• Archives de la Catégorie Archives (par date de publication)
  • Archives des produits épuisés.

  • Vin de Constance 1999 Domaine Klein Constantia (W.O Constantia) (0.50L)

    VIN DE CONSTANCE 1999 Domaine Klein Constantia

    Ce millésime a donné le plus riche en sucres résiduels de tous les vins depuis la « résurrection » du vin de Constance en 1987. Un peu plus fermé que les autres millésimes au départ, il commence à s’ouvrir doucement à partir de 2010 et devrait évoluer favorablement sur plusieurs décades.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 14,54% vol
    Sucres résiduels : 180 g/L
    Acidité totale : 8,6 g ‰
    pH : 3,69

    Plus d’infos sur les Vins historiques de Constantia.

    Dionis possède un vrai trésor oenologique avec une collection de vieux millésimes de 1987 à 2007.


  • Vin de Constance 1989

    KleinC-1989Domaine Klein Constantia (W.O Constantia) (0.50L)

    Troisième millésime du Constantia historique produit par le domaine, c’est un des plus élevé en alcool acquis avec 15,5 %/vol et environ 70 grammes de sucres résiduels. Son équilibre, tout à fait intéressant mais éloigné de la vision d’Adam Mason, est caractéristique de la période du regretté Ross Gower († mars 2010).

    Quantité produite : 72 Hl

    Plus d’infos sur les Vins historiques de Constantia.

    Dionis possède un vrai trésor oenologique avec une collection de vieux millésimes de 1987 à 2007.


  • ÉPUISÉ – Ruster Spätlese Gewürztraminer 2014 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    Rust-gewurzt-spat2014Éléments analytiques :
    – Richesse du moult à la vendange : 23° KMW (23 % de sucres en masse volumique)
    – Alcool : 11,4 %/vol
    – Sucres résiduels : 47 g/L
    – Extraits secs : 51 g/L
    – Acidité fixe : 7,4 ‰

    Ce millésime 2014 a connu des conditions climatiques inhabituelles avec un été assez chaud mais marqué au mois d’août par de nombreuses précipitations. Il a été compliqué de déterminer le meilleur moment pour la vendange, eu égard au développement du botrytis cinéréa. La maturité a été relativement tardive. La vendange est intervenue en deuxième quinzaine d’octobre avec des raisins particulièrement marqués par la pourriture noble.
    Le rendement a été catastrophique, environ six fois inférieur à la normale ! ! ! La production totale a été de 1000 litres, contre environ 6000 litres  habituellement.

    Ce vin, atypique comparé aux précédents millésimes,  présente une robe or très brillante avec beaucoup de densité. Le nez est intense et complexe. En bouche, nous sommes frappés par la concentration de ce nectar. Ce n’est pas une surprise, si on se réfère à sa richesse en extrait secs réduits (51 g/L) contre habituellement environ 25 g/L.
    L’équilibre du vin est porté par une belle acidité (7,4 ‰), également à un niveau inhabituel pour ce cépage. La bouche nous offre de beaux arômes de fruits exotiques avec une excellente longueur.

    En conclusion, cette vendange tardive 2014 est à découvrir absolument, car il semble improbable de le reproduire d’ici longtemps.

     


  • ÉPUISÉ – Ruster Spätlese Gewürztraminer 2013 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    Rust-gewurzt-spat2012Éléments analytiques :
    – Richesse du moult à la vendange : 21° KMW (21 % de sucres en masse volumique)
    – Alcool : 10,3 %/vol
    – Sucres résiduels : 67 g/L
    – Acidité fixe : 5,6 ‰.

    Ce millésime 2013 a connu des conditions climatiques « normales » avec un printemps frais et un été assez chaud. La maturité a été plus tardive que d’habitude. Il a été vendangé le 5 octobre 2013 avec des raisins en sur-maturité, parfaitement sains.
    La régularité qualitative que nous offre Bruno, année après année, est tout à fait remarquable et ce 2013 confirme la règle.
    Le vin présente une belle attaque sur le fruit exotique et la fraîcheur aromatique. On retrouve ici finesse et équilibre, grâce à une acidité suffisante.

    C’est tout à fait délicieux avec une application particulière pour l’apéritif.
    Très bon rapport Qualité / Prix.


  • ÉPUISÉ – Langhe Rosso Rucat DOC 2011 (0,75L) Azienda Agricola Rocca (Piemont)

    langhe-rucat2011L’appellation Langhe a été créé en 1994 dans cette région collinaire du Piémont qui regroupe les plus belles appellations de la zone viticole. Elle permet aux vignerons d’utiliser de très nombreux cépages en assemblage, ce qui permet aux plus talentueux d’entre eux, de concevoir des vins vraiment très intéressants.

    Le Langhe Rosso Rucat 2011 de Giovani Rocca en est un bon exemple élaboré, grâce à l’assemblage judicieux de quatre cépages autochtones :

    Nebiolo : 25%
    Barbera : 30 %
    Dolcetto : 35 %
    Freisa : 10%

    Provenant du grand et riche millésime 2011, ce vin nous présente une robe grenat profonde, un nez intense où s’exprime à merveille le fruit noir bien mûr. Grâce à cet assemblage, le vin nous offre une très bonne complexité aromatique qui s’exprime par une bouche concentrée et des tanins bien fondus.

    C’est un excellent vin d’automne et d’hiver pour accompagner des viandes rouges ou des gibiers à poils.


  • ÉPUISÉ – Zeni Amarone Della Valpolicella Classico DOCG 2011 (0,75L)

    amarone_classico_valpolicellaLa zone viticole de la Valpolicella, une des plus connue d’Italie s’étend sur les collines situées au nord de la ville historique de Vérone. La zone historique est la zone Classico autour de San Pietro, Fumane et Negrar. Les vignobles sont situées à une altitude variant de 150 à 450 m d’altitude. En 1968, la zone de la Valpolicella a multiplié sa surface par trois en intégrant les zones de la vallée de l’Adige, producteurs de souvent bien tristes « bibines »…
    Le terroir est constitué de terre rouge et brune, des marnes calcaires et de basalte.
    L’encépagement traditionnel est presque exclusivement réalisé à partir des cépages autochtones Corvina, Corvinone, Rondinella et Molinara auxquels s’ajoutent parfois un peu de Sangiovese et de Barbera, eux-mêmes autochtones, mais respectivement de la Toscane et du Piémont.

    Technique de l’Amarone

    Le secret de ce vin hors normes réside dans le passerillage (séchage sur lits de paille ou claies) des raisins autochtones de la région.

    La grappe parfaitement saine et mûre à la récolte ne doit souffrir d’aucun défaut. La moindre détérioration au cours du passerillage entraîne son élimination. La durée du processus est d’au moins trois mois avec une perte de volume de 50% à 75%. Il est à noter que des Amarone à « petits prix » sont élaborés grâce à un séchage des raisins en 3 jours dans des étuves munies de ventilateurs…(No comment !)
    Au cours du processus de passerillage, on obtient, bien sûr, une concentration des extraits secs, des sucres et de l’acidité.

    Les raisins (Corvina 60% – Rondinella 30% – Molinara 10%) ont été récoltés manuellement à pleine maturité à la fin du mois de septembre 2011
    Après une durée de passerillage d’environ trois mois dans des caissettes de bois fruitiers à claire-voie, les raisins ont été pressurés au mois de décembre 2011.
    Macération de 3 à 4 semaines avec fermentation alcoolique des moûts en cuves inox.
    Fermentation malolactique en foudres.
    Élevage de 2 ans en foudres de 50 hectos.
    Date d’embouteillage : mars 2014.

    Durée de conservation prévisible  : 20 ans minimum.

    Le vin présente une robe rubis profond avec une petite trace d’évolution. Au nez, c’est ce que j’appelle le « grand bouquet classique » de l’Amarone : c’est à la fois une synthèse entre une fraîcheur aromatique évoquant les fruits noirs très mûrs et un côté floral, sur la rose , les épices douces, le tabac blond, avec une petite nuance balsamique.

    En dépit de sa puissance alcoolique élevée, ce vin développe une palette aromatique toute en séduction, sans aucune violence, ce qui pourrait le rendre redoutable entre des mains inexpérimentées…

    Le millésime 2011 est plutôt un millésime de type « solaire » comme 2009 et 2003 mais il garde toute sa fraîcheur aromatique.

    Éléments analytiques :
    Alcool acquis :   %/vol
    Acidité totale :   ‰
    Sucres résiduels :   g/L
    pH :
    Acidité volatile :   ‰

    Ci-dessous, quelques images de la zone de la Valpolicella Classico, des grappes des principaux raisins autochtones et du mode de passerillage des raisins.


  • ÉPUISÉ – Les vins de l’appellation Collio : Friulano DOC Collio 2013 Domaine Draga (0,75L)

    Posté dans par admin

    Cette région situé au nord-est de Venise borde les frontières de la Slovénie et de la Croatie.
    Bénéficiant d’un climat contrasté, les vins blancs profitent d’une atmosphère en perpétuel mouvement entre les fraîches influences alpines et celles méditerranéennes de la mer Adriatique. Ces fortes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit sont extrêmement favorables à la formation de beaux arômes frais et fruités obtenus grâce à la conservation d’une acidité suffisante.

    Draga-FriulanoL’histoire du cépage Friulano ressemble un peu à celle du « Tokay d’Alsace », alias Pinot Gris. Comme plus personne ne l’ignore, la mention « Tokay d’Alsace » a été interdite afin de respecter l’appellation Tokay ou Tokaji de Hongrie. C’est ainsi que le « Tokay d’Alsace » est redevenu tout simplement ce qu’il était : un Pinot Gris…

    Le Friulano s’est appelé jusqu’en 2007 Tocai Friulano. Il lui est arrivé la même mésaventure que le « Tokay d’Alsace »  et il a été décidé de conserver finalement la mention Friulano afin de respecter les règles sur les appellations en Europe et ne pas porter ombrage au Tokaji hongrois.

    On peut dire au passage que les organisations viti-vinicoles hongroises ont bien fait leur boulot…

    Le cépage Friulano, comme son nom l’indique est très majoritairement cultivé dans le Frioul où il est vinifié en mono-cépage, mais il est également utilisé comme cépage complémentaire dans une grande partie de la Vénétie.
    Il existe une parenté avec le Sauvignon, notamment un cousin de ce dernier dénommé Sauvignon Vert.

    Le millésime 2013 du domaine Draga est un vin plutôt corpulent et charnu.
    Alcool : 13,4%/vol
    Sa vinification en cuves inox met en valeur son fruité (pomme, poire). Une acidité naturelle suffisante lui apporte une jolie fraîcheur aromatique. Il n’est pas dénué d’une certaine élégance et de complexité.
    C’est un vin plaisir à boire dans les 2 ans.

    friulano


  • ÉPUISÉ – Les vins de l’appellation Collio : Ribolla Gialla DOC Collio 2013 Domaine Draga (0,75L)

    Posté dans par admin

    Cette région situé au nord-est de Venise borde les frontières de la Slovénie et de la Croatie.
    Bénéficiant d’un climat contrasté, les vins blancs profitent d’une atmosphère en perpétuel mouvement entre les fraîches influences alpines et celles méditerranéennes de la mer Adriatique. Ces fortes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit sont extrêmement favorables à la formation de beaux arômes frais et fruités obtenus grâce à la conservation d’une acidité suffisante.

    Draga-Ribolla giallaL’origine du cépage Ribolla Gialla est probablement grecque. Nous savons que ce cépage est connu dans le Frioul, sa terre d’élection, depuis le XIIème siècle. Il est également cultivé en Slovénie.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 12,72%/vol

    Robe de couleur jaune intense à reflets verts. Nez agréablement fruité. En bouche, le vin est structuré et assez puissant, avec une petite touche tannique. La palette aromatique se rapproche de la pomme et de la poire William bien mûre. Ce vin blanc de cépage autochtone est intéressant par son originalité aromatique et sa fraîcheur aromatique grâce à une bonne acidité.

    C’est un vin plaisir à boire dans les 2 ans.

     

    Une grappe de Robolla Gialla.
    Une grappe de Robolla Gialla.

  • EPUISE – Hochheimer Hölle Riesling Kabinett Trocken 2012 (0.75L) Weingut Domdechant Werner Dr Michel (Vin blanc sec) Rheingau

    Excellent domaine historique géré par le très convivial et compétent Dr Michel. Nous nous trouvons ici à l’extrémité orientale du Rheingau pratiquement au confluent avec le Main.
    Le Dr Michel, âgé de 82 ans, est le descendant direct du « Domdechant » (doyen recteur) de la cathédrale de Mayence, propriétaire de ce vignoble à partir de 1780.
    Le domaine Domdechant Werner appartient à la prestigieuse association VDP (Verband Deutscher Prädikatsweingüter) crée en 1910 et qui regroupe les domaines adhérant aux plus hautes normes qualitatives.

    Ce Riesling Kabinett de haute maturité présente toutes les caractéristiques de ce que l’on attend d’un grand vin blanc sec de cette région : fraicheur aromatique, minéralité, acidité fine. Le millésime 2012 a bénéficié naturellement de rendements modérés.

    Durée de conservation : au moins une dizaine d’années.

    Excellent en apéritif ou pour accompagner un plat de poisson.

    Éléments analytiques :
    Alcool : %/vol
    Extraits secs :  g/L
    Acidité totale :  ‰

    Cliquez sur la carte pour agrandir


  • ÉPUISÉ – Barbera d’Alba DOP Cru Pian Romualdo 2013 (0,75L) Domaine Giovani Rocca

    barbera
    Grappe de Barbera

    Le Barbera est un très vieux cépage, probablement originaire du Piémont et connu là-bas depuis au moins huit siècles.
    Ce cépage a été replanté massivement à la fin du XIXème siècle après la crise phylloxérique car présentant une adaptation remarquable aux terroirs et aux climats chauds.

    En dehors de ses terroirs de prédilection piémontais, le Barbera est utilisé en assemblage en Emilie-Romagne et en Lombardie.
    Il a depuis une vingtaine d’années, grâce à son aptitude à supporter les climats chauds, connu un important développement dans le sud de l’Italie. L’ensemble des surface cultivées est de l’ordre de 50 000 Ha.
    Il est à noter que ce cépage a connu également un développement remarquable aux États-Unis et en Amérique du Sud.

    Jusqu’à la fin des années 80, il produisait dans le Piémont des vins de masse au caractère ordinaire, mais jamais dépourvus de couleur et de fruité.
    Il faut attendre le début des années 90 pour voir enfin se développer des modes de culture et des techniques de caves dignes de ce nom.

    On a vu alors apparaitre des vins formidables, denses et aromatiques à partir des deux appellations (DOP) Barbera d’Asti et surtout Barbera d’Alba. La climatologie du Piémont est superbement adaptée grâce à des étés chauds et des hivers rigoureux, à une maturité lente et optimale du cépage.

    appellationbarberadalba
    Cliquez sur la carte pour l’agrandir

    Le Barbera d’Alba DOP (cépage Barbera 100%)

    Le Barbera d’Alba est uniquement produit dans la province de Cuneo (Piémont) sur une surface d’environ 2 600 Ha. Ses terroirs se partagent avec ceux de l’appellation Barolo et Barbaresco.

    Le millésime 2013 en provenance du cru Pian Romualdo nous offre une parfaite synthèse d’un vin à la robe rubis grenat, au bouquet puissant de fruits rouges et noirs bien mûrs et à la bouche veloutée mais à la fraicheur aromatique émoustillante, caractéristique de ce millésime tardif.
    C’est un parfait vin d’accompagnement de viandes rouges et viandes en sauce.
    On peut estimer sa durée de garde totale à au moins 7 ou 8 années.


  • ÉPUISÉ-Ruster Spätlese Gewürztraminer 2012 « Vendange tardive » Domaine Landauer (0.75L)

    Rust-gewurzt-spat2012Éléments analytiques :
    – Richesse du moult à la vendange : 21,5°KMW (21,5 % de sucres en masse volumique)
    – Alcool : 10,2 %/vol
    – Sucres résiduels : 76,9 g/L
    – Acidité fixe : 5,5 ‰.

    Ce millésime 2012 a connu des conditions climatiques « normales » avec un été chaud. Il a été vendangé fin septembre avec des raisins en sur-maturité, parfaitement sains.
    La régularité qualitative que nous offre Bruno, année après année, est tout à fait remarquable et ce 2012 confirme la règle.
    Le vin présente une belle attaque sur le fruit exotique et la fraîcheur aromatique. On retrouve ici finesse et équilibre, grâce à une acidité suffisante. Aujourd’hui, on parlerait dans le jargon œnologique de la dégustation de tension !

    C’est tout à fait délicieux avec une application particulière pour l’apéritif.
    Très bon rapport Qualité / Prix.


  • ÉPUISÉ – Trabener Würzgarten Trockenbeerenauslese Riesling 2011 (0,375L) Weingut Trossen « Quintessence »

    trockenbeerenaus2011Nous touchons avec ce type de vin un certain absolu, avec des liquoreux d’une concentration extraordinaire. Ce nectar ou plutôt cette quintessence, véritable âme du cépage riesling, a été vendangé le 20 novembre 2011, pour une quantité de 50 litres environ…

    Le Riesling est LE CÉPAGE idéal à tous les niveaux pour produire dans de très rares occasions ce type de vin. Le pays idoine est sans contestation possible l’Allemagne. La région la plus appropriée est avec le Rheingau, la Moselle Centrale. C’est dans ces deux régions d’Allemagne que l’on produit les quintessences de grains nobles les plus exceptionnelles, en quantités ridiculement faibles et une fois ou deux par décade. Ces vins appartiennent à la catégorie des liquoreux les plus onéreux au monde.
    Nous avons réussi par privilège exceptionnel, à obtenir quelques bouteilles de ce divin breuvage.

    Éléments analytiques :
    Alcool : 6% vol
    Sucres résiduels : 395 g/L
    Acidité fixe : 9,4‰

    La bouche de ce vin, encore très fermé et qui mettra de longues années à s’épanouir, est un véritable feu d’artifice aromatique, allant de l’abricot à l’agrume, soutenu par une remarquable acidité. La rétro-olfaction est impressionnante et la longueur du vin sans fin…
    Sa durée de vie est pratiquement illimitée, à charge pour l’amateur patient de changer le bouchon tous les 25 ans…


  • ÉPUISÉ – Tokaji Aszu 3 Puttonyos 2008 Château de Sárospatak (0.50L)

    tokaji aszu 3 puttonyos 2008Nous avons rentré le premier lot de ce vin au mois de novembre 2013.
    2008 est un excellent millésime tardif, la plupart des grains aszu ayant été vendangés sur le mois de novembre.

    Cliquez pour un compte rendu de la vendange 2008 à Tokaj, avec vidéos à l’appui.

    Le millésime 2008 est considéré comme assez généreux quant aux quantités produites, avec des vins présentant un taux de sucres élevé et une excellente acidité, ce qui, hélas, n’est plus toujours le cas avec le réchauffement climatique.
    Élevé en barriques hongroises de 3, 4 et 5 ans durant 24 mois, ce Tokaji présente une robe claire et brillante, sans traces d’oxydation. Le nez et la bouche sont particulièrement harmonieux avec une subtilité aromatique et un équilibre qui sont ceux des grandes années.

    Éléments analytiques :
    Alcool :  12,76 %/ vol
    Sucres résiduels : 77  grammes par litre
    Acidité totale  : 7,6  ‰
    pH : 3,32


  • ÉPUISÉ – Chianti Rufina DOCG 2010 Fattoria di Basciano (0,75L)

    Posté dans par admin

    CHIANTI RUFINA DOCG 2006

    Un petit mot tout d’abord sur le Chianti, vin universellement connu et tellement galvaudé…

    La zone d’appellation Chianti est considérable, la production atteint en moyenne un million d’hectolitres par an pour 16800 hectares en production. (à titre de comparaison, la surface totale du Beaujolais est de 22 000 ha pour une production de 1.2 millions d’hectolitres).

    La zone d’appellation Chianti se situe au cœur de la Toscane, au sud et à l’est de Florence. L’aire DOCG se divise en huit zones géographiques distinctes, qui peuvent accoler leur nom au vin :
    – Chianti Classico (qui possède son propre statut DOCG, délimité à partir de 1716)
    – Chianti Montalbano
    – Chianti Rufina, (rien à voir avec Rufino, qui est une marque commerciale)
    – Chianti Colli Fiorentini
    – Chianti Montespertoli
    – Chianti Colli Senesi
    – Chianti, Colli Aretini
    – Chianti Colline Pisane

    Certains Chiantis peuvent également être étiquetés sans autre information particulière, mais il vaut mieux être prudent…
    Sous la dénomination Chianti, se dissimulent une variété considérable de terroirs, de cépages et par conséquent de vins, qui vont de l’exceptionnel au véritablement infâme…
    Ayant toujours beaucoup fréquenté l’Italie et ceci depuis mon enfance, j’ai le souvenir de « fiascos » de deux litres laissant au malheureux buveur un souvenir impérissable… ce temps est heureusement révolu .
    Le principal cépage est l’excellent Sangiovese, que l’on retrouve un peu partout dans toute l’Italie Centrale. Il peut être utilisé seul, mais le plus souvent en association avec le Canaiolo nero, le Trebbiano toscano et la Malvasia Nera pour ne citer que les principaux. De plus, on peut adjoindre jusqu’à 15% de Merlot ou de Cabernet-sauvignon à l’assemblage final.

    La zone des Chianti Rufina quant à elle, a une tradition de qualité très ancienne et le niveau peut être excellent. Elle s’étend sur des collines à l’Est de Florence. Les vignes peuvent être assez élevées, plantées sur un terroir formé de remarquables marnes calcaires que l’on appelle localement « galestro ».
    Grâce à une bonne acidité, les vins conservent longtemps fraîcheur et finesse.

     

    Composée de 93% de Sangiovese, 5% de Canaiolo et de 2% de Colorino , la vendange a macérée environ 15 jours en cuves ouvertes. Affinage pour une partie des vins, en barrique durant six mois.

    Robe rubis, profonde et dense, presque grenat. Le nez est puissant, un peu sauvage, avec une belle fraîcheur où l’on distingue les fruits rouges et noirs, ainsi que la violette. En bouche, le vin est structuré, tannique, aromatique et harmonieux.
    L’année 2010, à la climatologie un peu capricieuse, nous a donné un vin moins solaire qui devrait se conserver de nombreuses années sans problème.

    Ce n’est pas un vin marketing comme tant de Chiantis « bordeaulisés » au Cabernet sauvignon et au Merlot à la mode Parker…
    C’est un produit qui respecte la culture originelle de sa région de production.


  • ÉPUISÉ – Zeni Amarone Della Valpolicella Classico DOCG 2010 (0,75L)

    Posté dans par admin

    amarone_classico_valpolicellaLa zone viticole de la Valpolicella, une des plus connue d’Italie s’étend sur les collines situées au nord de la ville historique de Vérone. La zone historique est la zone Classico autour de San Pietro, Fumane et Negrar. Les vignobles sont situées à une altitude variant de 150 à 450 m d’altitude. En 1968, la zone de la Valpolicella a multiplié sa surface par trois en intégrant les zones de la vallée de l’Adige, producteurs de souvent bien tristes « bibines »…
    Le terroir est constitué de terre rouge et brune, des marnes calcaires et de basalte.
    L’encépagement traditionnel est presque exclusivement réalisé à partir des cépages autochtones Corvina, Corvinone, Rondinella et Molinara auxquels s’ajoutent parfois un peu de Sangiovese et de Barbera, eux-mêmes autochtones, mais respectivement de la Toscane et du Piémont.

    Technique de l’Amarone

    Le secret de ce vin hors normes réside dans le passerillage (séchage sur lits de paille ou claies) des raisins autochtones de la région.

    La grappe parfaitement saine et mûre à la récolte ne doit souffrir d’aucun défaut. La moindre détérioration au cours du passerillage entraîne son élimination. La durée du processus est d’au moins trois mois avec une perte de volume de 50% à 75%. Il est à noter que des Amarone à « petits prix » sont élaborés grâce à un séchage des raisins en 3 jours dans des étuves munies de ventilateurs…(No comment !)
    Au cours du processus de passerillage, on obtient, bien sûr, une concentration des extraits secs, des sucres et de l’acidité.

    Les raisins (Corvina 60% – Rondinella 30% – Molinara 10%) ont été récoltés manuellement à pleine maturité au début du mois d’octobre 2010.
    Après une durée de passerillage d’environ trois mois dans des caissettes de bois fruitiers à claire-voie, les raisins ont été pressurés au mois de janvier 2011.
    Macération de 3 à 4 semaines avec fermentation alcoolique des moûts en cuves inox.
    Fermentation malolactique en foudres.
    Élevage de 2 ans en foudres de 50 hectos.
    Date d’embouteillage : février 2013.

    Durée de conservation prévisible  : 20 ans minimum.

    Le vin présente une robe grenat profond avec très peu d’évolution. Au nez, c’est ce que j’appelle le « grand bouquet classique » de l’Amarone : c’est à la fois une synthèse entre une fraîcheur aromatique évoquant les fruits noirs très mûrs et un côté floral, sur la rose séchée, les épices douces, le tabac blond, avec une petite nuance balsamique. La finesse et la palette aromatique sont passionnantes.

    En dépit de sa puissance alcoolique élevée, ce vin développe une palette aromatique toute en séduction, sans aucune violence, ce qui pourrait le rendre redoutable entre des mains inexpérimentées…

    Le millésime 2010 me séduit pour ce type de vin beaucoup plus que certaines années « solaires » comme 2009, 2003 où les arômes avaient un côté beaucoup plus « cuits ».

    Éléments analytiques :
    Alcool acquis : 15,38 %/vol
    Acidité totale : 5,40 ‰
    Sucres résiduels : 10,23 g/L
    pH : 3,69
    Acidité volatile : 0,55 ‰

    Ci-dessous, quelques images de la zone de la Valpolicella Classico, des grappes des principaux raisins autochtones et du mode de passerillage des raisins.