News 7 Novembre 2007

Orlienas, le 7 novembre 2007,

Le 24 octobre, je me suis mis en route dans notre vieille Europe pour un voyage de treize jours, qui m’a conduit tout d’abord en Allemagne, dans la vallée de la Moselle, puis dans le Mittelrhein et le Rheingau et enfin la Franconie (partie la plus au nord du land de Bavière).
Quelques éléments généraux sur le vignoble allemand pour commencer :
Superficie totale : 102 000 Ha répartis sur 13 grandes régions. Il y a 63% pour le vin blanc et 37% pour le vin rouge, ce dernier en forte augmentation depuis une quinzaine d’années.

Pour ce qui concerne la Moselle, qui formait jusqu’à présent une vaste région viticole englobant également administrativement la Saar et la Ruwer, la surface viticole est de 9 080 Ha. La production est à 91% vouée au vin blanc, dont 58% de Riesling. Les vignobles sont plantés sur des sols de schiste et d’ardoise aux pentes souvent vertigineuses. Quelques photos seront plus parlantes qu’un long discours.

J’ai eu l’opportunité de déguster quelques excellents vins en Moselle centrale au domaine Grans Fassian à Liewen, notamment un superbe Trittenheimer Apotheque riesling spätlese sec vieilles vignes 2006 à la robe « paille dorée ». En bouche, minéralité, arômes de fruits à pépins, belle matière, très longue finale.

La grande surprise concernant les vins de la Moselle est un changement complet de style. Autrefois, les rieslings mosellans étaient souvent des vins certes délicats, mais fluets. La dilution régnait hélas en maître dans cette région. La prise de conscience des bons viticulteurs allemands, liée à de spectaculaires changements climatiques, permet maintenant la production de vins riches, concentrés, merveilleusement fruités et minéraux, dont la puissance n’a rien à envier aux plus typés des vins de la vallée du Danube, dans la Wachau en Autriche. Toutes les conditions sont réunies maintenant pour offrir l’ expression peut-être la plus accomplie du roi Riesling.

Un deuxième vigneron a retenu mon attention : le domaine Paulinshof à Kesten en Moselle centrale : un Brauneberger Juffer Sonnenuhr Riesling spätlese trocken 2006 présente toutes les caractéristiques d’un Riesling fin, subtil et minéral. Mais la dégustation du Brauneberger Kammer Auslese trocken Riesling 2006 est une véritable révélation : la robe est dorée et brillante. Au nez très typé, au bouquet subtil et profond, dominent les agrumes fins, le zeste de citron et une fraiche minéralité. En bouche, c’est la délicatesse, la fraîcheur, la subtilité enveloppée dans une puissance contenue mais bien présente. Très jolie longueur, aucun excès d’alcool, bref un régal !

La journée s’est terminée par une visite au Weingut Richter à Winningen. Nous sommes ici dans la Moselle des terrasses où règne presque exclusivement le Riesling. On y produit des vins puissants, minéraux et concentrés. Je noterai particulièrement un Uhlen Spätlese sec 2006 dans l’esprit d’un très bon Riesling Smaragd de la Wachau, un « Vulcanus » Spätlese Feinherb 2006, un remarquable moelleux : Winninger Brückstück Kabinett 2006 présentant un excellent équilibre acidité/alcool/sucres. Enfin, un Röttgen Spätlese Alte Reben 2006 (95.4 grammes de sucres, 8.8‰ d’acidité et 10% d’alcool) pur, ferme, très fruité, destiné à une longue évolution.

Ce sera tout pour ce soir; la suite la semaine prochaine.

Salutations œnophiles.
Jean-François Ragot


Commentaires fermés.