux tiers de vin et un tiers de moût en fermentation.

    Le vin a été élevé en barriques de plusieurs vins durant 24 mois. Il a été embouteillé en juillet 2013 et est disponible depuis novembre 2013.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12,12%/vol
    Sucres résiduels : 137 g/L
    Extraits secs réduits : 50,98 g/L
    Acidité totale : 10,6‰

    La robe du vin est du style vieil or, lumineuse et brillante.
    Le nez exprime de délicates nuances de cire d’abeilles et toute une palette de fruits blancs et fruits exotiques frais.
    La bouche nous offre une grande matière avec des caractéristiques d’équilibre et de palettes aromatiques complexes et inhabituelles au cours de ces vingt dernières années.
    En dépit de 140 grammes de sucres résiduels, une splendide acidité donne à ce vin une très longue persistance aromatique réjouissante pour le palais.



  • Ruster Beerenauslese Zweigelt/Pinot Noir/Merlot 2010 Très rare cuvée de « grains nobles » issus de raisins rouges Domaine Landauer (0,75L)

    beerenauslese2010Ce sont des circonstances climatiques rares qui nous ont permis à nouveau l’élaboration de ce grand liquoreux atypique, à la robe corail et aux délicieux arômes de fruits rouges (fraises, framboises, groseilles…). Splendide acidité qui équilibre remarquablement la douceur naturelle du vin.
    Il accompagnera remarquablement  vos desserts aux fruits rouges et noirs, ainsi que le foie gras frais.

    Le précédent millésime vinifié de ce type de vin remonte à 2005. Il nous en reste d’ailleurs quelques bouteilles de 0,50L.

    Ce vin extrêmement original, provient d’une « sélection de grains nobles » des raisins  Zweigelt (pour plus de 90%), le reste se partageant entre le Merlot et le Pinot Noir.
    Ces raisins ont été vendangés , « botrytisés » noblement le 3 novembre 2010.
    La richesse du mout à la vendange, particulièrement élevée, a atteint 29.5 Kmw (29.5% de sucre en masse volumique)

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13,4 % Vol
    Sucres résiduels : 108 g/L
    Acidité totale : 8,8 ‰
    Quantité produite : 1300 litres
    Mise en bouteille : juin 2011.



  • Ruster Eiswein Blaufränkisch 2009 (vendangé le 18 décembre 2009) Domaine Landauer (0,50L)

    rustereiswein2009Avec 2008, nous avons inauguré un nouveau cycle météo plus froid nous permettant d’élaborer des Eiswein. Le 18 décembre 2009, les conditions étaient idoines à Rust pour vendanger des raisins bien gelés à cœur dans un parfait état sanitaire.
    Eu égard aux résultats excellents produits par le cépage rouge Blaufränkisch en 2008, nous avions en accord avec Bruno laissé une quantité convenable non-vendangée de ce cépage dans l’espoir de reproduire un nouvel Eiswein. Cette fois-ci, nous partions à partir de 100% Blaufränkisch.
    C’est par conséquent 3250 kg qui ont été ramassés très tôt le 18 décembre par -10°C. Le pressurage a donné une quantité de 1200 litres de vin.

    Il est très intéressant de noter la robe chatoyante du vin présentant une couleur très légèrement corail.
    Le nez est très fruité avec des touches végétales et de bonbon anglais ainsi que de surprenants arômes de pâte de coing.
    La bouche est très pure, ciselée et d’excellente longueur.
    C’est un vin très précis qui devrait évoluer lentement et positivement sur une bonne quinzaine d’années.

    A ne pas manquer !

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13 %/vol
    Sucres résiduels : 134 g/L
    Acidité fixe : 6,3 ‰
    Extraits secs : 37,7  g/L



  • Noble One 2009 Sémillon Domaine de Bortoli (Nlles Galles du sud) (0.75L)

    * Le plus grand liquoreux botrytisé d’Australie appelé « L’Yquem d’Australie »

    NobleOne2009

    Région de production : Riverina (nouvelles Galles du Sud)

    Conditions d’élaboration de la vendange du millésime 2009.

    L’année 2009 a commencé avec des conditions très chaudes jusqu’à la mi-février,  période à laquelle le vignoble reçut quelques précipitations nocturnes. Le mois de mars fût marqué par des averses fréquentes, qui permirent au botrytis cinéréa de s’installer. Les quelques précipitations du mois d’avril et la rosée du matin permirent la généralisation du champignon magique. Les raisins furent vendangés durant cinq jours, la troisième semaine du mois de mai.

    Une évaluation de la maturité de chaque parcelle a été mise en œuvre pour déterminer le moment optimal de la vendange, fonction du degré maximum de botrytisation recherché.
    Chaque parcelle a été vendangée, vinifiée et élevée séparément, afin de pouvoir optimiser l’assemblage final, qui formera la cuvée définitive. Les fermentations durèrent, selon les cuvées, de 3 semaines à 3 mois.

    Élevage :
    46% du lot final a été élevé en barriques françaises neuves.
    17% en barriques d’une année.
    16% en barriques de deux ans.
    21% en cuve inox.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 10,50 % /vol
    Acidité totale : 10,1 ‰
    pH : 3,47
    Sucres résiduels : 185 g/L

    Le vin présente une robe dorée éclatante. Le bouquet, déjà ample, nous conduit de l’abricot et de la nectarine bien mûre, aux délicates fragrances d’agrumes, mêlées à de subtiles nuances d’amandes et de vanille.

    La bouche offre une gamme complexe d’arômes liés à la pourriture noble : pêche, nectarine et cédrat. On retrouve, tout comme au nez, les nuances de fruits secs et un vanillé délicat.
    Particulièrement opulent, avec une grande persistance aromatique, soutenue par une excellente acidité, celle-ci l’exempte de toute lourdeur.

    Évolution prévisible favorable de ce vin : 10 à 15 ans.



  • Nectar de Samos 2011 (0.75L)

    samos2011Vin mythologique de l’île grecque de Samos.

    Dans l’ile de Samos, on produit des vins de qualité extrêmement variable et de tous types : vins blancs secs issus du Muscat à petits grains, vins doux naturels de Muscat à petits grains mutés et enfin Nectars naturellement doux (sans aucun mutage ni fortification) élaborés à partir de raisins Muscat à petits grains séchés au soleil.
    Mais il faut bien dire qu’il y a hélas, nectars et nectar… Ce sont des produits complexes à élaborer, demandant une matière première sans défaut et une vinification attentive et soignée.
    Nos relations locales depuis 2000 nous ont permis de trier sans complaisance parmi les différentes cuvées existantes.
    Celle que nous vous proposons maintenant provient, comme la précédente de 2003 d’ailleurs, de la cave de Karlovassi. Il s’agit d’une toute petite cuvée de l’excellent millésime 2011. L’élevage a été conduit selon nos recommandations avec un minimum d’exposition oxydative des vins. Nous pensons que ce type de vin naturellement doux a une capacité à murir tranquillement, une fois mis en bouteille tôt, dans le contexte réductif de la bouteille en verre.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,25 %/vol
    Sucres résiduels : 134 g/L
    Acidité totale : 4,80 ‰
    Acidité volatile : 0,75 ‰
    pH : 3,70
    SO2 total : 130 mg

    Le Nectar 2011 (0.75L) présente une robe dorée, dense et brillante.
    Le nez est merveilleusement fruité, complexe et élégant. Le bouquet est tellement envoûtant que l’on hésite presque à porter le verre jusqu’à ses lèvres…
    En bouche, c’est un feu d’artifice de saveurs, d’où le « coté variétal » du muscat est presque complètement gommé. La noblesse de ce terroir d’altitude s’impose à l’évidence. On touche avec ce vin un certain absolu dans le genre et je n’ai pour ma part jamais dégusté de muscat à petits grains naturellement doux passerillé qui soit supérieur à celui-ci.
    En dépit du climat méditerranéen de cette île d’Asie Mineure, la bouche à l’attaque riche et voluptueuse, offre une véritable fraîcheur aromatique où dominent tout d’abord les agrumes, puis le miel, le raisin de Corinthe, l’abricot sec, sans oublier une touche de tabac blond de Virginie.
    C’est vraiment un « nectar plaisir » de longue évolution prévisible, mais délicieux à goûter sans retard.

    Plus d’informations sur le Nectar de Samos.