• Archives de la Catégorie _Millésime
  • 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 1983 | 1988 | 1987 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016
  • Don Camillo Sangiovese Terre di Chieti IGT 2015 Domaine Farnèse (0.75L)

    (Indicazione Geografica Tipica Terre di Chieti)

    Rouge élaboré à partir de l’assemblage du cépage indigène Sangiovese (85%) et du Cabernet Sauvignon (15%), élevé durant quatre mois en barrique de chêne français.

    Vin complexe et fin, aromatique et fruité, encore extrêmement jeune et particulièrement élégant. Il est une excellente initiation à prix modéré aux grands vins de l’Italie centrale.

     


  • Chianti Rufina DOCG 2013 Fattoria di Basciano (0,75L)

    Un petit mot tout d’abord sur le Chianti, vin universellement connu et tellement galvaudé…

    La zone d’appellation Chianti est considérable, la production atteint en moyenne un million d’hectolitres par an pour 16800 hectares en production. (à titre de comparaison, la surface totale du Beaujolais est de 22 000 ha pour une production de 1.2 millions d’hectolitres).

    La zone d’appellation Chianti se situe au cœur de la Toscane, au sud et à l’est de Florence. L’aire DOCG se divise en huit zones géographiques distinctes, qui peuvent accoler leur nom au vin :
    – Chianti Classico (qui possède son propre statut DOCG, délimité à partir de 1716)
    – Chianti Montalbano
    – Chianti Rufina, (rien à voir avec Rufino, qui est une marque commerciale)
    – Chianti Colli Fiorentini
    – Chianti Montespertoli
    – Chianti Colli Senesi
    – Chianti, Colli Aretini
    – Chianti Colline Pisane

    Certains Chiantis peuvent également être étiquetés sans autre information particulière, mais il vaut mieux être prudent…
    Sous la dénomination Chianti, se dissimulent une variété considérable de terroirs, de cépages et par conséquent de vins, qui vont de l’exceptionnel au véritablement infâme…
    Ayant toujours beaucoup fréquenté l’Italie et ceci depuis mon enfance, j’ai le souvenir de « fiascos » de deux litres laissant au malheureux buveur un souvenir impérissable… ce temps est heureusement révolu .
    Le principal cépage est l’excellent Sangiovese, que l’on retrouve un peu partout dans toute l’Italie Centrale. Il peut être utilisé seul, mais le plus souvent en association avec le Canaiolo nero, le Trebbiano toscano et la Malvasia Nera pour ne citer que les principaux. De plus, on peut adjoindre jusqu’à 15% de Merlot ou de Cabernet-sauvignon à l’assemblage final.

    La zone des Chianti Rufina quant à elle, a une tradition de qualité très ancienne et le niveau peut être excellent. Elle s’étend sur des collines à l’Est de Florence. Les vignes peuvent être assez élevées, plantées sur un terroir formé de remarquables marnes calcaires que l’on appelle localement « galestro ».
    Grâce à une bonne acidité, les vins conservent longtemps fraîcheur et finesse.

     

    Composée de 93% de Sangiovese, 5% de Canaiolo et de 2% de Colorino , la vendange a macérée environ 15 jours en cuves ouvertes. Affinage pour une partie des vins, en barrique durant six mois.

    Robe grenat, profonde et dense. Le nez est puissant, un peu sauvage, avec une belle fraîcheur où l’on distingue fruits noirs et violette. En bouche, le vin est concentré, assez tannique, aromatique et long en bouche.
    L’année 2013, à la climatologie typiquement tardive, nous a donné un beau vin rouge qui devrait se conserver une bonne dizaine d’années.

    Ce n’est pas un vin marketing comme tant de Chiantis « bordeaulisés » au Cabernet sauvignon et au Merlot à la mode Parker…
    C’est un produit qui respecte la culture originelle de sa région de production.


  • Brunello di Montalcino DOCG 2010 Tenuta Il Poggione (0.75L)

    Dans cette partie du sud de la Toscane, le Brunello di Montalcino peut être considéré comme une « invention » récente. On ne peut pas en effet parler de tradition multiséculaire pour ce vin. C’est vers 1870 que le vigneron Ferruccio Biondi-Santi a commencé à planter un clone spécifique du cépage Sangiove Grosso, connu sous le nom de Brunello. Il avait observé qu’il produisait des grains plus petits et qu’il opposait une plus grande résistance au phylloxera qui ravageait alors les vignobles.
    Contrairement aux traditions locales d’alors, cet innovateur décida de laisser vieillir le vin issu de ce cépage quatre années en tonneau de chêne, cet élevage étant lui-même suivi d’un séjour en bouteille.
    Le premier grand millésime officiel de ce vin est le 1888. Il en resterait parait-il encore quelques bouteilles toujours en forme…
    Le fameux baron Luigi Ricasoli, celui-là même qui a posé les règles d’élaboration du Chianti déclarait lors d’une dégustation en 1930 qu’il lui semblait impossible en Toscane d’atteindre une pareille longévité en dehors de cettre zone de Montalcino .

    Le développement de cette appellation est assez récent. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le terme Brunello restait une spécialité exclusive de la famille Biondi-Santi et il faudra attendre les années 70 pour que ce terroir prenne son essor (seulement 65 hectares de vignes plantés à cette époque). La consécration interviendra en 1980 avec la DOCG (Denominazione di Origine Controllata e Garantita).

    Ce vin est produit exclusivement dans le territoire communal de Montalcino sur des collines qui peuvent atteindre au maximum 667 m d’altitude, ce qui est un facteur qualitatif supplémentaire dans cette région très chaude en été.

    Le terroir est composite (marnes argileuses, sable et même tuf d’origine volcanique etc…).

    Il y a actuellement 270 domaines inscrits pour environ 1 350 hectares plantés. La qualité devrait toujours être très élevée eu égard au prix du vin. Ce n’est pas toujours le cas hélas, certains domaines produisant des vins dilués et indignes de leur catégorie. Ce phénomène n’est malheureusement pas une exception à Montalcino…

    Le Domaine IL POGGIONE situé à Sant’ Angelo In Colle a été fondé à la fin du XIXème siècle. Il couvre actuellement une surface de vignes de 125 hectares. Il est la propriété de Leopoldo et de Livia Franceschi.
    Nous avons le plaisir et l’honneur de collaborer avec ce domaine dont la qualité des vins ne nous a jamais déçue, depuis 1990. Loin du clinquant à l’américaine de certains autres domaines de la région, il est géré maintenant par Alessandro Bindocci et sa sœur Francesca. Les vins sont d’une remarquable régularité, y compris le deuxième vin (Rosso Di Montalcino DOC) dont nous distribuons actuellement le millésime 2011.
    Le millésime 2010 est une réussite exceptionnelle dans le sud de la Toscane, avec des vins concentrés, d’un équilibre remarquable.

    Les chais du domaine Il Poggione.

    BRUNELLO DI MONTALCINO 2010

    brunello-ilpogg2010Élevé trois ans en foudre de chêne de l’Allier (de 30 à 50 hectolitres de capacité), il présente une robe grenat sombre et brillante. Au nez, ce sont de subtiles tonalités de fruits noirs (myrtille, cassis) et de cacao. On note aussi quelques nuances de cuir de Cordoue. La bouche est imposante, profonde et complexe. Le vin est marqué par des arômes balsamiques et empyreumatiques. Il évoque également les épices, la fourrure et le tabac du Transvaal. Sa puissante structure tannique ne nuit pas à sa remarquable finesse, mais laisse envisager une assez longue évolution. Je classerai le Brunello di Montalcino millésime 2010 en année exceptionnelle.
    C’est un vin à encaver pour quelques années. Il devrait atteindre sa maturité vers 2020. Il est appelé à une longue garde ultérieure dans de bonnes conditions de stockage.


    Alcool : 14,5%/vol

    Une grappe de Sangiovese Grosso – « Brunello »
    les vignobles du domaine Il Poggione en Toscane au coeur de l’été.

  • Azienda Agricola Montecrocetta Santa Marie Gambellara Classico DOC 2016 (0,75L) (Veneto)

    Quelques mots sur le domaine :
    Domaine de 30 Ha regroupant les appellations Soave, Gambellara, Lessini Durello et Vicenza.
    Terroir : vignes en collines d’origine volcanique riches en tuf de basalte.
    vignes au pied des collines :  terroir argileux et limo-argileux.
    Cépages cultivés : Garganega, Trebbiano di Soave, Durella, Pinot Blanc, Pinot Gris, Cabernet franc, Cabernet-Sauvignon et Merlot.
    La conduite des vignobles se fait selon la pergola véronèse.
    Taille Guyot ou Guyot double.
    Densité de plantation : moyenne de 3800 pieds/Ha
    L’age des vignes varie de 8 à 40 ans.

    Ce vin blanc sec provient des collines de tufs basaltiques d’origine volcanique.
    Le vignoble est  âgé d’une trentaine d’années en moyenne.
    Les vendanges sont manuelles avec une sélection très stricte de la maturité des raisins.

    Ce vin est issu à 100% de l’excellent cépage autochtone Garganega, utilisé également à Soave.

    Le millésime 2016 est probablement le plus réussi des dix dernières années. Il présente une robe claire avec une bonne densité. Remarquable de fraîcheur au nez avec des notes florales et fruitées d’amande en particulier.
    La minéralité en bouche est impressionnante. Le vin est fruité et structuré, avec l’acidité naturelle bien mûre caractéristique de ce millésime.

    Ce vin, impeccablement sec présente un taux d’alcool modéré (12,5%/vol) qui en fait un remarquable vin d’été.
    Il évoluera sans problème, dans de bonnes conditions de conservation, trois à quatre années.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12,5 %/vol
    Acidité : _ ‰

    Le vignoble de Gambellara, le 10 avril 2011
    Jean-François Ragot avec la famille Maule (Graziano, notre brillant vinificateur, sa charmante fille Valentina et la grand-mère de 90 ans en parfaite condition, grâce à un verre de Recioto…) le 14 avril 2017.

  • Tokaji Sarga Muskotaly 2013 Château de Sárospatak (0.75L)

    (Exceptionnelle vendange tardive de Muscat à petits grains)

    tokajisargamuskotaly2012Nous sommes maintenant au dixième millésime de cette micro cuvée élaborée à partir d’un petit vignoble du sud de l’appellation, dans les environs de Tarcal.
    Le «Sarga Muskotaly» est tout simplement le muscat à petits grains, qui compte pour environ 5% de la zone d’appellation Tokaji. Il peut être vinifié en vin sec, peu intéressant et plus rarement en vin liquoreux lorsque les conditions le permettent. Si on sait choisir son moment, on peut peu ou prou en élaborer un peu chaque année. C’est le miracle de la région de Tokaj, pour ce type de vin. Toutefois, sauf dans certains millésimes prolifiques, il ne s’agit que de quantités « artisanales »…

    Cette cuvée a été vinifiée pour partie comme un «Aszu» et pour partie comme un Szamorodni doux .
    Deux «tris» de raisins ont été effectués, le premier la deuxième quinzaine d’octobre 2013  avec un exceptionnel choix de grains secs (Aszu de pur muscat), ramassés grains par grains. Il est à noter que 2013 a été partout en Europe un millésime tardif.
    Le second tri a été effectué à la mi-novembre, avec une sélection de grappes entières de muscat toujours, très « botrytisées », presque complètement «aszutées».

    Le premier tri de grains aszu a fait l’objet d’une macération traditionnelle dans du moût en fermentation composé de Muscat puis pressuré immédiatement après.
    Le second tri a été pressuré avec un petit pressoir, puis assemblé au moût du premier tri.
    L’assemblage ainsi constitué a continué paisiblement ses fermentations et a poursuivi son élevage en cuve inox durant huit mois.
    Le vin a été mis en bouteille début juillet 2014.

    La robe du vin est claire, couleur paille avec reflets verdâtres. Le nez est tout en finesse. L’attaque du vin montre une belle fraîcheur et beaucoup de subtilité. Belle longueur savoureuse. Excellente intégration des sucres résiduels grâce à une bonne acidité.
    Ce vin atteindra son optimum à quatre ans d’âge.

    Éléments analytiques :
    Quantité produite : _ L
    Alcool : _ %/vol
    Sucres résiduels : _  g/L
    Acidité totale : _ ‰
    Extraits secs réduits : _ g/L
    pH : _

     


  • Moscato d’Asti DOCG « San Grod » 2016 Mario Torelli (0.75L) – PIEMONT

    Le Muscat à petits grains est cultivé dans cette région du Piémont depuis des temps immémoriaux. On considère généralement l’orfèvre milanais, vivant vers la fin du XVIème siècle, Giovanni-Battista Croce comme le «père» du Moscato d’Asti.
    Possesseur d’un petit vignoble dans la région, on lui doit de nombreuses expérimentations destinées à élever la qualité de production des vins aromatiques doux.
    La zone de production se situe dans les Langhe et le Monferrato, au sud-est de Torino.
    Elle comprend les provinces d’Asti, Cuneo et Alessandria.
    Connue longtemps pour ses médiocres Asti « spumante » cette région produit aussi, surtout depuis quelques années, un Muscat doux, légèrement effervescent avec un taux d’alcool de 5,5% et environ 120gr de sucres résiduels. Il bénéficie depuis 1994 de la DOCG (appellation d’origine contrôlée et garantie). Ce type de vin représente 12% seulement de la production totale d’Asti.
    La zone délimitée en 1932 est plantée actuellement d’environ 9000 ha, possédés par 6800 viticulteurs. La quantité produite annuellement avoisine les 550 000 hectolitres.
    Aussitôt les raisins vendangés avec soins et apportés au cuvage, on les égrappe et après un pressurage immédiat, le moût est mis à fermenter en cuves inox fermées, à la température de 15°c. Lorsque le taux d’alcool désiré est atteint (5,5%/vol) on refroidit fortement pour arrêter les fermentations et conserver ainsi la quantité de sucre naturel souhaitée.
    Le domaine Mario Torelli travaille en agriculture biologique. Avec 7 ha de vignobles et 55 000 bouteilles annuelles, il est le prototype du petit domaine ayant misé sur la qualité.
    Ses vins ont été référencés dans quelques uns des meilleurs restaurants au monde.

    Le millésime 2016, mis en bouteille à la fin du mois de novembre est un millésime très équilibré. Les conditions climatologiques de l’été 2016 ont permis de vendanger de superbes raisins, gorgés de sucres et d’arômes. Les vins sont dotés d’une bonne acidité et  présentent une belle fraîcheur aromatique.
    Il  offre un délicat bouquet de fleurs d’acacia, de glycine et d’orange.
    La bouche est fraîche, équilibrée, délicieusement fruitée, avec une finale de fleur de sureau et de bergamote.
    C’est un vin plaisir à consommer jeune et bien frais.

    Alcool : 5,5% vol
    Sucres résiduels : 120 g/L


  • Argione Appassimento 2011 Montecrocetta Cabernet del Veneto IGT (0,75L)

    argioneLe jour où Graziano m’a présenté ce vin, j’ai été plus que surpris et de manière extrêmement agréable. Les deux cabernets (Cabernet-Sauvignon et Cabernet Franc) sont dans leur environnement quasi naturel dans cette région du Veneto. Les résultats sont très souvent à la hauteur des espérances, surtout lorsque nous avons affaire à une année chaude. C’est le cas tout particulièrement de 2011. Vous n’ignorez pas que le Cabernet-Sauvignon et le Cabernet Franc sont des cépages tardifs qui ont besoin de tout leur temps pour mûrir et développer ainsi de beaux arômes de fruits noirs.
    Cette cuvée appelée Argione-Appassimento est en fait un vin de type Amarone della Valpolicella, mais élaboré avec d’autres cépages dans la région de Vicenza et sur un terroir différent.

    Terroir et situation : colline d’origine volcanique.
    Cépages : 75% Cabernet-Sauvignon et 25% Cabernet Franc.
    Vendanges : manuelle avec sélection des grappes bien mûres et en excellent état sanitaire. Elle sont déposées dans des caissettes de bois fruitier et mises à passeriller pour environ un mois et demi, puis pressurées  et fermentées.
    Élevage : 18 mois en barriques de plusieurs vins.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,5 %/vol
    Acidité totale :  ‰
    Extraits secs :   g/L
    pH :
    Sucres résiduels :   g/L
    Acidité volatile :  ‰

     Ce vin présente une robe splendide, grenat profonde. Le nez du vin est intense, sur les fruits rouges et noirs avec une très légère touche empyreumatique. En bouche, on découvre un vin avec beaucoup d’étoffe, de corps et de concentration. Les tannins sont subtils, le milieu de bouche savoureux avec une foule d’arômes complexes d’où percent également les épices douces. C’est vraiment équilibré et tout comme pour un Amarone della Valpolicella, il y a de la fraîcheur aromatique et une grande souplesse.
    C’est un produit de forte identité, qui ressemble surtout à lui-même et que je vous engage à découvrir pour une occasion exceptionnelle.

    argione2010_back

     

    grappe_cabernetsauvignon
    Une grappe de Cabernet-Sauvignon

     

     

     

     

     

     

     

    grappe_cabernet franc
    Une grappe de Cabernet Franc

     

    Jean-François Ragot avec la famille Maule (Graziano, notre brillant vinificateur, sa charmante fille Valentina et la grand-mère de 90 ans en parfaite condition, grâce à un verre de Recioto…) le 14 avril 2017.

  • Brachetto Piemonte DOCG 2016 Domaine Rovero (0,75L) – PIEMONT

    Ce vin est élaboré en agriculture biologique à partir de 100% du cépage rouge Brachetto d’Acqui.

    Ce cépage serait un autochtone qui a donné bien des maux de tête aux ampélographes… d’aucun ont cherché à le rapprocher du Bracquet originaire du comté de Nice. Il semble qu’il n’y ait pas de parenté démontrée entre les deux cépages.
    Le Brachetto piémontais donne des vins rouges à la couleur rubis assez légère.

    Il est idéal pour la consommation l’été en apéritif. Sa fraîcheur aromatique et son taux d’alcool très limité en font une boisson plus conforme aux règles actuelles de la conduite automobile…

    Grâce à une méthode de vinification proche de celle du Moscato d’Asti, on produit un vin rouge pétillant doux aux délicats arômes de rose. L’excellente acidité naturelle du cépage donne à ce vin beaucoup de vivacité.

    Aussitôt les raisins vendangés avec soin au mois de septembre, ils sont mis à macérer à basse température durant 7 jours. Les raisins sont ensuite doucement pressurés, le moût est décanté et filtré immédiatement. Le moût ainsi obtenu est introduit pour la fermentation en cuves inox fermées (autoclave) à la température contrôlée d’environ 15°C et ensemencé en levures. Lorsque le taux d’alcool désiré est atteint (environ 6,5%) on refroidit pour arrêter les fermentations et conserver ainsi la quantité de sucre naturel souhaitée, ainsi que le gaz carbonique produit par la fermentation.

    Le millésime 2016, mis en bouteille à la fin de l’année a bénéficié d’excellentes conditions climatologiques avec des conditions sanitaires parfaites. Une année que l’on aimerait voir se reproduire régulièrement.

    Une grappe de Brachetto d'Acqui.
    Une grappe de Brachetto d’Acqui.

    BrachettoÉléments analytiques :
    Alcool acquis : 6,5  %/vol
    Sucres résiduels : environ 125 g/L
    Acidité totale :   ‰
    Extraits secs :   g/L
    SO2 total :   mg/L
    Pression interne CO2 : 1,8 bar

    rovero
    Enrico Rovero et Jean-François Ragot, au domaine, le 21 mai 2016.

  • Buitenverwachting 2014 « 1769 » Noble Late Harvest (W.O Constantia) (0.50L)

    Trois domaines formant le terroir historique de Constantia au Cap de Bonne Espérance, peuvent actuellement revendiquer la continuité historique du cru depuis la fin du XVIIème siècle. Il n’est pas impossible, qu’un jour prochain, le domaine Steenberg, appartenant au domaine d’origine de 1685, produise lui aussi ce vin mythique et légendaire.

    Le domaine de Klein Constantia a été le premier à ressusciter le mythique et légendaire vin des XVIIIème et XIXème siècle et ceci à partir de 1987 avec le « Vin de Constance » (marque déposée).

    Il a été suivi en 2005 par le domaine de Groot Constantia, source originelle du Constantia moelleux à partir de la première moitié du 18ème siècle. On parle alors de « Grand Constance ». Ce vin est réapparu au domaine avec le millésime 2005.

    Le troisième domaine Buitenverwachting, contigu à Klein Constantia a, quant à lui, par les soins de l’œnologue Hermann Kirchbaum et de son propriétaire Lars Maack, procédé à la « résurrection » du mythique Constantia Moelleux avec le millésime 2007, sous le nom de « 1769 », évoquant ainsi la création du domaine.

    Après un premier essai avec le millésime 2006 (en très petite quantité), le millésime 2007 signe le véritable acte de naissance de ce Constantia moelleux qui présente toutes les caractéristiques hors-normes de ce terroir mythique et légendaire.

    Nous avons distribué les millésimes 2007, 2010 et 2013 qui ont eu un grand succès sur le marché français.

    Pour les amateurs de Vin de Constantia, c’est une vraie surprise de découvrir ce nectar à la robe dorée, aux senteurs complexes de thym et de lavande, à la bouche puissante et raffinée, marquée par l’abricot sec et l’amande, riche de nuances empyreumatiques et terpéniques nobles.
    Ce millésime 2014 est une splendide réussite. La quantité disponible est hélas réduite. Le vin offre actuellement un excellent rapport qualité/prix. Ce n’est pas certain que ça dure encore très longtemps… Profitez-en !

    Éléments analytiques :
    Alcool : 13,10 %/vol
    Sucres résiduels : 140 g/L
    Extraits secs : 56,90 g/L
    Acidité totale : 8,1 g/L
    pH : 3,20


  • Vin de Constance 2013 Domaine Klein Constantia (W.O Constantia) (0.50L)

    La saison hivernale a été plus longue qu’à l’accoutumée, suivie par un printemps frais. Le débourrage de la vigne a été retardé d’environ deux semaines. Des conditions idéales ont ensuite prévalues avec une chaleur raisonnable et des nuits assez fraîches. Ces conditions ont amené une maturité parfaite du cépage Muscat à Petits Grains et d’excellentes conditions de passerillage des grains.

    Informations sur la vinification
    Après la vendange de grappes passerillées, les raisins sont laissés à macérer sur leur peau pour plusieurs jours afin de les ramollir et de favoriser par conséquence l’obtention du jus au pressage. Le nectar ainsi récupéré est mis en fermentation dans des cuves inox et dans des tonneaux de 500 L.
    La durée d’élevage avant mise en bouteille fût de 3 années pour le millésime 2013, le vin restant sur ses lies grosses.
    60% en tonneaux de chêne français et le reste se partageant entre tonneaux de chêne hongrois et d’acacia français.

    Éléments analytiques :
    – Alcool : 13,7 %/vol
    – Acidité totale : 6,6 ‰
    – Sucres résiduels : environ 172 g/L
    – pH : 3,7

    Robe dorée, profonde avec nuances ambrées. Au premier nez, des notes d’ananas frais avec une touche vanillée et d’amandes grillées. On peut rajouter des senteurs capiteuses où se mêlent la mandarine, la citronnelle et la mangue.
    La bouche est élégante, structurée, avec des saveurs de mangue et d’ananas très mûrs. Sa grande richesse en sucres résiduels allie la complexité à la puissance.

    Vin disponible en petite quantité sur demande.

    Plus d’infos sur les Vins historiques de Constantia.

    Dionis possède un vrai trésor œnologique avec une collection de vieux millésimes de 1987 à 2007.


  • Gemischter Satz Freistadt Rust 2016 (Vin Blanc sec) (0,75 L) Bruno Landauer – Burgenland/AUTRICHE

    Ce remarquable vin blanc sec « Gemischter Satz » véritable témoin de la culture pannonienne classique (Autriche Hongrie) est issu d’un tout petit « vignoble-jardin », dans lequel Bruno a regroupé les cépages blancs les plus caractéristiques de la culture pannonienne.
    Il est issu d’un assemblage des cépages Furmint, Harslevelu, Ezerjo, Leanyka, auxquels s’ajoutent un soupçon de Muskateler et de Gewürztraminer.

    Les raisins ont été vendangés ensemble à la mi-septembre, pressurés ensemble et vinifiés ensemble, d’où le nom de Gemischter Satz qui signifie à peu près « assemblage de cépages ».

    Le millésime 2016 nous offre une très bonne synthèse de belle maturité et d’une excellente acidité.
    Il est à noter que Rust comme beaucoup de régions de l’Europe centrale (mais pas la région de Tokaj) ont été frappées par des gels de fin de printemps (fin du mois d’avril) qui ont considérablement réduit la production (-40%) mais en revanche potentialisé encore un peu plus la qualité.

    C’est un vin délicieux, complexe, typé, très sec (2,4 g de sucres résiduels par litre) et une splendide acidité de 8,5‰, au taux d’alcool de 12%.

    J’ai eu le plaisir de rapporter moi-même à Bruno, de la région de Tokaj, les 200 pieds de vigne Harslevelu, en avril 2011.


  • Hallgartener Jungfer Riesling Auslese 2015 (0.75L) Winzer Hallgarten (vin de vendanges tardives, moelleux)

    Je suis particulièrement content de ce splendide Riesling moelleux de vendanges tardives. Ce type de vin devient de plus en plus rare avec le réchauffement climatique, les raisins étant moins sensibles à la pénétration du botrytis cinéréa ou pourriture noble.
    En 2015, nous avons fait « des pieds et des mains » pour que le domaine attende la production d’un potentiel vin moelleux. La quantité produite, vendangée le 4 novembre 2015 a été très faible, de l’ordre de 450 litres.

    Nous avons fait notre ce vin qui a été embouteillé spécifiquement pour nous pour un quantité de 600 grandes bouteilles de 0,75L. Ce n’est certes pas beaucoup, mais quelle magnifique qualité !
    Depuis 2005, c’est le cinquième vin produit de ce type, soit une fois tous les trois ans.

    Cette belle vendange tardive de Riesling provient de l’excellent cru Jungfer (Jungfer est un diminutif de Jungfrau, signifiant la Madone).

    Ce cru est situé en plein cœur du Rheingau (voir carte ci-dessous).

    Le vin présente une robe jaune citron très brillante, du volume en bouche avec un délicat fruité laissant déjà percer la minéralité. Jolie finale sur les agrumes frais.

    Évolution prévisible favorable sur une dizaine d’années.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 11 %/vol
    Sucres résiduels :60,7 g/L
    Acidité totale : 8,2 ‰

    Le vignoble du cru Jungfer à Hallgarten (Rheingau/Allemagne), le 2 novembre 2015. Vue des raisins Riesling destinés à élaborer une vendange tardive de niveau Auslese, deux jours avant la vendange.
    Le vignoble du cru Jungfer à Hallgarten (Rheingau/Allemagne), le 2 novembre 2015. Vue des raisins Riesling destinés à élaborer une vendange tardive de niveau Auslese, deux jours avant la vendange.
    Le vignoble du cru Jungfer à Hallgarten (Rheingau/Allemagne), le 2 novembre 2015. Vue des raisins Riesling destinés à élaborer une vendange tardive de niveau Auslese, deux jours avant la vendange.
    Le vignoble du cru Jungfer à Hallgarten (Rheingau/Allemagne), le 2 novembre 2015. Vue des raisins Riesling destinés à élaborer une vendange tardive de niveau Auslese, deux jours avant la vendange.

  • Chianti DOCG 2015 Renzo Masi (Toscane)

    Ce vin a été vinifié à partir de la remarquable et très qualitative récolte 2015.

    Il est issu à 95% du cépage autochtone Sangiovese Grosso et 5% du cépage Colorino. Les raisins proviennent majoritairement de la zone de Rufina, mais pas uniquement.

    La vinification est très classique à partir des raisins égrappés et d’une macération d’environ dix jours.
    C’est un excellent travail du vinificateur Paolo Masi.

    Le millésime 2015 bénéficie d’une robe grenat particulièrement intense. Le bouquet laisse apparaitre un joli fruit noir avec des nuances florales.
    En bouche, le vin est consistant, bien structuré, avec des tannins souples et harmonieux.

    Vin d’un excellent rapport qualité/prix.


  • Hallgartener Hendelberg Riesling Auslese 2013 (0.75L) Winzer Hallgarten (vin de vendanges tardives, moelleux)

    Posté dans par admin

    Belle vendange tardive en provenance du cru Hendelberg,  situé au Nord du village d’Hallgarten, près de l’ancienne abbaye cistercienne de Kloster Eberbach, au cœur du Rheingau.
    La cave a produit sur le millésime 2013 une vendange tardive à partir du cru Hendelberg, ce qui est rare, mais la remarquable qualité des raisins justifiait ce choix.
    Le millésime 2013, de maturité particulièrement tardive dans toute l’Europe, a permis d’élaborer des vins dotés d’une belle fraîcheur aromatique.

    La robe or clair est brillante. Une délicate matière en bouche laisse deviner le développement progressif de la minéralité du vin, gage d’un excellent terroir. Le niveau de douceur,  (Feinherb) avec 30 G de sucres résiduels le situe plus du côté des « demi-doux » que des liquoreux. La longueur du vin est tout à fait remarquable.

    Belle bouteille d’évolution prévisible, favorable, sur une dizaine d’années.
    Vin à boire pour lui-même.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12 %/vol
    Sucres résiduels : 30,4 g/L
    Acidité totale : 8,2 ‰


  • W-V-Erbach 2015 Erbacher Michelmark Spätlese Trocken Riesling Qualitätswein mit Prädikat (Rheingau) (0,75L)

    Le village vigneron d’Erbach est situé au cœur du Rheingau, là où sont produits quelques uns des plus fameux Riesling historiques allemands.

    Mes débuts dans le vin sont très liés à Erbach et au Rheingau. En octobre et novembre 1972, j’ai passé quelques semaines dans le domaine du baron Eberhard Ritter und Edler Von Ötinger. Je me suis initié alors à ces grands vins qui portent le cépage Riesling à un niveau de qualité incomparable. Je garde un souvenir ému de celui qui a été mon initiateur aux grands Riesling allemands.J’ai participé pour la première fois à toutes les activités liées à la vendange et à la vinification du vin. Il m’a également permis de participer au mois de novembre 1972 à la grande vente aux enchères des vins du domaine d’état Eberbach Kloster. Pour un jeune homme de 23 ans, cette extraordinaire dégustation d’une centaine de grands crus sur un demi-siècle, est demeurée inoubliable. Eberhard nous a quitté en 1995 à l’âge de 79 ans.

    Je connais la cave W-V-Erbach depuis le début des années 80 et j’ai pu suivre avec émerveillement la progression qualitative des vins au cours de ces trente dernières années.
    Les surfaces cultivées sont de 32 Ha sur les communes de Erbach et de Kiedrich.

    Les principaux crus représentés sont les suivants :
    – Erbacher Michelmark
    – Erbacher Steinmorgen
    – Erbacher Honigberg
    – Rauenthaler Steinmächer
    – Kiedricher Klosterberg
    – Kiedricher Sandgrub.

    Il s’agit à 92% de Riesling, auxquels s’ajoutent 5% de Pinot Noir (Spätburgunder), un peu de Pinot Gris, de Pinot Blanc et de Saint Laurent.

    On devine immédiatement que l’on a affaire à un excellent terroir sur un grand millésime. Dans ces région d’Europe et sur le cépage Riesling, la grande maturité se conjugue presque toujours avec une splendide acidité.

    Au nez, le vin laisse déjà apparaitre de fins arômes terpéniques (écorces d’agrumes). En bouche, il frappe par sa densité, sa fermeté d’acier et une acidité revigorante.
    Ce vin est encore actuellement (mars 2017) dans sa prime jeunesse et il conviendra de l’attendre un peu (deux à trois ans) pour commencer à jouir de toutes ses qualités.
    Il évoluera favorablement sur une dizaine d’années.

    Éléments analytiques :
    Sucres résiduels : 7,9 g/l
    Acidité fixe : 7,8 ‰
    Alcool : 12,5 %

    Cliquez pour agrandir