Le Vin du mois : Moscato d’Asti DOCG « San Grod » 2006

Vin du Mois Février 2007

Moscato d’Asti DOCG « San Grod » 2006
DOMAINE MARIO TORELLI
Piémont – Italie

Dans la grande famille des Muscat, le Muscat Blanc à Petits Grains est certainement celui qui permet d’engendrer les plus beaux vins. Il existe certainement plus de 200 variétés de vignes de muscat. Je citerai le Muscat d’Alexandrie, le Muscat de Hambourg et le Muscat Ottonel créé par un pépiniériste, M. Robert Moreau au XIXème siècle. Il s’agit d’un croisement entre le Chasselas et probablement le Muscat de Saumur (famille des muscat à petits grains). Le Muscat Ottonel a connu un grand succès en Alsace où il a fini par remplacer en grande partie le Muscat à petits grains, moins productif. Il est également très répandu en Europe Centrale.

Carte du bassin méditerranéen dans l'antiquité avec localisation de l'origine des divers muscats.
Le Muscat à petits grains est cultivé dans la région du Piémont depuis des temps immémoriaux. On considère généralement l’orfèvre milanais, vivant vers la fin du 16eme siècle, Giovanni-Battista Croce comme le « père » du Moscato d’Asti.
Possesseur d’un petit vignoble dans la région, on lui doit de nombreuses expérimentations destinées à élever la qualité de production des vins aromatiques doux.
La zone de production se situe dans les Langhe et le Monferrato, au sud-est de Torino.
Elle comprend les provinces d’Asti, Cuneo et Alessandria.
Connue longtemps pour ses médiocres Asti « spumante » cette région produit aussi, surtout depuis quelques années, un Muscat doux, légèrement effervescent avec un taux d’alcool de 5.5% et environ 120gr de sucres résiduels. Il bénéficie depuis 1994 de la DOCG (appellation d’origine contrôlée et garantie). Ce type de vin représente 12% seulement de la production totale d’Asti.
La zone délimitée en 1932 est plantée actuellement d’environ 9000 ha, possédés par 6800 viticulteurs. La quantité produite annuellement avoisine les 550 000 hectolitres.
Aussitôt les raisins vendangés avec soins et apportés au cuvage, on les égrappe et après un pressurage immédiat, le moût est mis à fermenter en cuves inox fermées, à la température de 15°c. Lorsque le taux d’alcool désiré est atteint (5.5% vol) on refroidit fortement pour arrêter les fermentations et conserver ainsi la quantité de sucre naturel souhaitée.
Le domaine Mario Torelli travaille en agriculture biologique. Avec 7 ha de vignobles et 55 000 bouteilles annuelles, il est le prototype du petit domaine ayant misé sur la qualité.
Ses vins ont été référencés dans quelques uns des meilleurs restaurants au monde, entre autres, « Le V » (Georges V) où officie Eric Beaumard, vice-champion du monde des sommeliers 1998.

Le millésime 2006, mis en bouteille à la fin du mois d’octobre 2006 offre un délicat bouquet de fleurs d’acacia, de glycine et d’orange.
La bouche est fraîche, équilibrée, délicieusement fruitée, avec une finale de fleur de sureau et de bergamote.
C’est un vin plaisir à consommer jeune et bien frais.

Alcool : 5.5% vol
Sucres résiduels : 120 g/L

 


Commentaires fermés.