Vin du Mois : Vin de paille du Burgenland autrichien

Vin du mois : Janvier 2009

« Les joyaux de la Couronne »
Spécial Vin de Paille

 

LES VINS DE PAILLE DU BURGENLAND AUTRICHIEN (STROHWEIN)

Concernant ces vins « spéciaux », il ne s’agit pas d’une tradition de cinq cent ans comme pour les Ruster Ausbruch, mais toutefois de plus d’un siècle. Le premier Strohwein recensé dans cette région date de 1891.
On étendait alors les raisins sur des lits de roseaux du fameux lac de Neusiedeln, d’où le nom de «Shilfwein » (vin de roseaux).
Dans cette région, royaume historique multiséculaire des vins liquoreux, l’élaboration des Strohwein et des Eiswein constituait une alternative aux « Ausbruch » les années où il n’y avait pas de botrytis cinéréa (pourriture noble).

Le grand intérêt œnologique de ces vins repose tout d’abord sur l’extraordinaire richesse ampélographique de la région : Cépages indigènes Neuburger, Grüner Veltliner, Welschriesling, Spätrot-Rotgipfler, Frühroter veltliner, Furmint, Sankt Laurent, Blauerzweigelt, Blaufränkisch, mais aussi tous les cépages « internationaux » sans exception.

Cet intérêt repose également sur des conditions climatiques parfaites pour une lente maturation du raisin, préservant au mieux la richesse aromatique propre au cépage, ainsi que l’acidité, gage de l’équilibre recherché.
La législation autrichienne, très restrictive, prévoit une quantité minimum de sucre de 25 KMW au pressurage (25% de sucre en masse volumique).

 Elle est la seule législation qui précise une durée minimum de séchage des raisins avant pressurage. (Trois mois sur lits de paille ou de roseaux).
Cette législation sévère exclut ainsi de facto tous les «simili» vins de paille séchés au ventilateur en chambres chaudes… (Ils sont légion, un peu partout dans le monde, y compris, hélas, en France…)

Passerillage du Furmint, avec les deux procédés classiques. Photo du 26 octobre 1997 à Rust (Burgenland - Autriche)
Aperçu des Cabernet Sauvignon 2002 en train de passeriller dans les greniers de notre ami et partenaire G-Lunzer, le 3 novembre 2002. Ces raisins sont bien entendu destinés à l'élaboration d'un rarissime vin de paille, qui fait entre autres les délices de notre ami Eric Beaumard du Georges V...

Avec notre ami et partenaire Georg Lunzer, nous avons réalisé depuis le milieu de années 90 quelques vins de paille vraiment extraordinaires et probablement uniques en leur genre. Je pense entre autres au vin de paille Cabernet Sauvignon, dont la première cuvée a vu le jour en 1997 et au vin de paille Riesling, qui n’a pu être réalisé qu’une seule fois, en 2000 .

Avec Bruno Landauer à Rust, nous avons réalisé un seul et unique vin de paille en 1997 à partir de 100% du cépage Furmint (le cépage du Tokaji). C’est donc une rareté absolue. A ma connaissance, il n’a jamais été produit de vin de paille à Rust et encore moins à partir du Furmint.

RUSTER STROHWEIN FURMINT 1997 (DOMAINE BRUNO LANDAUER)

Vendangés le 24 octobre 1997, 2900 kg de raisins ont été mis à passeriller à la fois sur lit de paille et suspendus durant 4 mois. Quantité produite: 650 litres, soit 1700 bouteilles de 0,375 l.
Richesse du moût pressuré: 26°KMW.
81 grammes de sucres résiduels par litre
12,8% alc/vol
6,8 pour mille d’acidité totale. Fermentation et élevage en cuve inox.

Vin d’une infinie délicatesse, un véritable cristal. Grande garde.

Une grappe de Furmint.

GOLSER STROHWEIN RHEINRIESLING 2000

Il y a bien longtemps que nous espérions réaliser un grand vin de paille issu à 100% du cépage Riesling.
L’historique millésime 2000 nous en a fourni l’opportunité.
Elle n’est probablement prête de se renouveler…
1950 Kg de Riesling vendangés à pleine maturité le 31 août 2000 ont été mis à « passeriller » sur lit de paille durant 5 mois et pressurés le 15 janvier 2001.
La quantité produite de cette absolue rareté est de 400 litres, soit 800 bouteilles de 0,5 L.
Les vins ont été embouteillés au mois d’août 2001.

Éléments analytiques :
35 kmw (35% de sucres en masse volumique) au moment du pressurage.
Alcool : 12,1 % vol
Sucres résiduels : 200 g/L
Acidité totale : 9,6 ‰

Robe vieil or, brillante, lumineuse à reflets verts. Le nez présente des arômes d’agrumes confits avec des notes résinées et minérales.
La bouche est très riche, avec des arômes terpéniques d’une grande persistance.
Ce vin approche lentement de son équilibre final.
Il est certainement appelé à une très longue évolution.

GOLSER STROHWEIN « Cuvée » 1997

Ce vin possède
105 grammes de sucres résiduels par litre,
une acidité de 6,5‰,
et 12,3% d’Alc/vol.

Ce vin est issu des cépages Gewürtztraminer, Muscat à petits grains, Muscat Ottonel, Neuburger et Frühroterveltliner (alias Malvoisie). Ils ont été pressurés après cinq mois de séchage sur lit de paille fin février 1998.
Production totale : 1300 bouteille de 0.50 L.

Très belle robe vieil or à reflets verts soutenus, brillante, limpide.
Nez aromatique, complexe, sur les fruits confits, floral, mentholé.
En bouche très équilibré, et harmonieux. Grande garde.

 

 

 

 

 

GOLSER STROHWEIN CABERNET SAUVIGNON 2006

2500 kg de raisins cabernet-sauvignon ont été vendangés le 28 septembre 2006 et mis à « passeriller » dans les greniers de Georg Lunzer jusqu’au 18 mars 2007, date à laquelle ils ont été pressurés et vinifiés.
La richesse du moût était alors de 32.5 KMW (32.5 % de sucre par litre de moût en masse volumique).

Éléments analytiques :
Alcool : 10.5 %vol
Sucres résiduels : 202 gr/litre
Acidité totale : 9.1‰.

 Doté d’une robe rubis profonde, ce rarissime vin de paille offre une délicieuse, délicate et unique palette aromatique de petits fruits rouges.
Une bonne acidité lui confère fraîcheur, équilibre et longueur.
Vin totalement unique en son genre.

 Quantité produite : 380 litres.

 

 

 

 

 

 

 

Afin de bien débuter cette nouvelle année 2009, nous avons décidé d’ouvrir notre vinothèque et de vous proposer une offre spéciale abordable de ces quatre vins qui sont de véritables chef d’œuvre œnologiques.


Commentaires fermés.